Guy Teissier et Jean-Noël Guérini : les deux obstacles de Jean-Claude Gaudin pour conserver Marseille en 2008

www.guyteissier.com

 Guy Teissier l’avoue, sans scrupule. Il se rêve secrétaire d’Etat à la Défense dans l’élargissement programmé du gouvernement de François Fillon. Cette possibilité, si elle se concrétise, devra être analysée de deux manières.

La moins probable est que le relationnel équivoque entre Guy Teissier et Jean-Claude Gaudin, qui ne fait aucun doute, a fait l’objet d’un arbitrage présidentiel : Teissier contre Gaudin… Cette hypothèse est improbable dans le sens où le maire de Marseille est un fidèle zélateur, depuis août 2004, de Nicolas Sarkozy et que ce dernier ne pourra se permettre de fâcher un si puissant baron local.

L’hypothèse la plus sûre tendrait à confirmer, dans le cas d’une désignation, une fin des hostilités entre le premier magistrat marseillais et celui qui se définit comme un électron libre. En bon chimiste des équilibres politiques, Jean-Claude Gaudin sait qu’il aura besoin de la mobilisation de toutes ses sensibilités pour embrayer sur un troisième mandat aux municipales de 2008.

Mais l’usure du pouvoir, un bilan contestable et le risque d’avoir Jean-Noël Guérini, président du puissant Conseil général des Bouches-du-Rhône, comme adversaire risquent de constituer trois faiblesses majeures.

Jean-Claude Gaudin le sait : tant en 1995 qu’en 2001, si la gauche a perdu la bataille des municipales, c’est que son unité était loin d’être parfaite. Et une gauche désunie donne parfois lieu à des comportements étranges, des absences de mobilisation dans certains secteurs, voire même des luttes intestines grandement contre-productives.

La désignation de Jean-Noël Guérini aurait un effet immédiat sur la mobilisation des troupes : cette candidature s’impose d’elle-même, paraît naturelle. Et cette clarté dans le choix, adossée à un désir clairement affiché de Jean-Noël Guérini de faire émerger une nouvelle génération, moins cryptocollectiviste et plus arrimée aux polarités sociétales de la ville, risque fort de déboucher sur une candidature réconciliatrice de la gauche marseillaise.

Alors que beaucoup d’observateurs considéraient qu’une victoire de Ségolène Royal répandrait un utile terreau à l’ascension de Jean-Noël Guérini, il n’est pas interdit de penser que les premières difficultés de Nicolas Sarkozy titilleront les gènes rebelles d’une ville en chantier désireuse elle aussi de vraies ruptures.

Jean-Noël Guérini a toutes les cartes en main pour s’ouvrir cette perspective : réconcilier la gauche avec ses intellectuels aujourd’hui orphelins, l’ouvrir à une nouvelle génération, dépasser le cadre des cooptations claniques et dynastiques, conjuguer les réussites du Conseil général (l’efficace lutte contre le Rmi, par exemple) dans une nouvelle tonalité municipale…

La clé du succès de la gauche marseillaise est dans cette rupture dont Jean-Noël Guérini entend être le porte-parole au niveau national. Pour revenir au début du propos, se mettre dans la poche Guy Teissier devient donc une urgence pour Jean-Claude Gaudin pour éviter les fatales déperditions.

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Général, Municipales 2008, Politique

3 réponses à “Guy Teissier et Jean-Noël Guérini : les deux obstacles de Jean-Claude Gaudin pour conserver Marseille en 2008

  1. Gaudin consevera t-il la mairie de Marseille en 2008 ?

    Déjà avec les résultats des législatives on aura un aperçu des votes quartier par quartier.

    Ce ne sera pas inéluctable mais un bon baromêtre pour mesurer la température.

    Tout dépendra de la date des municipales, Sarkozy va t-il conserver les dates prévues en mars 2008 ou comme le veut la rumeur les avançer en cotobre/novembre 2007.

    An avançant les élections municipales et dans la foulée de la vague bleue…l’UMP ferait également une razzia sur les villes…

    A voir…

  2. Olivier

    Quand vous écrivez que Guérini doit ouvrir la gauche à une nouvelle génération, j’y souscris totalement…cependant après avoir raté le coche aux législatives (plutôt que désigner sur la 4ème circonscription une candidate telle que Nadia Brya, Samia Ghali ou Ferten Djendoubi, il a préféré soutenir Jibrayel…qui représente un nombre important d’adhérents dans l’appareil du PS), je note que le candidat désigné aux cantonales de 2008 dans le canton de St Mauront (gagnable pour le PS) a plus de 65 ans et qu’il s’agit de son ancien directeur de cabinet.
    De même, dans le canton de La Blancarde, Clémént Yana, chargé de mission au cabinet de Guérini, a plus de 60 ans et ne représente pas l’avenir dans un arrondissement tenu par la droite.
    Entre les paroles et les actes il y a encore un fossé… que Guérini qui demeure le patron incontestable du PS Marseillais peut combler si il en a vraiment la volonté.

  3. Dans le canton de La Blancarde, le conseiller général c’est bien Maurice NOCERA, il fait parti du MoDem.
    Le canton est tenu parun centriste et non par la droite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s