Municipales et cantonales à Marseille : Guérini élu, Gaudin fébrile… Quelle majorité, de paille ou de faiblesse ?

550.jpgAu lendemain des élections locales, qu’elles soient municipales ou cantonales, les états-majors s’agitent pour respecter ou infirmer les promesses données aux uns et aux autres durant les campagnes. Le nombre de postes ou de sièges n’étant pas extensible à l’infini, contrairement aux engagements de campagne… Il y aura forcément des heureux et des déçus qui dénonceront avec force trémolos dans la voix la trahison de dernière minute, souvent à juste titre, c’est la loi du genre.

Le calendrier, quant à lui, s’accélère et les négociations vont bon train pour tirer ça au clair. L’expérience humaine est souvent douloureuse dans ces moments de vérité ou l’hypocrisie formatée des campagnes de rassemblement doit laisser place au pragmatisme solitaire de la nouvelle configuration du temps, des lieux et des personnes… Avec ses nouveaux rapports de force que l’on soit majoritaire ou non.

Guérini élu d’office au Département
Tentons d’y voir plus clair. Demain, selon la législation (premier jeudi après l’élection cantonale), le Conseil général des Bouches-du-Rhône doit élire son nouveau président avec des règles protocolaires très strictes. Jean-Noël Guérini, le presque gagnant des élections municipales de Marseille, tant sa campagne est admirée désormais jusque dans les rangs mêmes de l’UMP, parti que l’on a connu moins humble durant la campagne, a peu de souci à se faire, sa majorité est renforcée et son positionnement de leader de gauche « ouvert » et « rassembleur » ne fait désormais plus l’ombre d’un doute. Sur les 57 élus que comptent le département, 31 sont socialistes, 2 sont divers gauche, 6 sont communistes et seulement 17 sont UMP et 1 sans étiquette. Pour autant, il sera intéressant de voir comment ledit patron va répartir les pouvoirs des vice-présidences et des délégations selon la nouvelle carte électorale du département, le tout en ligne et en direct sur le www.cg13.fr paraît-il. Jean-Noël Guérini a su surprendre pendant sa campagne contre Jean-Claude Gaudin, nul doute qu’il aura encore « 400 mètres d’avance » sur ce coup-là.

Gaudin et sa majorité de paille
Vendredi matin aura lieu le premier conseil municipal de Marseille. Et là, les choses risquent de ne pas être aussi limpides qu’au Département. Pourquoi ? D’abord les chiffres : 49 élus de l’opposition guériniste pour 51 de la majorité gaudiniste et un élu du front National qui risque d’être souvent bien utile à l’édile marseillais, en route pour son troisième mandat. Il en a l’habitude puisque, élu à la présidence du conseil régional Paca naguère , il gouvernât avec l’extrême droite sans trop se sentir géné. Plus encore, il soutint avant même d’être candidat lui-même, contre son camp, Daniel Simonpiéri à Marignane. Ledit Simonpiéri étant un élu Front national pendant plus de 30 ans puis MNR, un court instant, avant de devenir le pourfendeur des causes pieds noirs peu affables. C’est l’homme de la statuaire immonde au regard de la relecture partisane et peu acceptable de l’histoire de la guerre en Algérie et de la paix en Méditerranée. Dieu merci laminé aux dernières élections, Gaudin ne lui aura servi de rien, et le soutien de Muselier et de l’UMP à son concurrent a été bien plus bénéfique que cette amitié gaudiniste incompréhensible…

Ainsi, la majorité du très habile maire de Marseille, en termes d’expressions pagnolesques quand il s’agit de charmer, est très loin d’être soudée. S’il semble acquis que le premier adjoint d’alors, autant dire Renaud Muselier, ne fait plus parti du jeu, calmé par une présidence probable à la Communauté urbaine (MPM) et un refus très abusif en termes de communication, selon la presse locale qui ne se lasse pas de cirer les pompes sans vérifier ses informations, d’entrer au gouvernement.

Premier adjoint : Blum ou Teissier ?
Bref, la lutte est quasiment ouverte entre Roland Blum et Guy Teissier pour le poste de premier adjoint. Si Blum semble tenir la corde, il est en effet bien plus fidèle à Gaudin que ne l’est Teissier, plus frondeur en ancien militaire qu’il est. Néanmoins, ce dernier est celui qui a apporté le plus d’élus à Gaudin, reconnu comme étant l’un des meilleurs parlementaires et fraîchement réélu à la présidence de la commission « défense » de l’Assemblée nationale.

Les dernières informations semblent vouloir nous convaincre que le prochain remaniement ministériel, autrement dit, après la présidence française de l’Union européenne, verrait l’entrée d’un Marseillais de l’envergure d’un Teissier, d’un bon oeil. Pour l’heure on répond à l’Élysée, sans trop maîtriser la langue de bois, que le choix s’est fait sur les meilleurs et que les candidats du pauvre Gaudin, que l’on tient peu en estime, « ne sont pas à niveau… ». Teissier, intelligent mais trop à droite, mal à propos dans une politique d’ouverture désormais claire au centre voire à gauche, Muselier ? « trop con », « on le nourrit d’espoir, il a l’ Union méditerranéenne, il n’en fera rien, on le regrette déjà… Honnêtement quelle enclume ! »

Gaudin est fort mari de la situation, il souhaitait de tout cœur voir son principal concurrent interne catapulté à Paris, pour organiser ses affaires entre ses vrais et ses moins vrais amis locaux. Il a l’habitude, il sait faire, sauf qu’aujourd’hui, il suffit à Guérini de convaincre un seul des siens pour voir capoter ses projets municipaux. Sauf que le projet municipal du maire sortant à été ficelé à l’arraché, sûr qu’il était de sa victoire jusqu’à la mi-janvier, et surpris par la qualité de la campagne de son concurrent et de sa montée inexorable dans les sondages le donnant même gagnant contre lui, il n’a pas pris le temps nécessaire pour boucler son affaire. Le voilà seul devant ses formules d’agences de communication, 21 idées pour le XXIème siècle ! La formule l’a emporté mais quoi derrière? Nous le verrons, pour le meilleur ou pour le pire…

UMP : une campagne fort peu morale !
Poussé, il est vrai par les instances nationales de l’UMP et surtout par l’Élysée. Il devait l’emporter coûte que coûte, sans trop regarder la morale. Sûrement que ce catholique convaincu et convainquant aura quelques remords de vérité au moment du jugement dernier, comme nous tous il est vrai. Sauf qu’il portait jusqu’alors sa bonne foi en bandoulière provençale, force bonnes formules à la bouche, de quoi déchanter désormais au regard du contrôle de la presse locale, qu’il lui a valu les admonestations du CSA (instance indépendante de régulation de la Presse), un peu tardives, élections faites, et des attaques tous azimuts, souvent en arabe, pour pointer l’épouse d’origine juive de son concurrent et l’incroyable opposition inventée 2 jours avant le 2ème tour de Guérini sur la grande Mosquée, alors qu’il en avait été le principal instigateur en demandant de respecter les règles de la République sur la formation du clergé musulman.

Nous n’aborderons pas les surprenants 1880 électeurs du 4ème et 5ème arrondissements,celui dans lequel, étonnamment, Guérini était candidat, qui habitent et vivent dans le Var et qui ont fait élire Renaud Muselier, sans qu’ils n’aient jamais voté avant cette élection à Marseille. La justice donnera, dans 5 ans, son avis… La machinerie et les méthodes de l’ex RPR aura donc encore frappé à Marseille… Muselier connaît la musique non ? Pas grave, il est élu, il a débouché le champagne et bu au goulot avant même les résultats, un peu trop sûr de lui non ?

Nous tairons les excuses publiques imposées par le CSA au patron de France 3 Méditerranée, Patrick Gabet. Excuses charcutées sur leur site Internet de France 3, peu publiques parce que jamais diffusées sur le net contrairement aux préconisations du CSA. Ledit Gabet, candidat émérite aux honneurs impossibles, est si estimé par ses collègues, qu’il fut un candidat, hier tout juste, malheureux à la direction de l’école de journalisme et de communication de Marseille, soutenu par seulement 3 voix.

Les journalistes sont, somme toute, peu reconnaissants envers un collègue peu srupuleux lui-même des fondements de leur métier, autant dire, un minimum d’indépendance. Cela dit ils sont rares dans le coin, Lagardère et maintenant Hersant ayant dit ce qu’ils étaient, l’adoubement ou le RMI, on comprend le choix de nos valeureux journalistes locaux…

On ne peut que compatir et souhaiter la défaillance permanente voire la vigilance sans faille tant ils se sont reposés en oubliant le rôle qu’ils avaient à mener. Les journalistes devront se secouer les plumes ou se voir engloutir. Facile à dire et, une fois de plus, nous compatissons. Mais ont-ils choisis ce métier pour la villa avec femme et enfants? Il se trouve que ces nouveaux patrons de presse peu regardant, laissant l’oreillette ouverte pour le Gaudin ex-maire mais candidat déjà élu, s’est fait prendre pour un abusif suceur de pompes. C’est heureux mais pas assez selon nous. Surtout, la veille du second tour, un reportage où Guérini était traité d’escroc et de voleur, un scandale journalistique, digne d’une république bannière, mérite d’être catapulté très loin des sphères journalistiques.

Nous sortons des élections municipales dans la pire configuration politique possible. Nous vous fichons notre billet que le seul élu Front national fera souvent la couture entre les deux majorités presque égales. L’antithèse d’une bonne gouvernance. Exactement l’inverse de ce que proposaient les deux candidats Gaudin et Guérini. Les Marseillais ont tranchés, déchirés entre quatre secteurs populaires acquis à la gauche au Nord et les quatre secteurs de droite au Sud.

L’avenir de Marseille, on reconduit sans rien dire ?
Précisément ce que ne devrait pas être Marseille qui avait su garder jusqu’alors son vivre ensemble, sans trop d’anicroches et qui faisait jusqu’alors, figure d’exemple mondial. Précisément la Marseille qui n’avait jamais vu poindre le moindre barbecue de voitures dans les cités, contrairement à Strasbourg et aux cités environnants Lyon ou Paris, voire Toulouse. Précisément ce qui faisait sa chance parce qu’elle se fondait sur le richesse de sa nature, qui est quasi exclusivement humaine, parce qu’elle n’avait pas su perdre le sens de la palabre et du vivre ensemble. A Marseille, ou l’on se fond humblement dans la nacelle ou on décolle ailleurs !

Les observateurs que nous sommes exultons, bien des choses vont se produire et nos lecteurs, nous l’espérons, nous ferons confiances, pas sûrs que les Marseillais dans leur ensemble le fassent… Honnêtement, on craint le pire, Papy Gaudin, rassurez-nous !

Publicités

1 commentaire

Classé dans Cantonales 2008, Général, Ils ont dit, Les grands projets, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, Social

Une réponse à “Municipales et cantonales à Marseille : Guérini élu, Gaudin fébrile… Quelle majorité, de paille ou de faiblesse ?

  1. francine

    Il est étonnant de porter une accusation aussi précise sur les « 1880 électeurs du 4ème et 5ème arrondissements,celui dans lequel, étonnamment, Guérini était candidat, qui habitent et vivent dans le Var et qui ont fait élire Renaud Muselier, sans qu’ils n’aient jamais voté avant cette élection à Marseille. ».
    Vous qui êtes toujours très précis dans vos articles, il faut soit aller plus loin et apporter des preuves, soit ne rien dire.
    Si on considère votre démonstration juste en ce qui concerne des « faux électeurs », comment prouver que ces soit disant faux électeurs ont glissé le « bon » bulletin dans l’urne.
    Alors ayez un peu plus de retenu ou un peu plus de courage !!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s