Valérie Boyer, (députée des Bouches-du-Rhône) : une ascension qui dérange. Surtout à l’UMP…

valerie boyerChoisie en 2001 par l’équipe Gaudin pour redonner un coup de jeune à la droite marseillaise, Valérie Boyer, ancien cadre hospitalier, a su profiter de cette belle opportunité pour devenir un personnage politique qui compte.

« Enthousiaste et  plutôt sympathique, elle faisait partie d’un vivier qu’on regardait d’un œil bienveillant. C’était bien pour notre camp. »  se souvient, entre nostalgie et paternalisme, Renaud Muselier. Sauf qu’aujourd’hui son ascension, quelque-fois comparée à Ségolène Royal pour ses prises de positions sociétales, fait grincer beaucoup de dents, à commencer par « celui qui l’a fait naître » en politique, Jean-Claude Gaudin.

Ayant, contre toute attente, mis fin à la dynastie de la famille Masse dans la 8ème circonscription de Marseille, la candidate UMP s’offrait six ans plus tard une belle victoire politique qui allait la conduire directement sur les bancs de l’Assemblée Nationale. Le voyage initiatique en politique venait alors de commencer : Obésité infantile, lutte contre l’anorexie, proposition de loi sur les retouches photos dans la presse, allongement du congé maternité, l’achat des fruits et légumes avec les tickets repas, remboursement de la pilule contraceptive…

Autant de dossiers qui lui permettent d’occuper régulièrement le paysage médiatique. Plus rien ne semble devoir arrêter Valérie Boyer. Sauf, peut-être, les caciques UMP locaux…

Victime du redécoupage électoral ?
A l’entendre certainement. Tandis qu’un consensus méridional sur le redécoupage électoral se mettait en place entre le préfet Michel Sappin, le sénateur-maire Jean-Claude Gaudin et le Président du Conseil général des Bouches-du-Rhône Jean-Noël Guérini, la députée montait au créneau pour défendre sa circonscription.

Lors de la dernière réunion du groupe UMP, elle fit une entrée fort applaudie, en lançant : «Je suis spoliée de la moitié de ma circonscription, et ce sont les bons bureaux». Peut être parce que la dynamique députée ose dire tout haut ce que beaucoup pense tout bas dans les rangs silencieux de la Sarkozie.

Ne pouvant cacher sa colère après avoir découvert dans la presse le projet préfectoral de redécoupage, réalisé sans concertation avec les députés sortants, Valérie Boyer a vite fait les calculs et compris que ledit redécoupage se ferait au détriment de son avenir politique. Cette circonscription législative, arrachée de haute lutte en 2007, deviendra plus que compliquée à conserver en 2012 après les retouches du secrétaire d’État à l’Intérieur Alain Marleix.

Craignant que ce qui fut jadis son tremplin ne se transforme en un véritable guet-apens, la députée s’est alors largement épanchée, dans la presse notamment, sur son sort. Autant de confidences et de déclarations qui n’ont pas manqué d’envenimer des rapports déjà fort tendus avec le maire de Marseille, peu avare en menaces.

Une inimitié qui ne se cache plus
Lors de l’interview de rentrée donnée au magazine « Objectif Méditerranée », le 28 août 2009, Jean-Claude Gaudin n’y était pas allé par quatre chemins, « ce qui me déplaît, c’est que l’on parle en public », à sa place en somme… Condamnant sans autre forme de procès les récentes déclarations de la députée, le Sénateur-Maire s’était montré très clair, réaffirmant son soutien sans faille à son ami Roland Blum, lancé aussi dans la bataille et pour lequel ce « remodelage » serait plus favorable.

Il se faisait même menaçant, « si Valérie Boyer ne veut pas affronter Sylvie Andrieux, Nora Preziozi s’y précipitera… » A l’évocation du nom de la fidèle Nora Preziozi comme possible remplaçante, le message se voulait, là aussi, sans ambages : « Ou nous gagnions la présidentielle et nos députés sont réélus ; ou nous perdons, et alors Valérie Boyer, mais aussi Renaud Muselier seront en grande difficulté. »

L’édile marseillais n’aurait-il pas goûté le soutien officiel de Valérie Boyer à la candidature aux régionales de Guy Teissier, son frère-ennemi juré ? Sûrement. Et de conclure, assassin : « Elle jouera un grand rôle politique si elle est réélue. Pour ce, il faut se lever la peau. »

Dans un tel climat d’hostilité, la surmédiatisation de Valérie Boyer est la plus grande garantie de sa survie politique. Dans le duel de femmes qui l’oppose à Sylvie Andrieux, particulièrement bien implantée sur son territoire, elle sait combien la partie sera difficile. La députation lui a ouvert la porte d’une notoriété nationale rapide et efficace mais dont on pourrait tout aussi bien changer les serrures tant ses appuis sont faibles au niveau local.

Contrairement à nombre de ses collègues, Valérie Boyer a privilégié le travail parlementaire législatif, correspondant davantage à ses convictions et à sa forte personnalité au caractère bien trempé. Nul doute qu’elle a su faire sa place à l’UMP. Comme l’affirmait un des ses collaborateurs, « Valérie est aujourd’hui très courtisée. Aussi bien chez Xavier Bertrand que du côté de Jean-François Copé. ». Pourtant, il y a loin entre les fugaces courtisans parisiens, les rares amis politiques et le nécessaire adoubement des barons locaux… Loin, très loin…

Publicités

1 commentaire

Classé dans Général, Ils ont dit, Législatives 2007, Politique, Pour vous faire votre opinion, Présidentielle 2007, Social

Une réponse à “Valérie Boyer, (députée des Bouches-du-Rhône) : une ascension qui dérange. Surtout à l’UMP…

  1. bravo pour l’article

    JCG déteste ceux ou celles qui ont du succès
    auprès des media

    voir

    http://www.hiboox.fr/go/images/humour/1595351455,f9cb2e663c4a47e6958acd58a68e1b86.jpg.html#

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s