Marseille, un autre regard

Il est toujours compliqué de dénicher le titre d’une nouvelle publication. S’il est trop pompeux, on le taxera immédiatement de forfanterie déplacée, avant même d’avoir fait ses preuves. S’il est trop minimaliste, on l’accusera de manquer d’ambition.

Bref, avec « Marseille, un autre regard », nous nous sommes contentés de rester au fil de l’eau… pour le moment.

En ces temps de démocratie participative, le journalisme a mauvaise presse. On l’accuse, souvent injustement, de ne pas entrer dans le vif du sujet, de protéger ses effets. Cette critique vise surtout la presse quotidienne régionale, accusée d’être à l’intersection de toutes les subordinations, de ne pas bousculer les systèmes établis par peur de perdre sa puissance de compromis.

A notre échelle naissante, nous souhaitons juste montrer la réalité de Marseille, notre réalité. Celle d’un discours sur une ville qui se rêve toujours autre chose que ce qu’elle est réellement, « une ville à faire rêver le monde », pour reprendre l’un des slogans fétiches de Jean-Claude Gaudin, qui fait surtout rire la plupart des observateurs extérieurs, tant elle est dans l’incapacité de mieux organiser son fonctionnement général.

A un an des élections municipales, nous souhaitons bousculer le débat politique, en livrant notre propre vision de cette vision éculée, maltraitée pour des raisons souvent justifiées. Sans nier les spécificités historiques, géographiques et socio-économiques de Marseille, ville que l’on aime autant qu’on la déteste parce que, d’une rue à l’autre, elle peut offrir tout et son contraire.

Nous avons la faiblesse de croire que Marseille mérite mieux que ce statut de simili capitale qu’on lui accorde dans des magazines branchés et que seul le papier glacé valide.

Marseille est une ville sale, coupée sociologiquement, où l’on crée un tramway miniaturisé, redondant avec une ligne de métro, tirant les rideaux de ce dernier à 21h, où la politique du logement en direction des plus démunis est marquée par un désintérêt politique surprenant.

Ayons le courage de l’écrire : Marseille n’est ni Paris, Lyon, Rennes, Nantes, etc. Et les comparaisons statistiques entre ces villes, sur l’offre de crèches, d’équipements publics, d’équipements sportifs, etc., sont souvent plus cruelles qu’on ne l’imagine.

De petits articles en petits papiers, nous cernerons cette réalité marseillaise au-delà des emportements sophistiqués. C’est ce qui-vive que nous tenterons de fustiger, dans une période démocratique vivace, où les rhétoriques creuses se déchirent sur les réalités durement éprouvées par nos concitoyens.

Mais ce blog est surtout le vôtre, c’est un lieu d’échanges et de dialogues, alors n’hésitez pas à nous faire part de vos remarques ou de vos infos en laissant des commentaires en ligne.

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Général, Les grands projets, Politique, Propreté, Social, Transports

3 réponses à “Marseille, un autre regard

  1. bernard

    enfin de l’air libre dans la presse locale? c’est vrai ? on verra à l’usage…

  2. Phiphi

    Je découvre ce blog aujourd’hui et je voulai vous dire bravo ! C’est vraiment sympa et plutot bien informé. Bonne continuation !

  3. Toutes mes félicitations pour ce nouveau blog ,
    consacré à la vie quotidienne de Marseille

    Il viendra compléter le blog du Canard de Marseille , qui tente de récolter des informations et de les faire partager , à ceux qui souhaitent la
    défense et la promotion de l’image de MARSEILLE

    Je vous souhaite tout le succès pour votre site

    Cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s