Marseille Aménagement : Philippe Sanmarco, une démission pour de vrai ?

Sanmarco GaudinL’homme n’a certainement pas été propulsé au rang de Président de la société d’économie mixte Marseille Aménagement par hasard : Philippe Sanmarco, 62 ans, ancien proche de Gaston Defferre, a en effet occupé successivement les postes d’administrateur de la Somica (ex Sem) et de Marseille Aménagement pendant près de vingt ans. Une carrière entièrement dédiée aux problématiques d’urbanisme de l’agglomération marseillaise, pour lesquelles il caressait beaucoup d’espoirs.

Cet ancien député socialiste des Bouches-du-Rhône, fondateur de la Convention Citoyenne, qui a pour ambition de rassembler au-delà des partis, a toujours marqué son indépendance et liberté d’esprit. Philippe Sanmarco, électron libre de la vie politique marseillaise, a construit sa vie professionnelle au rythme des rencontres et des missions qui lui étaient chères. Du pain béni pour Jean-Claude Gaudin qui n’eût plus qu’à se répandre en promesses de campagne et autres flatteries, pour faire baisser la garde de celui qu’il qualifiait d’ « opposant constructif ».

Donnée pour certaine au lendemain de la victoire de la droite aux municipales, puis placée en stand-by suite au changement de présidence à la Communauté urbaine MPM, son élection à la tête de Marseille Aménagement avait dû attendre la date du 26 juin 2008 pour être effective. Mais la perte de temps n’allait pas s’arrêter là…

Une prise de fonction plus que laborieuse

Entré de plain-pied dans ses nouvelles attributions, Philippe Sanmarco comptait bien mettre rapidement en application l’accord âprement négocié avec l’édile marseillais, quant à la nouvelle manière de piloter les actions de réhabilitation du Centre-Ville de la cité phocéenne, essuyant bien des critiques de la part d’associations et CIQ.

C’était sans compter les embûches et autres réticences du Directeur général, Charles Boumendil, peu enclin au changement. « Sans Bureau Fixe » pendant les quatre premiers mois de son arrivée, dans l’incapacité de répondre à ses interlocuteurs faute de coopération de son directeur, paralysé par la rétention d’informations de ses collaborateurs, c’est l’autorité toute entière de Philippe Sanmarco qui est alors contestée publiquement sans le moindre ménagement.

Ayant porté à la connaissance des membres du Conseil d’administration du 18 décembre 2008 toutes les difficultés à exercer son pouvoir, et refusant toute polémique avec son Directeur général, le Président attendait un recadrage du rôle de Charles Boumendil, voire un sermon sur ses pratiques. S’agissait-il d’un vœu pieux ?

En tout état de cause, quatre mois plus tard, la situation n’a pas l’air de s’être arrangée, poussant même Philippe Sanmarco à déclarer, le 17 avril 2009 au journal La Provence, son intention de démissionner.

Quant au Maire Jean-Claude Gaudin, loin de trancher dans le vif, il a simplement demandé à celui-ci de patienter malgré ces neuf mois d’immobilisme. L’issue de cet entretien n’est guère une surprise tant le maire de Marseille est réputé pour manier le consensus avec brio.

Les projets qui traînent en longueur
Avec toutes ces prises de becs, on en oublierait presque les ambitions premières de l’ex-dauphin de Defferre. Appliquer en urgence une politique globale et concertée de requalification de l’ensemble du centre-ville, comme le prévoyaient les délibérations du Conseil municipal de février 2008 et selon les préconisations de l’Agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise (Agam), accélérer le rythme des expropriations tout en impliquant les différents acteurs, et rendre visible une institution souvent taxée d’opaque.

« Une politique urbaine ne peut se limiter à la satisfaction des promoteurs immobiliers et des investisseurs ainsi qu’à la mise en place d’outils d’incitation fiscale » a-t-il toujours défendu. En ce sens, on comprend mieux pourquoi Philippe Sanmarco ne souhaite pas supporter à lui seul le bilan actuel du Centre-Ville.

De plus, l’homme que l’on reconnaît comme étant un bon communiquant, doit désormais œuvrer au sein d’une structure repliée sur elle-même, contraint à un mutisme quasi-permanent. Situation pour le moins intenable pour celui qui voulait « communiquer, organiser des visites sur le terrain, convaincre expliquer ».

Ce n’est pas tout de jouer l’ouverture, encore faut-il permettre à chacun d’apporter son savoir-faire. Jouant une fois de plus (de trop ?) la montre, la situation est d’ores et déjà bien trop embourbée pour se passer de l’arbitrage de Jean-Claude Gaudin, au carrefour de toutes les tensions de Marseille Aménagement. Entre Charles Boumendil, à qui il a remis les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur et qu’il présente comme l’artisan principal du renouveau urbanistique marseillais, et Philippe Sanmarco, ex Secrétaire général de la Ville de Marseille et reconnu pour ses compétences bien au-delà de son camp, le choix risque d’être cornélien.

Cependant, cela n’est-il pas le prix à payer pour faire sortir le Centre-Ville de l’immobilisme dans lequel il est depuis si longtemps plongé ?

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Economie, Environnement, Général, Ils ont dit, Les grands projets, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, Transports

3 réponses à “Marseille Aménagement : Philippe Sanmarco, une démission pour de vrai ?

  1. LEVY Gérard

    La demande du Maire de Marseille de reporter le Conseil d’Administration de Marseille Aménagement qui devait entériner la démission de son Président Philippe Sanmarco pouvait laisser espérer une prise en compte sérieuse par la ville de Marseille des dysfonctionnements au sein de cette Société d’économie Mixte, dont la ville ne l’oublions pas n’est qu’un des administrateurs.
    Au fond, le problème révélé par la démission de Philippe Sanmarco est celui du rétablissement du pouvoir de la ville sur son outil. Et cela au moment même où la question du centre ville dans la perspective 2013 est un enjeu majeur du mandat, tandis que la crise oblige à repenser toutes les autres opérations et que la situation à MPM impose un pilotage radicalement différent. On est bien loin d’un problème de personnes,
    Les votes exprimés par les administrateurs lors du C.A du 28 mai seront gages du respect de la parole donnée ou du choix de l’opacité liée à Marseille Aménagement et de tout ce que cela peut laisser supposer.

  2. snop

    ça y est, c’est fait. il est parti.

  3. NETTRE Philippe

    Je cherche à reprendre contact avec Philippe Sanmarco.
    Mon adresse ci-dessus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s