La bérézina de la presse marseillaise : LCM et la Tribune du Sud se meurent !

liberté de la presse« Rien ne va plus », « c’est catastrophique », « lamentable », « quel gâchis » , voilà quelques-unes des réactions de journalistes marseillais en apprenant la situation de la Chaîne télé locale, LCM, mais aussi de « La Tribune du Sud » dont, en exclusivité, nous vous révélons que le numéro de demain (mardi 30 juin) sera le dernier.

Après quelques semaines d’existence, l’aventure du quotidien la Tribune du Sud s’achève, telle une comète, aussi vite qu’elle est apparue. Tous les journalistes embauchés seront à la rue dès la fin de la semaine. Ceux, embauchés en Cdi ne seront pas mieux lotis que les Cdd, ils étaient toujours en période d’essai. Plus encore, les salaires de Juin ne seront pas versés aux salariés.

La Banque, le Crédit Mutuel, pourtant en guerre contre le groupe Hersant (La Provence), les lâche en cours de route (nous reviendrons très précisément ultérieurement sur ce que nous savions de l’engagement de cette banque dans cette invraisemblable aventure…).

Triste situation pour la presse écrite et la liberté d’information à Marseille… Tout sera désormais concentré dans les mains du groupe Hersant, dont on connaît la ligne éditoriale… Et de La Marseillaise qui, tel le dernier village d’irréductibles gaulois face à l’empire romain, résiste avec son faible, très faible, lectorat…

Il en va de la presse écrite comme de l’audiovisuel. Et, comme nous vous l’annoncions, là aussi en exclusivité ce matin dans nos « off », les salariés de La Chaîne Marseille s’apprêtent demain à tenir leur premier piquet de grève. Guère plus tard nous recevions ce communiqué :

 » LCM va-t-elle fermer ?

La chaîne de télévision présidée par Jean-Pierre Foucault ne passera peut-être pas l’été 2009. Le dernier conseil d’administration a été repoussé à fin juillet sans projet pour la rentrée, sans grille validée, sans avenir élaboré, et surtout sans explication aux équipes de LCM.

Nous, salariés de La Chaine Marseille, voulons savoir si le premier actionnaire de la chaîne, la Caisse d’Epargne, veut continuer l’aventure de la 3ème télévision locale de France*. D’après le président du conseil d’administration, des négociations sont en cours avec un grand groupe de médias.

La Chaîne Marseille est-elle à vendre ?
Si c’est le cas, quelle télévision et quels programmes envisage le nouvel arrivant ? Avec combien de salariés ? Y a-t-il des projets concurrents ? La chaîne va-t-elle fermer en septembre ? A toutes ces questions et face aux craintes que la situation suscite, ni la direction ni le conseil d’administration ne donnent d’explication. Le dialogue social c’est le silence?

Quelques éléments pour comprendre la situation :

Mauvaises nouvelles pour l’emploi :
Un tiers des postes supprimé en un an (salariés partis et non remplacés). Plus aucun cdd à partir du 1er juillet.

Mauvaises nouvelles pour les finances :
Pas de budget en 2009, juste une ligne de crédit à la Caisse d’Epargne.
Aucun projet de budget pour 2010.

Mauvaises nouvelles pour les téléspectateurs :
Pas de grille prête pour septembre. Pour la 1ère fois, fermeture de l’antenne pendant 4 semaines en août.

Mauvaises nouvelles pour l’avenir :
Le conseil d?administration a gelé toute décision. La dernière réunion du CA a été repoussée à fin juillet sans aucune explication.

Et pourtant,
LCM , c’est  87500 téléspectateurs chaque jour*, plus de 750 heures de direct par an, trois heures d’infos par jour, un média devenu incontournable à Marseille en 4 ans seulement !

(*source Médiamétrie janvier 2009)  »

——————————–

Voilà dans quelle piteuse et triste situation se trouve notre télé locale.Voulue par Jean-Claude Gaudin en prévision des élections municipales, l’édile avait appelé ses amis banquiers, groupes de presse et star de la télé, nationale celle-là, à la rescousse pour former le tour de table financier de la chaîne et assurer une belle promotion de lancement. Gaudin avait lancé sa chaîne du temps de sa splendeur…

Mais voilà que ladite chaîne avait été trop indépendante, à ses yeux, durant la campagne électorale. Depuis, ses p.d-g avaient valsé aussi vite que les rotations à trois temps des  jeunes filles endimanchées lors du bal des débutantes.

Depuis, les journalistes de LCM ont le plus grand mal à approcher le maire de Marseille. Depuis, malgré les succès d’audience incontestables de la télé marseillaise, la crise économique a lessivé les banquiers dont le maître d’oeuvre, Charles Milhaud, le patron de la Caisse d’Epargne. L’ami-conseiller de l’ombre était aussi celui de la funeste création de Natixis et du déficit abyssal de l’Ecureuil (touchée par la crise des subprimes, l’action Natixis ayant en moins de deux ans perdu près de 95% de sa valeur, Charles Milhaud est, le 19 octobre 2008, après un Conseil de surveillance des Caisses d’épargne, et à la suite d’une perte de 751 millions d’euros, contraint de quitter la présidence du directoire de la Caisse Nationale des Caisses d’Epargne). Pourtant, toujours protégé par Jean-Claude Gaudin qui lui renouvelle régulièrement sa confiance, il demeure le conseiller municipal délégué aux relations économiques internationales de Marseille. Soit .

Certes, le modèle économique de LCM, dès sa genèse, était incroyablement inadapté. Les bonnes fées financières prestigieuses, mais vieillissantes, ignoraient totalement la révolution technologique qui se tramait avec les Web TV et la puissance de feu d’Internet. Ils optèrent pour le très couteux hertzien (750 000 euros par an pour la chaîne, une hérésie !) qui ne couvrait en diffusion qu’un périmètre très restreint de Marseille et d’Aix, bien trop restreint pour les annonceurs.

Aucun accent n’a été mis sur le web et utilisant les moyens gratuits de diffusion pour faire buzzer les exclusivités journalistiques (Dailymotion ou Youtube). Certes, certes, certes… On peut relire l’histoire à l’infini, elle témoigne néanmoins d’une stupéfiante inadaptation de nos élus aux révolutions technologiques que n’importe quel gamin des quartiers maîtrise parfaitement. La fracture numérique n’est pas là où on la croit… Elle est surtout générationnelle.

Reste que le tuyau de diffusion de LCM est convoité par plusieurs chaînes thématiques de la TNT, dont NRJ qui désire décliner son succès national par de la proximité. En d’autres termes, la fin du journalisme, notamment politique… Amusons-nous jeunesse ! Dansons, buvons jusqu’à plus soif. Draguons la jeunesse à coups de télé achat, de télé réalité, d' »Hélène et les garçons » des années 80, de « friends » rediffusés mille fois, de « vis ma vie »… On s’en pourlèche déjà…

Ce soir à Marseille, la presse est moribonde, la nécessaire confrontation éditoriale de l’information, morte. Ce soir à « Marseille, un autre regard« , on se dit que notre démarche est salutaire… Tout ce que l’on ne vous dira pas ailleurs, parce que la pub finance la presse, n’est pas notre souci. Ici, pas de pub, pas de financements, pas de compromission, que de l’info.

« Marseille, un autre regard » est décidément le media d’avenir, avec notre minable petit blog informé, gratuit, fait à la maison un dimanche soir… Mais nous osons espérer tout de même que la citoyenneté se lèvera pour dire l’inacceptable !

Publicités

9 Commentaires

Classé dans Culture, Economie, Général, Ils ont dit, Les grands projets, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, Social

9 réponses à “La bérézina de la presse marseillaise : LCM et la Tribune du Sud se meurent !

  1. marianne

    Merci pour toutes ces infos que l’on ne trouvent pas aileurs en effet. mais quelle merde pour la presse à marseille ! Alors nous n’auront que le discours de gaudin tous les matins ? Quelle horreur !

  2. jerome

    Idem : merci pour ces news et ce regard qu’on ne trouve pas ailleurs. On en vient à regretter qu’il n’y ait pas plus souvent des billets ;^)
    Pour la Tribune, c’est bien dommage si l’info se confirme, car même si ce media est perfectible, il offre une alternative précieuse au « Bien-pensant » insipide.
    Il y a pourtant un boulevard, que La Marseillaise n’a pas la capacité de combler de par son actionnariat historique engoncé dans son histoire. (depuis le temps, ça se saurait).
    Dommage aussi pour LCM si un NRJ reprend la main.
    Longue vie à Marseilleunautreregard !

  3. Daossarb

    Mouais… « La-presse-libre », financée par une banque qui veut se venger du groupe Hersant, à cause du rachat du groupe Ebra, ne me parait pas si libre que ça.

  4. steph

    quel jour funeste !

  5. L’arrêt brutal de Tribune du Sud est un sale coup porté au pluralisme de la presse locale. la Provence respire…

    • C’est aussi un sale coup pour les salariés qui ont appris brutalement la nouvelle !
      L’édito final signé « La rédaction » nous rappelle que « quand on prononce le mot « intégrité », le mal se mobilise ».
      Il eût été intègre et courtois d’assurer au moins les salaires du mois de juin avant de mettre la clé sous la porte !

  6. Bertrand

    L’histoire de La Chaîne Marseille me rappelle celle d’une autre télévision: TéléToulouse.
    De grosses dépenses, un gouffre abyssal à combler, et de gros problèmes au final. Quand on sait que les ex-patrons de TLT étaient aussi les ex-patrons de LCM, on comprend peut-être mieux ce qui arrive. Ne dit-on pas « mêmes causes, mêmes effets »?
    J’espère pour Marseille que LCM connaîtra un autre sort que celui réservé à TLT. Car à Toulouse après de multiples grèves, des salaires payés avec plusieurs mois de retard, le dépôt de bilan,le redressement judiciaire, le PSE, il ne reste à présent que 17 personnes dans l’entreprise.
    L’antenne ne ressemble plus à grand chose et il n’y a plus de capitaine pour mener le bateau.
    Courage donc aux salariés de LCM, car les prochaines semaines risquent d’être difficiles à vivre.

    • boucaud

      Les problèmes de LCM et de TLT sont les mêmes malheureusement que ceux des autres TV locales en France ( TLM à Lyon, TV Nantes, TV7 Bordeaux, Clermont Premiére…) pourtant dirigées par des équipes différentes…
      Il ne vous aura pas échapé non plus que l’ensemble des médias, y compris les plus gros ( TF1, La Provence, Sud Radio…) sont en crise. Au passage, contrairement aux autres médias, les tv locales n’ont jamais été aidées par les « aides à la presse » de l’Etat… Enfin, je suis preneur de toute idée qui permette ( y compris sur le web) , de faire fonctionner une rédaction, donc de payer des journalistes, et de trouver en face des revenus
      publicitaires ( ou autres).
      Si malheureusement ce n’était qu’un problème de dirigeant, il suffisait d’en changer ( comme à Marseille) pour trouver la solution… et je serai le premier à apprendre la leçon, et à reconnaitre mes erreurs…
      Pierre Boucaud, ancien diregeant de TLT et LCM.

  7. Bonjour,

    Triste période en effet, où l’information, y.c alternative a un coût pour être de qualité et diffusée au plus grand nombre. Les médias ont des business modèles fragiles, malmenés par la crise, … Même les si pauvres « Gratuits » font des pertes. Le Tribune du sud aura été une aventure flamboyante qui mériterait d’être poursuivie, prolonger en d’autres formes.
    On va fêter la culture en 2013 à Marseille, vitrine de l’Europe. Mais y-a-t-il une culture vivante, un substrat au développement humain, sans une presse et des médias locaux libres, impertinents et dynamiques ? L’information (et non la publi-promotion) n’est-elle pas indispensable pour forger l’être apte à recevoir et créer du bien culturel ? N’est-elle pas ce le lien qui permet d’ouvrir d’autres possibilités de vivre ensemble ?

    A triste temps, inventive réponse. Face au besoin d’information indépendante, peut-être de nouveaux schémas, qui mêleraient dans une savante équation « information numérique avec ou sans version papier », imbriquant la vie d’une rédaction et l’écosystème productif de la blogosphère. Dans tous les cas, un équilibre qui relève du Saint Graal quand on doit payer une équipe, …

    Amitiés,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s