Sondage : une dynamique en faveur de la gauche se dessine aux municipales de Marseille selon l’Ifop (26 février 2008)

mrs-lechangement.jpg
Les listes soutenues par le socialiste Jean-Noël Guérini arriveraient en tête au premier tour des municipales à Marseille, devant celles du maire sortant UMP Jean-Claude Gaudin, selon un sondage Ifop-Fiducial, publié il y a quelques minutes par l’agence de presse Reuters.

D’après cette enquête pour Paris Match, les listes de gauche obtiennent 40% des intentions de vote et celles soutenues par la droite 36%. Pour la 1ère fois depuis le début de la campagne, l’Institut de sondage confirme la lame de fond perceptible en faveur des listes « Faire gagner Marseille » de Jean-Noël Guérini qui, en quelques mois, est passé du statut de challenger à celui de possible vainqueur.

Compte tenu de la spécificité du scrutin marseillais, où le maire est élu au suffrage universel indirect, l’Ifop n’a sondé son échantillon qu’en vue du premier tour.

Le rapport de force électoral révèle cependant « une dynamique indéniable en faveur de la gauche, laquelle 25 ans après la dernière élection de Gaston Defferre, serait potentiellement en mesure de reconquérir cette ville symbole », souligne-t-il.

Pour l’institut de sondage, Jean-Claude Gaudin « pâtit sans doute de l’impopularité actuelle du chef de l’Etat et plus localement de la polarisation des Marseillais, quelle que soit leur sensibilité politique, sur la propreté de leur ville (thème prioritaire pour 52% d’entre eux devant l’insécurité) ».

L’autre enseignement de cette enquête concerne le Front national, indique l’Ifop. Avec 11% des intentions de vote, les listes conduites par Stéphane Ravier s’approchent de l’étiage présidentiel de Jean-Marie Le Pen (13,5% le 22 avril 2007 à Marseille) et, surtout, seraient en mesure de se maintenir dans plusieurs secteurs au second tour le 16 mars.

Cette question constitue sans doute l’inconnue majeure de ce scrutin municipal.

Ce sondage a été effectué les 22 et 23 février auprès d’un échantillon de 803 personnes, représentatif de la population de Marseille âgée de 18 ans et plus. (Avec Reuters)

Publicités

2 Commentaires

Classé dans En bref, Général, Ils ont dit, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, Propreté, Sécurité, sondages

2 réponses à “Sondage : une dynamique en faveur de la gauche se dessine aux municipales de Marseille selon l’Ifop (26 février 2008)

  1. Point Virgule

    Le maire et sa cour n’ont que faire des marseillais, car oser « emprunter pour l’avenir » et assimiler la dette de la ville et mpm à du « bon cholestérol » cela est peu rassurant pour les entreprises et leurs gestionnaires…
    Une dette, n’engage jamais les politiques, et c’est là le problème ; ils décident, mais ne sont jamais les payeurs…Nous attendons donc une véritable politique municipale, basée sur la transparence, et non plus une politique de passe-droits…

  2. Daniel Colomyès

    La thèse, la foutaise et la fadaise.

    Monsieur Gaudin, Sénateur Maire, que certains sondages donnent battu aux municipales de Marseille veut montrer à ses administrés de quel bois il se chauffe. Ce n’est pas l’adoucissement durable du climat provençal ou le développement durable de la dégringolade élyséenne, qui viendra à bout du Vice-président de l’UMP. Halte-là ! Marseille n’est pas Lutèce. On n’y entonne pas la carmagnole on y considère la gaudriole. La vétusté, en voie de modernisation, inspire le respect et demande du soin. Du reste on n’apprend pas au beau linge à faire volte-face pour affronter le danger, c’est inné. C’est pourquoi ! Le Vice-président du Sénat qui, absorbé par ces devoirs d’édile, avait pris jusqu’ici du recul, se jette à cœur gagné dans la campagne électorale pour protéger la cité convoitée par les ambitions du Post Scriptum. Un parti qui, comme son nom l’indique, oublie toujours de s’exprimer à fond avant de signer.
    En silence et en particulier, le bourgmestre soutient la thèse que les sondages sont de la foutaise et que ceux qui les diffusent racontent des fadaises. Cette attitude, d’un optimisme proche du satisfecit que lui délivre une part de la population prête à lui renouveler sa confiance, nécessite une mise au point.
    La thèse est une proposition, particulière ou personnelle, tenue pour vraie que l’on prétend démontrer ou défendre par des arguments. C’est aussi l’expression, vraisemblable ou présumée, de l’origine et la constitution d’un phénomène ou d’un fait observable, voire d’un mystère révélé et, en conséquence, identifiable, concevable et intellectuellement contrôlable. Ainsi : les garçons naissent dans les choux et les filles dans les fleurs, tandis que les salamandres voient le jour chez le chaudronnier.

    La foutaise est une thèse incontrôlable, une expression de liberté spirituelle sans nature ou raison apparente. Si elle est provoquée par l’observation elle n’en résulte pas directement et utilise la logique. Par exemple, le sophisme est une foutaise. Vous connaissez tous celui-ci : « Tout ce qui est rare est cher ! Or un cheval bon marché est rare : donc un cheval bon marché est cher. » Ou, encore, la définition rationaliste de Diderot qui, à l’endroit d’Alembert, commentait le sophisme de l’éphémère comme « celui d’un être passager qui croit à l’immortalité des choses » et pondait l’encyclopédie page après page sans les tourner. Ce en quoi Diderot se distinguait d’Henri II qui, selon la gazette, les tournait volontiers. Si vous ne voyez pas le rapport c’est qu’il n’y en a pas.

    La fadaise, elle, est une spécialité côtière, elle permet à l’adepte de briller et de se rafraîchir en plongeant depuis son sommet dans la platitude aquatique sans faire de vagues. La fadaise est audible. Plouf ! Elle disparaît pour faire surface comme les glaçons dans l’anisette. Même entre deux eaux, elle ne se noie jamais. Emportée par le courant des idées saugrenues elle sombre dans les abysses de la médiocrité pour s’échouer sans voix sur le sable dévalué d’une crique déserte.

    La thèse, la foutaise et la fadaise ont en commun de naître de la curiosité, de l’ingéniosité et de la malice humaine, en un mot de ce génie humain qui coiffe le chapiteau des colonnes édifiées par les modérateurs de blogs, chats et forums défenseurs de la libre-expression muselée ou musclée. Vous savez ces monuments, piliers de la société, au pied desquels se croisent et se multiplient lapins « Agora » et babas « forum » échangeant des chromosomes ébahis dans un ballet d’atomes crochus et d’électrons célibataires sous l’œil de neutrons ingénus et de protons envieux.

    Comme le bavait, en confidence, une limace téméraire sur une feuille de chou bourguignonne: « Toute Société dans laquelle la garantie du rire n’est pas assurée, ni la séparation des sexes déterminée, est une communauté d’escargots.»

    Notre-Dame Merci ! Cela n’arrivera pas à Marseille! Là les fadas ne se jettent pas des fadaises ! Ils ne se défoncent pas la tête contre le flot venu du château d’If. Non ils se fendent le cœur au bar de la marine! Courtois, ils conjuguent, avec ou sans mousse, le verbe créateur parfumé de la Canebière. Chez les Phocéens l’amour et la civilisation vont de père en fils et non de mise en plis. Comme le disait César à Escartefigue, tandis que Marius emplissait les godets : « La partie n’est pas jouée ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s