Municipales – Marseille : Guérini prend tous les risques pour déboulonner Gaudin de l’Hôtel de ville

Hyper active, audacieuse, risquée. La campagne de Jean-Noël Guérini, candidat de gauche aux municipales de Marseille, ne cesse de surprendre. Présent sur tous les fronts depuis le mois de septembre, date de son entrée en lice, la majorité municipale UMP sortante lui prédisait alors l’épuisement, en vain… Force est de le reconnaître. L’homme est un forcené, un bourreau de travail, pas un jour sans une ou deux actualités quotidiennes depuis 5 mois. Aujourd’hui encore, sur le plateau de France 3 Méditerranée, il annonçait le nom de son… mauvaise pioche… de SA première adjointe dans l’éventualité de son élection : Samia Ghali.

Un leader marseillais se révèle
Cet homme prend décidemment tous les risques. Il quitte d’abord son fief du Panier où il est élu depuis 1977 pour aller provoquer le 1er adjoint sortant, Renaud Muselier, sur ses terres, celles des 4ème et 5ème arrondissements (3ème secteur). En fin stratège, il sait que l’élection à la mairie de Marseille se jouera là, au coeur de la ville, entre la Plaine et la Blancarde, il l’avoue lui-même sur son blog. Le défi est très risqué, d’aucun le trouve impossible, mais il n’en a cure. Décidé à tout risquer, il se positionne en véritable leader n’ayant peur de rien, sûr de son projet.

Si Renaud Muselier le nargue, l’invective, souvent cruellement, c’est parce qu’il sait que son ami Bruno Gilles a labouré le secteur depuis des années, sûrement aussi donne-t-il du ton parce qu’il sait sa propre popularité très aléatoire. Rarement un homme politique marseillais aura été autant raillé pour ses incompétences et sa gestion précaire et à l’emporte pièce de ses dossiers, nonobstant une personnalité post-ado ingérable. Malgré son maroquin national, il n’aura donc jamais grandi. Même Jean-Claude Gaudin, le maire UMP sortant, sollicité par le premier ministre du moment, M. Raffarin, préférât envoyer Muselier  » boire du lait de chèvres en Mongolie extérieure » plutôt que de le voir agir en mauvais doublon sur les rives du Lacydon. Ambiance… Les deux ont beau jeu de jouer le ticket, le maître est bien conscient des limites de l’éternel élève.

Une synthèse entre Bayrou, Sarkozy et Royal
Guérini, quant à lui, poursuit la manoeuvre, il force l’admiration pour un homme dont on disait, sans murmure, avec force porte-voix quelque-fois, le peu de charisme et l’élocution hasardeuse. Dont on raillait aussi le manque de notoriété face au tonitruant candidat au perchoir du Sénat. Sa famille réunie sans négociations d’appareils (PS, PCF, MRC, PRG, Verts et, dit-on, Lutte Ouvrière dès le 1er tour), pour la première fois depuis Defferre, le voilà totus tuus, comme l’on dit en latin, tout à tous. Sa campagne ressemble à s’y méprendre à celle entreprise pendant la présidentielle par François Bayrou pour le projet du gouverner ensemble loin des clivages, fondée sur l’hyper activisme d’un Sarkozy et l’audace d’une Ségolène Royal pour la compréhension d’une démocratie moderne participative avec, notamment, l’usage du multimedia. Une synthèse en somme.

Le voilà débauchant quelques figures de l’UMP locale (Francois Franceschi, ophtalmologiste de renom international, gaulliste pasquïen, tête de liste dans les 6ème & 8ème arr. ou André Varèse, élu sarkosyste notoire du 1er & 7ème arr. qui sera probablement bien placé sur la liste de Patrick Mennucci, directeur de campagne de Guérini, gageons la 3ème place), mais aussi Miloud Boualem, un vrai centriste marseillais, très bayrouiste, un de ceux qui n’a jamais cédé aux louanges post-centristes de l’Hôtel de ville, avec des scores très honorables aux dernières législatives (à deux chiffres dans certains secteurs).

L’audace du choix de la 1ère adjointe : Samia Ghali
Mais l’info du soir nous pousse à renifler du côté de la ruche, QG de campagne de Guérini, Place du 4 septembre. Le choix de Samia Ghali est incroyablement audacieux. Jamais, depuis l’après-guerre, un candidat crédible à l’élection municipale, quel qu’il soit, où que se situe son positionnement partisan, n’avait osé une première adjointe à Marseille, qui plus est issue de l’immigration maghrebine. Même si l’on pourra arguer de l’opportunisme, mettre en exergue le sophisme électoraliste, force est d’admettre l’incroyable courage politique de ce choix dans une ville qui révêlait naguère un Front National à deux chiffres !

Loin des arguties sondagières, d’ailleurs très ouvertes, Jean-Noël Guérini ose, au risque de perdre, avant même l’élection, dire avec qui il gouvernera et qui sera en charge de quoi. A l’heure où nous écrivons, nous apprenons qu’une conférence de presse aura lieu samedi prochain pour présenter « son gouvernement municipal ». Là aussi, nous vivons une nouvelle période démocratique à Marseille, autant dire du jamais vu.

Dire avant l’élection ce que l’on va faire et avec qui… C’est assurément endosser les dangers de décevoir nombre de ses fidèles amis. C’est aussi jouer absolument la transparence.

Ici, dans notre très modeste rédaction, les débats furent nourris ce soir, mais tous reconnaissent la méthode enthousiasmante et heureuse. Au fond Guérini nous a poussé à sortir de notre léthargie journalistique localière, et si la vérité triomphait ? Nous ne sommes pas tous d’accord, mais nous sommes un certain nombre à dire : banco… Enfin du neuf !

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Général, Ils ont dit, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, Social, sondages, Transports, Vidéos

2 réponses à “Municipales – Marseille : Guérini prend tous les risques pour déboulonner Gaudin de l’Hôtel de ville

  1. aude

    avant de s’enflammer pour la 1ère adjointe, il faut être en mesure de gagner la mairie, en commençant par gagner le 4/5!!
    au lieu de parler de la fable du lièvre et de la tortue, peut etre est plus judiciable de parler de l’expression « ne pas mettre la charrue avant le boeuf »

  2. Pourquoi je me suis engagée dans la campagne des municipales à Marseille, auprès de Jean-Noël Guérini

    Habitante marseillaise depuis près de 20 ans, militante des Droits de l’Homme et de la Femme, de l’Ecologie et de la Gauche depuis ma vie étudiante, je ne pouvais rester spectatrice d’une élection aux enjeux majeurs, pour notre ville et ses habitants comme pour les idées que je défends.
    Responsable politique Verte, avec mes amiEs, j’ai décidé de rejoindre Jean-Noël Guérini et de m’associer au grand élan des Marseillaises et Marseillais qui, nombreux, ont envie « que ça change ».
    Notre ville est aujourd’hui aux mains d’une équipe vieillie, sans imagination, sans souci majeur pour la qualité de vie de ses habitants, pour la qualité de ville que peut offrir Marseille. Certes, des réalisations ont été faites, le tram a été réalisé, il double le métro, mais peut rendre aussi des petits services ; certes EuroMéditerranée sort de terre mais sans les 20% de logements sociaux qui devraient y être associés ; certes, les plages sont nettoyées, mais où se trouvent les accès à la mer pour les habitants de cette ville, dont 28% vivent en dessous du seuil de pauvreté et ne peuvent se payer de vacances hors la ville.
    Et cette équipe vieillissante propose aux Marseillaises et aux Marseillais ce qu’elle sait faire, comme l’équipe gouvernementale au pouvoir : des effets d’annonce, des paillettes, de l’éphémère ; ce n’est pas de cet espoir-là dont rêvent les habitants de notre ville polluée, envahie de voitures, aux mains de Decaux, Everé, Veolia et quelques grands groupes, spoliée de son patrimoine et sans réserves foncières…
    Jean-Noël Guérini a su fédérer des femmes et des hommes de convictions, de compétences, de cultures, d’horizons divers. J’en suis, et j’en suis fière. Merci à lui, merci pour Marseille et pour les Marseillaises et les Marseillais.
    En tant que militante écologiste et femme de gauche, j’ai pris ma plume et j’ai participé comme tant d’autres, anonymes ou non, au projet, à la définition d’une Ville Durable de Gauche, dans ses multiples déclinaisons. Avec mes amiEs, j’ai expliqué et défendu ma conception de la planification en matière d’habitat, d’urbanisme et de déplacements, l’importance de la concertation pour l’élaboration, l’acceptation et la mise en œuvre d’un Plan Climat, mais aussi pour la création d’un Parc Naturel des Calanques, pour la protection du littoral, pour la préservation (la reconquête de) l’eau, pour le développement de nos marchés paysans…
    À présent, ma volonté est de participer à cette formidable entreprise de conviction aux cotés de Jean-Noël Guérini, d’expliquer qu’une autre politique est possible pour faire de Marseille – méditerranéenne et européenne -, la porte du Sud de l’Europe, avec ses habitants, avec son port et avec sa richesse culturelle. Ma volonté, c’est de convaincre les Marseillaises et les Marseillais que personne ne doit rester au bord du chemin, que fabriquer du logement social économe en énergie est possible, que développer des transports en commun efficaces, confortables et accessibles à tous est possible, que créer dans le BTP des emplois écologiquement responsables est possible, qu’une ville qui allie économie, social et environnementale, une ville durable à gauche, est possible à Marseille, avec jean-Noël Guérini.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s