Archives de Tag: candidat

Résultats du sondage secret de Jean-Claude Gaudin pour les prochaines municipales de Marseille

http://blogs.laprovence.com/comptes/Les-mots-de-l-actu/public/.GAUdin_m.jpgPoussé par l’équipe de campagne de Jean-Noël Guérini, candidat socialiste à la mairie de Marseille, Jean-Claude Gaudin, maire Ump actuel, avait été contraint de publier un sondage commandé à la TNT Sofres par ses soins. Si le sondage de Guérini les donnait à égalité à 40% chacun, celui de Gaudin était nettement plus flatteur pour l’édile marseillais, 55% pour lui contre 45% pour son challenger.

Or, comme nous vous l’annoncions ici même jeudi dernier, Jean-Claude Gaudin avait en réalité commandé deux sondages. Le premier, celui qu’il a finalement décidé de publier avait été réalisé en octobre, le second, resté secret, un mois plus tard, à la mi-novembre. Nous avons pu nous procurer les résultats de ce sondage par l’entremise d’un proche du maire de Marseille.

Au 1er tour, ce sondage donne 38% à Guérini pour 36% à Gaudin. Au second tour, Gaudin l’emporterait par 52% contre 48% pour Guérini, loin des 55/45 finalement publiés. Autre enseignement, les résultats du 1er secteur (1er/7è arrondissement), celui qui fera basculer Marseille à droite ou à gauche, donnent au 1er tour 38% pour Jean Roatta (Ump) et 42% pour Patrick Mennucci, candidat socialiste et directeur de campagne de Jean-Noël Guérini. Pour le second tour, les deux candidats seraient à égalité à 50% (au lieu des 52/48 publiés).

Ces résultats témoignent, s’ils étaient vérifiés, que la situation est plus critique que Jean-Claude Gaudin et son parti, l’Ump, ne l’imaginaient. On comprend ainsi mieux pourquoi il ne l’a pas rendu public et pourquoi le maire a fait preuve d’agacements et d’agressivité ces derniers jours. Car, même s’il serait reconduit à l’Hôtel de Ville, l’écart se resserre considérablement selon ce sondage et semble, en ce début de campagne, laisser les jeux très ouverts.

3 Commentaires

Classé dans En bref, Général, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, sondages

Guérini prend son inspiration à Barcelone pour les prochaines municipales de Marseille

Fructueuse et enrichissante. Telle a été, selon lui, la visite à Barcelone, le week-end dernier, de Jean-Noël Guérini, candidat socialiste à la Mairie de Marseille. Reçu avec tous les honneurs par Jordi Hereu, maire de la capitale catalane, qui a salué en lui un homme « politique qui pense une nouvelle vision pour Marseille ». Non sans écorcher son patronyme, le jeune édile a martelé « Monsieur Guérin (sic), c’est la garantie d’une Marseille forte », et de confier, ce qui a stupéfié l’auditoire, que cela faisait plus de 10 ans qu’un responsable politique marseillais ne s’était rendu dans la capitale catalane ! Invraissembable quand on songe à la sempiternelle sentence du maire de Marseille de positionner sa ville comme capitale euroméditerranéenne…

Jean-Noël Guérini souhaitait s’inspirer de l’essor économique de Barcelone pour, à son tour, « Faire gagner Marseille ». Admiratif du développement urbanistique maîtrisé qu’a connu la ville, qui tient aux choix politiques et visionnaires faits il y a 20 ans par le maire de l’époque, Pasqual Maragall, lui aussi socialiste ; c’est surtout la croissance exponentielle de son port qui a concentré l’attention du patron du Département des Bouches-du-Rhône.

Le leader de la gauche marseillaise a pu obtenir plusieurs engagements de son (futur?) homologue catalan comme le renforcement du pôle sud de l’Europe et de l’Arc méditerranéen. « Nous avons échangé des perspectives dans divers domaines, notamment économique, portuaire, culturel et sportif » a-t-il souligné.

Cerise sur le gâteau, Jordi Hereu a prévu de venir à Marseille pour soutenir Jean-Noël Guérini dans sa campagne électorale municipale. Le candidat socialiste est rentré à Marseille heu-reux !

1 commentaire

Classé dans Economie, En bref, Général, Ils ont dit, Les grands projets, Municipales 2008, Politique, Social, Transports, Vidéos

Rocca-Serra en tête du sondage de Bayrou pour la tête de liste MoDem aux municipales de Marseille

Curieuse et insolite a été la réponse de Jacques Rocca-Serra hier soir sur le plateau de LCM. A la question de savoir s’il connaissait les résultats du sondage commandé par François Bayrou pour départager les 3 candidats MoDem de la prochaine élection municipale de Marseille, il répond sans ciller, « non, je ne les connais pas, j’attends que François Bayrou me les donne. »

Dubitative, la journaliste qui les connaît déjà tente, avec le sourire moqueur du genre vous vous foutez de moi non ?, traduit par un timide, « vous n’avez pas une petite idée? », le patron de l’UDF 13, flegmatique, tranche « pas d’idée du tout et je ne veux pas le savoir… mais le bon sens paraît le dire de lui-même… »

Cette insistance à nier l’évidence est révélatrice du positionnement presque intenable de Jacques Rocca-Serra. L’homme est rôdé à l’exercice depuis des décennies. Il a appartenu à toutes les majorités municipales depuis l’après-guerre, de gauche comme de droite : Defferre, Vigouroux et Gaudin. L’ancien Sénateur incarne sans nul doute « l’ouverture » à lui tout seul, non sans talents, il en faut d’ailleurs beaucoup pour s’adapter avec un tel brio aux alternances politiques locales, ce qui confine, chez lui, au grand art.

Indépendant au 1er tour, soutien de Gaudin au second !
Devançant de peu ses adversaires et néanmoins collègues du MoDem, J.-L. Benhamias et M. Boualem, il se proclame candidat bayrouiste. Mais comment pourra-t-il honorablement proposer aux électeurs l’indépendance du Modem alors qu’il est adjoint au maire de Jean-Claude Gaudin, chargé des relations internationales, du transport et de la Maison de l’artisanat? A ce niveau-là il ne s’agit plus de girouette, mais d’acharnement thérapeutique ! D’autant plus qu’il ne cache pas son intention de soutenir le candidat Ump au second tour. Un grand écart difficile à soutenir pour les nouvelles recrues du MoDem. Dans l’exercice de la langue de bois, il a donné hier soir sur LCM, un exemple d’une virtuosité rarement atteinte (cf vidéo).

Son challenger, le député européen Jean-Luc Benhamias fulmine et évoque déjà des primaires. Rien n’est joué donc. D’autant que le trublion ex-vert est membre de la commission nationale d’investiture du MoDem aux côtés de François Bayrou. Ce dernier viendra opportunément tenter de démêler l’écheveau centriste lundi prochain à Marseille… La fin du grand écart ?

2 Commentaires

Classé dans Général, Ils ont dit, Municipales 2008, Politique, sondages, Vidéos

Guérini en ordre de bataille sur la propreté pour les municipales de Marseille

Film projeté lors du 1er rendez-vous débat de Jean-Noël Guérini

Après avoir inauguré en fanfare la « ruche », son QG de campagne devant 2000 aficionados ravis de se compter aussi nombreux, Jean-Noël Guérini, candidat PS à la Mairie de Marseille, a sillonné la ville durant tout le week-end grâce à l’opération « Tous sur le pont ! » qui consistait, dans 80 points rencontre, à distribuer sa « Lettre à tous les Marseillais. » Samedi après-midi, il réunissait, avec Samia Ghali et René Olmeta, 300 acteurs de la vie sportive. L’infatigable Guérini poursuivait, lundi soir, son entrée en campagne par le premier de ses huit rendez-vous débats : « Gagnons une ville propre et attractive. »

C’était jour d’affluence à la Maison de la culture arménienne de la rue St Bazile pour débattre de cette épineuse question marseillaise. Plus de 500 personnes avaient répondu présentes à l’appel du patron de Conseil général, et la salle est vite devenue trop exigüe. Durant 3 heures, Jean-Noël Guérini, concentré, a pris des notes, avant d’apporter une conclusion tonitruante dans laquelle il n’a pas manqué d’égratigner sans jamais le citer Jean-Claude Gaudin, l’actuel maire Ump en place :  » La campagne électorale qui s’ouvre ne sera pas assez longue pour constater les échecs de la municipalité actuelle après 13 années de mandat« , lance-t-il avant de poursuivre, « au hit parade de ces échecs, le plus criant est certainement celui de la Propreté. Cet échec est, non seulement un échec de la municipalité sortante, mais celui, personnel, du maire sortant. » Le ton était donné…

Je règlerai la propreté de Marseille en 6 mois !
Le candidat socialiste poursuit par un constat accablant, partagé par l’auditoire et ponctué par des applaudissements : absence de responsabilité politique, organisation de la propreté défaillante, lourde et inadaptée, absence d’objectifs clairs et, en guise d’estoquade, « un esprit de clientélisme plus fort encore dans ce secteur que dans tous les autres secteurs de cette municipalité »

Guérini n’a pas été non plus avare de propositions et d’engagements. Morceaux choisis : « Je règlerai le problème de la propreté dans les 6 mois après mon élection ! », « Je serai un maire qui non seulement vous proposera des solutions, mais qui prendra, comme je le fais au Département, des décisions », « Il est grand temps pour notre ville de passer d’une gestion d’obligation de moyens à une gestion d’obligation de résultats, j’insiste d’ailleurs sur cette culture nouvelle du résultat, pour vous dire que tout le monde y sera soumis, élus compris ! », « Pour y arriver, je supprimerai, comme je l’ai déjà indiqué publiquement, « le fini-parti » », « Il y aura un cantonnier par rue, et cela, croyez moi, ce sera incontournable »,  » De fait, l’ensemble du travail sur « Marseille, ville propre » sera fondé sur une évaluation technique des besoins et des moyens, avec un contrôle indépendant du résultat », « Les marseillais sont aussi des piétons, ils doivent retrouver une ville dotée d’équipements de confort sanitaire et de propreté, débarrassée des pollutions d’origine canine grâce à un nettoyage spécifique et à la mise en place de « canisettes » », « Je n’hésiterai pas à sanctionner les actes d’incivisme et de dégradation de notre cadre de vie. Je dis tout ça avant les élections, je veux être au clair avec tous ceux qui m’entendent : c’est un engagement ! »

Un budget de « pierre »
« Comment payer toutes ces bonnes intentions ?«  demande-t-il, non sans préciser qu’en arrivant aux fonctions municipales, il ne trouverai qu’un « budget de pierre » puisque Marseille est « une des villes les plus endettées de France (3400 euros par habitant entre la Cum et la Mairie)« . La solution est d’activer la « synergie entre les collectivités territoriales (Département / Région / Ville)  »  et d’être « en mesure de mettre toutes les parties autour d’une table pour un intérêt commun » Mais, précise-t-il, jouant la transparence, « je gouvernerai à budget constant mais sans augmentation d’impôt grâce à une meilleure gestion. »

« Si, dans 6 ans, vous estimez que je n’ai pas été à la hauteur de mes engagements, je rentrerai chez moi, avec l’amertume de l’inachevé, comme celle que doit ressentir aujourd’hui la municipalité en place« . Nous voilà bel et bien en campagne !

3 Commentaires

Classé dans Economie, Général, Ils ont dit, Municipales 2008, Politique, Propreté, Vidéos

Guérini se lance officiellement pour les municipales de Marseille

mennucci.jpgCa y est. Guérini semble fin prêt. Gonflé à bloc, il va inaugurer son local de campagne aux prochaines municipales de Marseille, sis au 11 place du 4 septembre, dans le 7ème arrondissement, le 16 septembre à 18h00. Ledit local, déjà appelé « La ruche » a porté chance au candidat Vauzelle à la région, un poil moins au tonitruant Patrick Mennucci (photo de l’article), l’idole des plateaux télés, depuis que son livre « Ma candidate » (Albin Michel), se vend comme des petits pains, (2ème édition à ce que l’on sait, soit quelques 40 000 exemplaires…).

Celui qui a loupé de près l’élection législative (248 voix) a toujours pris tous les risques, même celui d’avoir brigué le poste du charismatique Guy Hermier, contre l’avis du patron socialiste local : Jean-Noël Guérini. Depuis, les choses sont rentrées dans l’ordre au point où le trublion est devenu le directeur de campagne de… Jean-Noël Guérini ! (après avoir été celui- adjoint- de Ségolène Royal pendant la dernière présidentielle).

Soyons clairs, pour nos chers lecteurs, nous ne manquerons pas de couvrir la campagne de Jean-Claude Gaudin lorsqu’elle émergera… Ce n’est toujours pas le cas (ce que nous comprenons en termes stratégiques, le maire en place ne doit pas travailler sa notoriété, elle est naturellement acquise…) et, Dieu merci, le CSA ne contrôle pas le net… Nous avons vainement tenté de trouver un site UMP 13… Google sèche, tout comme nous…

1 commentaire

Classé dans Général, Municipales 2008, Politique