Archives mensuelles : novembre 2007

Marseille – municipales 2008 : Mennucci répond à l’opération de communication de Gaudin sur le port

Les Marseillais devront s’y habituer. Face à une presse locale qui semble avoir choisi son camp politique, le parti socialiste est obligé de hausser le ton pour se faire entendre. Aussi Patrick Mennucci, président du groupe socialiste à la mairie de Marseille, a-t-il dû pousser la voix, ce qu’il fait assez naturellement, pour se faire entendre sur les projets titanesques de Gaudin dont nous vous avons parlé hier. « Les annonces de Gaudin ne sont pas crédibles », déclare-t-il dans La Provence, qui a finalement concédé à lui ouvrir ses colonnes.

Pour le directeur de campagne de Jean-Noël Guérini, candidat à la Mairie de Marseille, le projet d’avant-port de croisières à la Joliette est « une affaire de cornecul. Ça coûterait 300 millions d’euros, qui va payer ? L’Etat qui n’a donné au port que 80 millions en 10 ans ? La Ville ? Un privé, mais qui ? ». Patrick Mennucci ne croit pas à la vocation touristique unilatérale de Marseille.

La mairie actuelle mise sur le « tout tourisme », mais attention, « car derrière la Bonne Mère, nous n’avons pas les pyramides d’Egypte pour attirer des millions de touristes ». Mennucci rappelle que, contrairement aux apparences, Gaudin n’est pas « le patron du port ». Jean-Noël Guérini devrait faire des propositions à la mi-décembre sur une relance des activités industrielles sur le port.

1 commentaire

Classé dans Economie, En bref, Général, Ils ont dit, Les grands projets, Municipales 2008, Politique, Vidéos

Le Port autonome, premier enjeu de Gaudin dans les municipales de Marseille

Ca y est, Jean-Claude Gaudin entre en campagne ! Certes, du haut de son pupitre municipal, mine de rien, mais certain d’être relayé par une Presse locale, dont le papier du jour dans La Provence était confondant : « les 5 projets titanesques de Gaudin pour le littoral ». Foin de la restitution des faits, nous lisions un programme infographique, en effet titanesque, et si peu crédible, au-delà des bonnes intentions. Pourquoi? Question de crédits, financiers s’entend. Dieu merci, l’édito d’humeur de l’excellent Philippe Schmidt le résumait à lui seul : « Le tableau des promesses électorales scintille un peu plus chaque jour. »

Soyons honnêtes, nous l’avons promis à nos bientôt 20 000 lecteurs, le tableau proposé est séduisant. Nouvelle digue permettant l’accès aux bateaux de croisière de plus de 300 mètres de long de pouvoir mouiller à deux encablures du Vieux Port, ce qui génèrerait, selon la mairie, plus d’un million de croisiéristes à l’aune 2011 : excellente idée !

Le grand centre des Congrès, appelé de ses voeux par Jean-Noël Guérini, le challenger socialiste et Patron du « fortuné » Département des Bouches-du-Rhône, trouverait réponse au môle d’Arenc, simplement rebaptisé « Grand Palais des événements » : récupération des idées fraîches de l’opposition…, de bonne guerre.

Déplacement du « hub » inter-échanges de trafic Maghreb-Europe/Corse au môle Léon Gourret, et surtout, l’extension du port de plaisance de l’Estaque (2000 anneaux de plus), nécessaire, de l’avis commun.

Ce n’est pas fini.. bien sûr… à 4 mois des élections, on peut aisément en rajouter : la Cité des sciences et son aquarium, sur les anciennes Friches du haut de l’Estaque, dans une ville qui est si ruinée qu’elle n’a plus l’oxygène d’un projet, si ce n’est celle d’un Palais de la glisse dont on ne finit pas de questionner l’opportunité.

Que de projets, que d’intentions, d’ailleurs pas si mauvaises, à la veille des élections municipales… Ce que nous retenons, c’est cette obsession du calendrier, cette absolue maîtrise du temps, la meilleure arme du subterfuge, sous-prétexte de bonhommie.

Demain, nous reviendrons, de manière plus approfondie, avec des sources et des arguments, à l’aune d’experts connaissant le sujet, sur ces questions. Pour vous informer, vous dire quelle est notre vision des choses.

A demain, donc…

1 commentaire

Classé dans Economie, Général, Ils ont dit, Les grands projets, Municipales 2008, Politique, Transports

Tramway de Marseille : couvrez ce tunnel que je ne saurais voir!

www.leravi.orgDeux poids, deux mesures. Il fallait une loupe, jeudi dernier, pour apprendre, au détour de quelques entre-filets d’une presse locale bien timide, que la municipalité venait d’inaugurer la ligne de tramway entre La Blancarde et la station Eugène-Pierre, le long du Bd Chave. Au dernier moment, la municipalité de Jean-Claude Gaudin, a décidé de mettre la pédale douce en termes de communication et de réduire à néant son plan media. Loin, bien loin, de la très médiatique inauguration présidentielle sarkozyste de la première ligne, le 3 juillet dernier.

La cause de ce silence inhabituel pour la Mairie? Un tunnel impossible à cacher ! Il faut bien avouer que Marseille aura l’honneur d’être la seule ville au monde à inaugurer une ligne de tramway qui s’arrête à moitié chemin, devant un tunnel impraticable parce qu’on s’est aperçu, sur le tard, qu’il n’était pas aux normes et que sa réhabilitation a vu son appel d’offres retoqué pour des raisons administratives.

Au milieu du gué, les Marseillais devront donc descendre des rames pour prendre un bus et rejoindre Noailles… Cette « histoire marseillaise » pourrait apparaître comme une galéjade, une de plus, si elle ne révélait l’amateurisme, l’absence de rigueur et de cohérence de la politique municipale en matière de transports publics et, plus généralement, de gestion de projets.

Les parkings de délestage, par exemple, ne sont toujours pas en place et les lignes de transport en site propre vers St Antoine, Château Gombert ou Luminy sont reportés à des jours meilleurs et lointains…La ville est, de fait, toujours aussi engorgée et le tramway n’a, pour l’heure, rien solutionné.

Montpellier inaugurera sa 3ème ligne traversant de part en part l’ensemble de l’agglomération alors que Marseille fêtera, peut-être, sa « sortie du tunnel… »

———————————–

Le tramway stoppé net devant le Tunnel Chave :

5 Commentaires

Classé dans Cantonales 2008, Général, Les grands projets, Municipales 2008, Politique, Transports

Marseille – Municipales 2008 : Le MoDem n’en finit pas de se déchirer

Bisbille au MoDem… Comme nous l’écrivions le 21 septembre dernier, le MoDem marseillais poursuit un déchirement interne où les mots se font chaque jour un peu plus affutés, pour ne pas dire, cruels. Si, au plan national, le parti n’est pas encore officiellement créé (il le sera lors d’un congrès fondateur, à Paris, les 1er et 2 décembre prochains), les personnalités centristes locales paraissent ne pas trouver de terrain d’entente.

Un bras de fer s’est engagé entre les anciens Udf et les nouveaux démocrates qui ont suivi Bayrou pendant la présidentielle. Autrement dit, entre l’actuel patron de l’Udf-13, Jacques Rocca-Serra  (adjoint au Maire Ump de Marseille, Jean-Claude Gaudin, après avoir été defferriste sous Defferre et vigouriste sous Vigouroux), et les transfuges des Verts, Jean-Luc Bennahmias (député européen), Christophe Madrolle (ancien leader des verts à la mairie de Marseille), voire les jeunes recrues MoDem comme Childéric Muller ou les tenants d’une voie « centrale » (ni gauche –  ni droite), comme Miloud Boualem (qui avait obtenu un score honorable aux dernières législatives dans le centre ville).

Pour dégager une tête de liste entre ces prétendants, Bayrou a pris une bien curieuse décision : faire faire un sondage auprès de 2000 Marseillais pour vérifier qui est le plus populaire ou, du moins, le plus connu. Le pourfendeur des sondages durant la campagne présidentielle, avant de s’en accommoder lorsqu’il devenait le 3ème homme, se sert donc de cet outil pour trancher dans le vif sans se mettre personne à dos sur le rives du Lacydon.

Si l’autonomie du MoDem pour le premier tour est acquise, la question se pose pour le second : rejoindre Jean-Noël Guérini, le candidat socialiste, patron du Conseil général des Bouches-du-Rhône ou le maire Ump actuel, Jean-Claude Gaudin ? L’enjeu est de taille car le parti de François Bayrou risque de faire ou de défaire une majorité à Marseille.

6 Commentaires

Classé dans Général, Municipales 2008, Politique, Présidentielle 2007, Vidéos

Guérini se lance officiellement pour les municipales de Marseille

mennucci.jpgCa y est. Guérini semble fin prêt. Gonflé à bloc, il va inaugurer son local de campagne aux prochaines municipales de Marseille, sis au 11 place du 4 septembre, dans le 7ème arrondissement, le 16 septembre à 18h00. Ledit local, déjà appelé « La ruche » a porté chance au candidat Vauzelle à la région, un poil moins au tonitruant Patrick Mennucci (photo de l’article), l’idole des plateaux télés, depuis que son livre « Ma candidate » (Albin Michel), se vend comme des petits pains, (2ème édition à ce que l’on sait, soit quelques 40 000 exemplaires…).

Celui qui a loupé de près l’élection législative (248 voix) a toujours pris tous les risques, même celui d’avoir brigué le poste du charismatique Guy Hermier, contre l’avis du patron socialiste local : Jean-Noël Guérini. Depuis, les choses sont rentrées dans l’ordre au point où le trublion est devenu le directeur de campagne de… Jean-Noël Guérini ! (après avoir été celui- adjoint- de Ségolène Royal pendant la dernière présidentielle).

Soyons clairs, pour nos chers lecteurs, nous ne manquerons pas de couvrir la campagne de Jean-Claude Gaudin lorsqu’elle émergera… Ce n’est toujours pas le cas (ce que nous comprenons en termes stratégiques, le maire en place ne doit pas travailler sa notoriété, elle est naturellement acquise…) et, Dieu merci, le CSA ne contrôle pas le net… Nous avons vainement tenté de trouver un site UMP 13… Google sèche, tout comme nous…

1 commentaire

Classé dans Général, Municipales 2008, Politique

Marseille – municipales 2008 : une cagnotte pour Guérini ou la faillite de Gaudin ?

trésorOn vit dans un bien curieux pays. Hier, on pouvait lire dans les colonnes de nos confrères de La Provence, cette curieuse question, en guise de titre : « Une super-cagnotte pour Marseille au Département?« . Le sur-titre, tout aussi électoraliste, indiquait : « Municipales : le candidat PS disposerait d’un levier redoutable, la droite fustige son attitude passée ». Avoir la capacité de s’endetter plus encore serait donc assimilé à une sorte de « cagnotte », de « trésor de guerre », de « cassette remplie de pièces d’or »? Est-ce cela? On marche sur la tête !

Les finances de notre pays frisent la banqueroute, celles de la Ville de Marseille et de la Communauté urbaine sont presque en cessation de paiement (on dit en faillite dans le secteur privé), et on fustige un trésor de guerre lorsque l’on trouve une collectivité territoriale, le Conseil général des Bouches-du-Rhône, dont les finances sont saines et la capacité à s’endetter honorable ? Il y a quand même un gouffre entre une capacité d’endettement et une cagnotte secrète non ? N’importe quelle mère de famille comprendra… Voilà donc que l’on est riche si l’on peut devenir pauvre ! A-t-on perdu le sens commun? Avec ce type de raisonnement, on comprend mieux l’état général de nos finances.

De quoi s’agit-il ? Le Conseil général a, depuis les présidences de Jean-Noël Guérini, bénéficié d’une gestion saine de ses finances, choisissant l’augmentation raisonnable de l’impôt et investissant (1er département de France en termes d’investissements) massivement sur le productif et le structurel, contrairement à la Mairie de Marseille ou à la Communauté urbaine, qui ont choisi, elles, d’utiliser les deux leviers financiers que sont l’impôt et l’endettement tout en n’améliorant pas suffisamment la qualité de vie des marseillais. Voilà tout l’enjeu.

Le Cg 13 : 200 millions pour Marseille
La « cagnotte » est donc le type même du faux procès. Sur les 466 millions d’investissements du Département cette année, presque 200 millions ont été accordés, directement ou indirectement, à la ville de Marseille (tramway, routes, Euromed, Hôpitaux, PAM, Aéroport Low Cost, RMI, APA…). Les critiques de Jean-Claude Gaudin ne sont pas fondées lorsqu’il stigmatise son challenger socialiste : « j’aimerais bien que les conseilleurs soient un peu les payeurs » en mettant en exergue que le Cg 13, tout comme la région Paca, n’auraient financé que 6 % (d’ailleurs presque 7%) de son tramway. On peut entendre la critique, on comprend mal alors pourquoi le Département et la Région ont reçu, par la poste, selon les propos de Jean-Noël Guérini sur son blog, et confirmé à la région, la facture de 27 millions d’euros chacune. Sans autre forme de concertation sur le tracé ou la requalification des rues. Si on veut des financements, encore faut-il savoir où les trouver et surtout, comment.

Certes, seuls 49% des marseillais payent l’impôt. Certes, les dettes accumulées depuis l’après-guerre ne sont toujours pas remboursées. Certes, le maire a trouvé des finances moroses à son arrivée à l’Hôtel de Ville. Mais, enfin, que dire des 17000 employés à la ville de Marseille, pour 7000 au département et 5000 à la région ? Alors que la plupart des transferts de l’Etat se sont portés sur les départements et les régions. Que dire de l’opportunité d’un palais de la glisse à Marseille quand les finances sont exsangues ? Que dire d’un tramway (800 millions) qui doublonne le métro, qui ne dessert ni le Sud, ni le Nord de la ville et qui, lorsque l’on s’apprête à ouvrir une nouvelle ligne, fait que l’on découvre le tunnel sous La Plaine non conforme aux normes, dont l’appel d’offres de réhabilitation est retoqué, ce qui fini de plomber la note. On appelle ça une mauvaise gestion des projets et, pour tout dire, une mauvaise gestion tout court. Mais le mot « cagnotte » est lancé, le trésor à portée de main… et les commentaires vont bon train… Tout cela n’est pas sérieux…

1 commentaire

Classé dans Economie, Général, Ils ont dit, Les grands projets, Municipales 2008, Politique, Transports

Gaudin se bat pour Daniel Simonpiéri, maire (ex-Fn) de Marignane

05-2007-droite-extreme-pessin.gifChaude, elle a été chaude la réunion de la commission d’investiture de l’Ump dans les Bouches-du-Rhône, le 23 octobre dernier. L’enjeu du violent accrochage ? Le passage en force de Jean-Claude Gaudin pour imposer Daniel Simonpiéri comme représentant de son parti à l’élection municipale de Marignane, en mars prochain.

Le député de la circonscription, Eric Diard, soutenu par Renaud Muselier, a eu beau redire à ses camarades que Simonpiéri n’avait jamais pris ses distances avec le Front national de Jean-Marie Le Pen (parti dans lequel il est resté inscrit pendant 25 ans, de 1974 à 1999, avant de rejoindre le Mnr de Bruno Megret), ni même fait acte de repentance lorsqu’il a intégré le groupe Ump du Conseil général (le 1er avril 2004), avant de rappeler qu’il avait inauguré une stèle en hommage aux généraux félons d’Algérie et aux fusillés de l’OAS, pour satisfaire un électorat « pied-noir », très actif dans la ville ; rien n’y a fait ! Gaudin est resté ferme dans son choix. Selon lui, mieux vaut un extrémiste nationaliste élu, qu’un candidat Ump bon teint battu… On appelle ça du cynisme. Dont acte…

1 commentaire

Classé dans Cantonales 2008, En bref, Général, Ils ont dit, Municipales 2008, Politique