Archives de Tag: Coppola

Régionales en Paca : TER, on raille et on déraille…

Le bilan de Michel Vauzelle en matière de trains express régionaux est-il désastreux ? Certains de ses opposants, de droite comme de gauche, voudraient le faire croire et se sont emparés du sujet avec l’espoir de recueillir, dans l’isoloir, l’exaspération des usagers provençaux. « Faillite du transport régional en PACA », « Vauzelle, Porte-parole de la CGT » Les critiques fusent, les discours racolent et Michel Vauzelle s’offre des fleurs…Voyage en immersion à bord du « train express régionales 2010 » !

A l’heure où la campagne électorale des régionales monte en puissance, le train, flambant neuf, ponctuel, ou celui qui est éternellement en retard, s’invite au cœur du sujet et devient l’enjeu du moment entre les protagonistes. Naturellement, Michel Vauzelle défend son affaire.

Lors de sa visite aux usagers en gare de Marseille St Charles, il affirme «les TER sont le fleuron de notre bilan.» L’occasion pour le président du Conseil régional sortant de se proclamer, « fier d’une politique ferroviaire favorable au développement économique et social de la région, à la défense de l’environnement.»

On l’aurait fait à moins, certes, il est candidat à sa reconduction. Il a également assuré de son soutien les cheminots ; « cette corporation qui a tant compté dans l’histoire du pays et pour les forces de gauches et syndicales». Il ménage aussi, de fait, la responsabilité des cheminots engagés dans un conflit très dur, dont les usagers pâtissent, contre la politique du gouvernement et la direction de la SNCF. Une attitude pour le moins ambiguë pour l’usager d’un service public trop souvent déficient.

L’adversaire n’est pas en reste dans le n’importe quoi électoral, Thierry Mariani. Pour lui, la région passe à coté de sa mission ; « c’est la pire région en matière de TER car les élus se conduisent non pas en représentant des usagers mais des syndicats !»

Un bât blesse en l’occurrence. Ledit candidat est très proche de l’Elysée, au point d’avoir été choisi par le président Sarkozy sans l’avis des militants, fait quasiment unique en France. Mais alors, pourquoi ne pas mettre cette force au service de la Région ? Pas une proposition pour l’heure…

L’éternel commentateur communiste, Jean-Marc Coppola, qui est assurément juge et parti puisque cheminot et tête de liste du front de gauche déclame sa partie : « La majorité de gauche sortante présente un bilan peu contestable, en terme de rénovation du matériel, d’offre de transport, de progression du nombre de passagers. Mais ce bilan est parasité par la politique malthusienne de l’Etat et de la direction de la SNCF qui limitent les investissements et suppriment les emplois.»

Un point de vu qui se rapproche de celui du candidat socialiste, Michel Vauzelle, qui accuse la SNCF d’être la source qui alimente le mécontentement des usagers et l’action revendicative des cheminots « Nous n’en avons pas pour notre argent », « La direction de la SNCF poursuit la même politique que le gouvernement en réduisant les effectifs.»

Cette tension, palpable, entre la Région, l’Etat et la SNCF a atteint son paroxysme après le saccage de 35 rames de TER, par un groupe d’inconnus, en gare de Nice dans la nuit du 25 janvier. Des actes de vandalisme d’une rare violence dont les dégâts se chiffreraient à plus de 500 000 € selon Joseph Moulin, directeur régional de la SNCF.

Conscient que l’incident était de nature à provoquer un tournant sécuritaire dans le débat pour les élections régionales, Michel Vauzelle, par un communiqué, a réagit très vivement, renvoyant dos à dos, chacun à leurs responsabilités ; «Le droit à la sûreté pour tous est un droit de l’homme essentiel (…). La Région paie la police ferroviaire alors que c’est du ressort de l’Etat. Mais ce n’est pas suffisant. La sécurité n’est pas assurée par la SNCF et par celui qui en a la charge, l’Etat.» Des propos mal venus aux oreilles du Préfet des Alpes Maritimes, Francis Lamy, qui rejette la grande faute sur l’exploitant du réseau, la SNCF.

Bref, nous avons là, des politiques, des hauts fonctionnaires et hauts responsables de la SNCF, des syndicalistes et des usagers engagés dans une prise de becs républicaine sur fond d’avaries ferroviaires.

Le bilan de Michel Vauzelle, qui reste la parade officielle aux critiques, ne suffit pas, même orné de fleurons, à masquer l’exaspération des usagers qui parfois ont le sentiment de jouer leur ponctualité à qui perd gagne. En 2009, près d’un train sur trois affichait du retard et 7,2% ont été supprimés des panneaux d’affichage, soit 15 960 TER, selon les chiffres de la SNCF.

Le bilan Transport de Vauzelle : faire ce que peut

L’action du Conseil régional pour les TER s’inscrit dans le cadre de la loi du 13 décembre 2000, relative à la solidarité et au renouvellement urbain. Une compétence rendue effective le 1er janvier 2002 qui visait principalement l’amélioration du service public.

D’une façon générale, la locomotive régionale a bien fonctionné puisque sa mobilisation s’accompagne d’une hausse conséquente du trafic (20% entre 2002 et 2007) et se traduit pour l’usager en termes de fréquence, de rénovation du matériel, de confort ou de politique tarifaire.

Pourtant, ce volontarisme en politique à un prix, en 2009, les régions ont dépensé 2.7 milliards d’euros alors que la compensation de l’Etat s’élève à 1.9 milliards d’euros.

Les résultats comptés du bilan ferroviaire de la région Paca sonne comme un argumentaire de campagne ; « Trois milliards d’euros ont été engagés par la Région en dix ans. 38 gares ont été réaménagées, 100 rames achetées, 700 TER quotidiens aujourd’hui contre 290 en 1998, 100 000 voyageurs par jour sur le réseau … » revendiquait le candidat socialiste lors de sa conférence de presse le 31 janvier dernier.

Du point de vu de l’usager, en revanche, le bilan de Michel Vauzelle sera bon le jour où les trains rouleront avec régularité et constance… Même si ce n’est pas de son ressort. Loin s’en faut.

Mais si Pour Thierry Mariani, qui utilise les bonnes grosses ficelles d’une campagne électorale, fort d’une formule qu’il a prononcé lors du lancement de sa campagne à Marseille, et s’est assuré, de fait, une bonne couverture médiatique : « le seul train qui fonctionne dans la région, c’est le train de vie du président du conseil régional ! »

Pour autant, la violence de cette seule saillie témoigne bien de l’enjeu des transports ferroviaires dans la campagne électorale. Une chose est sûre : l’heure des bonnes intentions arrive à son terminus, il est temps de comparer ce que chacun porte dans sa besace. Nous verrons bien au dépôt qui des candidats, de droite comme de gauche, remportera l’adhésion des électeurs !

Mais au fait, connaissez-vous les programmes ?

Publicités

1 commentaire

Classé dans Economie, Général, Ils ont dit, Les grands projets, Politique, Pour vous faire votre opinion, régionales, Sécurité, Social

Régionales en Paca : le nationaliste Bompard fulmine mais reste dans la galaxie Sarkozyste via le MPF. Objectif : Tuer Le Pen!

J’y suis, j’y suis plus, mais j’y reste. Selon un communiqué, non repris par la presse mais publié sur son blog, Jacques Bompard, maire d’Orange (ex Front National) et candidat aux élections régionales en région Paca (Ligue du Sud) indique : « qu’il reprend sa liberté de réflexion et d’action » face au Parti de Philippe de Villiers (le Mouvement pour la France), fraîchement ré-intégré dans la galaxie Sarkozyste (UMP), sans que l’on comprenne vraiment ce que ces termes recouvrent.

Dehors ou dedans ? Quitte ou reste ? Ledit de Villiers marchant lui-même sur des œufs, bafouillant un : « Jacques Bompard est un ami. Il a une fermeté de convictions alliée à une vraie réussite locale. Mais je soutiens la liste de la majorité présidentielle en Provence-Alpes-Côte d’Azur et sa tête de liste, Thierry Mariani. »

Gaudin, le maître d’œuvre ?

Un rendez-vous avec jean-Claude Gaudin, maire de Marseille et patron des investitures nationales pour l’UMP, a eu lieu, dit-on. Tous les acteurs démentent, au premier rang duquel Jacques Bompard lui-même. Tous ont intérêt à nier, c’est un fait. La cible étant Jean-marie Le Pen et son dernier baroud électoral d’honneur. D’autant qu’il est donné à 19% par le dernier sondage iSama (commandé par l’équipe Vauzelle). Chiffre gonflé mais dangereux. Soit.

Si le vieux cacique frontiste fait plus de 10% au 1er tour des régionales, c’est la victoire assurée pour Michel Vauzelle (PS) et la déconfiture pour l’improbable Thierry Mariani (candidat UMP choisi, non par les militants, fait unique en France, mais par l’Élysée pour sa haine, entre autre, de… Jacques Bompard… tous deux élus sur les mêmes terres : Valréas-Orange dans le Vaucluse).

Les UMP 13 n’y croient pas

Un calcul trop parisianiste, trop politicien pour les militants Ump marseillais : « Sarko offre une bataille à Mariani pour des affaires hyper locales dans le Vaucluse. »

« Thierry est un mec bien, mais il n’est pas connu à Marseille, confie Ahmed qui a adhéré à l’UMP durant la présidentielle, ses positions sur les tests ADN pour les étrangers candidats au regroupement familial sont difficiles à défendre ici ». Autant dire dans les Bouches-du-Rhône, soit 50% de l’électorat régional… Même s’il précise qu’à « Nice, il va emballer ! ». « Thierry est un warrior, un fighter, mais il n’a aucune prise sur la réalité de nos vies. Personne ne le connait. L’opposé de Bernard Tapie. »

Entendre çà à Marseille est un drame pour n’importe quel candidat… Surtout lorsque les commentaires proviennent de son propre camp…. Ville rebelle, il faut l’aimer pour la comprendre ! Voilà bien une erreur de débutant. Tous s’y sont cassé les dents. Tous n’étaient pas marseillais cela dit… Mais tous avait compris l’enjeu avant de se présenter. Le Cévennol Gaston Defferre en premier.

Le discours militaire, intransigeant, sécuritaire, blanc, catholique, à Marseille, même à l’Ump, à des limites. Il fonctionne dans quelques quartiers du sud de la ville. Bien loin des supposés 400 000 musulmans marseillais, même de droite… Erreur de casting ?

Le projet de Sarkozy lui échappe…

Quoi qu’il en soit voilà bien une impossible configuration pour l’hyper-président… Sarkozy devait tenir deux meetings (Nice et Marseille) pour soutenir son candidat et haranguer ses troupes mais, semble-t-il, l’idée de lui re-configurer une posture présidentielle, après son intervention télévisuelle sur TF1, aurait calmé ses ardeurs. Il se replace désormais au-dessus des partis. Nous restons vigilants sur l’info néanmoins… Viendra ou viendra pas ? On a plusieurs dates et lieux à vous fournir… L’Élysée cafouille pour sûr…

Reste que Jacques Bompard, qui fût un penseur de la première heure du Front national, du temps où il faisait 1%, viscéralement nationaliste, auteur de quelques ouvrages nostalgiques (« France, ton agriculture doit vivre » ed C.E.R.C.E. – 1987, bradé 7 € sur primeminister), paillard à ses heures, qui aime montrer ses fesses aux copains, surtout en Camargue autour de balades à cheval, s’est trouvé de nouveaux copains niçois pour soutenir l’ identité provençale : « les Identitaires », ses principaux soutiens azuréens, dont Philippe Vardon, président de « Nissa Rebela », propulsé directeur et porte-parole de la campagne dans le 06 : « C’est une fierté d’accueillir les identitaires, une force jeune qui s’intéresse à la chose publique avec talent, dynamisme et entrain », souligne-t-il.

Un vrai facho… bien utile

Lesdits « identitaires », curieux groupuscule nationaliste (où se côtoient les nostalgiques de l’antique romanité et de l’italianité naissante, post risorgimentale, très mussolinienne), invitent leurs aficionados à venir les rejoindre avec cet appel : « Face à la violence de la racaille et devant la démission des pouvoirs publics. Face à leurs responsabilités élémentaires ; les Identitaires organisent – en collaboration avec de nombreux jeunes niçois et des commerçants du centre-ville – une manifestation intitulée « MAITRES CHEZ NOUS » – n’abandonnons pas notre ville à la racaille. »

Rien que de très compréhensible en termes d’union… Les amis se retrouvent… Sauf que Le Pen les pensait fidèles à sa cause… Voilà pourquoi aussi, entre autres, Jacques Bompard se radicalise et indique dans son communiqué, passé inaperçu :

 » Lorsque Philippe de Villiers est entré dans le comité de la majorité présidentielle, j’ai fait part de mes doutes. Cependant, j’ai noté que le M.P.F. entrait dans ce comité pour ancrer la majorité à droite.

On juge un arbre à ses fruits et force est de constater qu’il n’existe aucun ancrage à droite de cette majorité. Bien au contraire, sur de nombreux points essentiels, on peut constater un ancrage à gauche, parfois même très à gauche. On pourrait en citer de nombreux exemples.

J’en retiendrai deux récents. L’un dans le domaine des idées, l’autre dans les faits.

Dans le domaine des idées, lorsque Eric Besson a déclaré à La Courneuve : «La France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c’est un conglomérat de peuples qui vivent ensemble. Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France du métissage». Le M.P.F. n’a émis aucune critique, aucune réserve. J’ai écrit à Philippe de Villiers pour lui demander de réagir. Sans résultat.

Dans le domaine des faits, voici quelques jours, 128 clandestins ont débarqué en Corse. Qu’a fait le gouvernement par la voix du ministre Eric Besson ? Il a demandé que ces clandestins soient remis en liberté. Là encore, le M.P.F. n’a rien dit.

Au regard de son évolution depuis 2007, il n’est pas exagéré de constater que le M.P.F. n’existe plus en tant que mouvement autonome, qu’il s’est dissous dans l’U.M.P. Dans ces conditions, j’ai plaisir à constater que j’ai eu raison de reprendre ma liberté de réflexion et d’action en créant en toute indépendance, avec mes amis, la Ligue du Sud. »

L’arme sarkozyste est plutôt bien élevée. L’Élysée ne souhaite que 2 ou 3 % pour cette liste non ? De quoi pouvoir faire gagner le copain Mariani… Le reste « on s’en fout! » aurait-il éructé  au sortir d’une réunion d’organisation électorale hier au palais présidentiel… Tout baigne !

1 commentaire

Classé dans Environnement, Général, Ils ont dit, Législatives 2007, Les grands projets, Politique, Pour vous faire votre opinion, Présidentielle 2007, régionales, sondages

Régionales en PACA : la campagne se réveille dans l’indifférence

La campagne pour les élections régionales se met, peu ou prou, en place. Les candidats restent pour la plupart affairés en cuisine à concocter des listes qui n’auront pas, au grand dam du Modem, les propriétés extensibles d’une pâte feuilletée. Tournant autour de la marmite, « Marseille un autre regard » vous livre pêle-mêle sa contribution en attendant de croquer dans le vif des débats !

Clairement, les arbitrages tardifs retardent la divulgation des projets et détournent les français vers une actualité plus nationale avec des enjeux croisés comme la réforme des collectivités territoriales ou bien encore ce débat sur l’identité nationale, toujours plus sulfureux malgré les récents calages gouvernementaux.

Comme entrée en matière, un sondage, commandé par le Parti socialiste et réalisé par l’institut Isama sur un panel de 806 sondés, recèle des indications intéressantes :

Il confirme l’avance de Michel Vauzelle donné gagnant au second tour, en duel face à Thierry Mariani (56-44) ou bien dans le cadre d’une triangulaire incluant le Front national (48-39-18).

Malgré les efforts élyséens, dans le choix même d’un candidat UMP en région Paca, à « la droite décomplexée » abordant frontalement, voire brutalement, les sujets chers au parti d’extrême droite, Il accrédite, avec 19% d’intentions de vote au premier tour, la thèse d’une poussée importante du Front national.

Enfin, il laisse présager une contre performance pour le parti des verts d’Europe Ecologie (9%) qui ne pourrait se maintenir au second tour, ainsi que pour les autres formations politiques, dont le Modem et le Front de gauche, qui ne passeraient pas la barre des 5% nécessaire à la fusion des listes au second tour.

Si ces prévisions se confirmaient dans les urnes, elles mettraient le parti communiste en situation de faiblesse face aux verts qui, eux, seront en position de négocier au second tour.

Bien sûr un sondage ne fait pas l’élection et de nombreuses personnalités politiques, dont le directeur de campagne du Modem, Christophe Madrolle, ont mis en doute la véracité de cette première enquête d’opinion.

Il ne fait aucun doute que si le staff de campagne de l’actuel Président de Région, Michel Vauzelle, a publié ledit sondage, et donc de l’inclure dans les comptes de campagne, c’est parce qu’il était très favorable à leur candidat… Une bonne entrée en matière qui rassure et motive les troupes. Pas mal vu…

L’UMP mise sur une victoire historique en PACA

L’UMP reste en embuscade néanmoins. Son leader, Nicolas Sarkozy, ne cache plus son intention de piloter la campagne, loin du devoir de réserve d’un Président de la République, c’est la rupture… Il a clairement fixé pour objectif à ses troupes de réaliser dans chaque région un score de 32 à 33% au premier tour.

Le débat sur l’identité nationale suivi d’une réflexion poussée sur l’interdiction de la Burqa devait aider, selon une recette déjà expérimentée lors de la dernière campagne présidentielle, à accomplir cet exploit.

Dans le collimateur de l’Elysée, la région Paca fait l’objet d’une attention particulière de la part du chef de l’Etat. Pas moins de deux meetings sont prévus, l’un à Nice, l’autre à Marseille, pour aider le soldat Mariani.

Le député du Vaucluse, ancien maire de Valréas, devrait présenter ses listes autour du 30 janvier et son programme n’est pas encore connu. Sa stratégie de conquête est, en revanche, relativement limpide, comme l’indique Christian Digne, fin limier de La Marseillaise : « c’est une stratégie à deux coups ; d’abord détourner le fort mécontentement populaire à l’égard de la politique de Nicolas Sarkozy en prétextant que les maux de la région sont le fait de la majorité régionale de gauche ; puis tendre une main amicale à l’électorat de l’extrême droite afin d’aborder le deuxième tour dans de bonnes conditions. »

Volontariste, Thierry Mariani, souffre toutefois d’un fort déficit de notoriété. Ce n’est pas rédhibitoire mais toujours handicapant. Par ailleurs, il devra combattre sur deux fronts : répondre attaques des socialistes qui lui reprochent notamment son absentéisme dans les travées du Conseil régional et, d’autre part, aller chercher aux forceps les électeurs nationalistes, un à un, face à un Jean-Marie Le Pen remonté comme un coucou à l’idée de creuser ses dernières tranchées.

Michel Vauzelle offensif et innovant

Côté socialiste, on peaufine la composition des listes, non sans difficultés, notamment du côté du Vaucluse et de Marseille où l’on estime que les places dévolues à la société civile et à la diversité sont bien trop nombreuses et surtout imposées. Michel Vauzelle devrait annoncer les listes définitives début Février.

Le candidat PS amorce une campagne offensive, principalement orientée sur des enjeux régionaux, tout en appelant à la résistance contre la politique « dévastatrice » du gouvernement. Deux grands meetings seront organisés. Quelques leaders nationaux devrait faire partie de la fête : on parle de Martine Aubry, Bertrand Delanoë ou encore Laurent Fabius.

Le 19 janvier, entouré des membres de sa « e-Vauzelle team », il inaugurait la mise en ligne de son site Internet de campagne : www.vauzelle2010.fr. Au-delà des fonctions les plus récentes en matière d’interactivité (facebook, twitter, dailymotion, flickr…) une carte interactive de la région rend compte, ville par ville, des actions menées par la Région. Malin.

Le Pen : le baroud d’honneur…

Le Front national a déjà déposé ses listes. Jean-Marie Le Pen, qui estime pouvoir encore progresser en voix, sera tête de liste dans les Alpes-Maritimes. Il rêve publiquement d’accéder à la présidence du Conseil régional par le truchement d’une quadrangulaire qui lui serait favorable. La chose, peu probable, n’est toutefois pas impossible.

Le sondage publié par l’équipe de campagne de Michel Vauzelle, lui donne des ailes. Friser les 20% en début de campagne, c’est presque idéal pour le challenger frontiste. Même pas gêné par le score microscopique (3%) de Jacques Bompard, tête de liste nationaliste de la « Ligue du Sud ».

Pourtant, le score du maire d’Orange vaudra de l’or au second tour. Si Jean-Claude Gaudin avait, dans un premier temps, laissé plané le doute «M. Bompard, aujourd’hui, n’est plus au Front national », il a tranché récemment la question à nos confrères du Monde : « Nos listes du premier tour seront celles du second tour, Thierry Mariani est très clair là-dessus ». Pas de fusion donc, même « technique »…

Reste qu’il sera intéressant de vérifier si la stratégie politique de l’UMP sera à même de rogner la ligne droite républicaine/extrême droite ou si électeurs préfèreront la copie à l’orignal. C’est un des enjeux de cette élection.

Au centre et à gauche, on rêve d’une bonne surprise

Dopée par de bons résultats aux élections Européennes et par des enquêtes d’opinions plutôt optimistes au niveau national, sa tête de liste, Laurence Vichnievsky entend créer la surprise. Europe Ecologie lancera sa campagne à Marseille au Trolleybus, le samedi 23 janvier.

Reste que les premiers sondages semblent placer la liste des Verts, très en deçà de leurs espérances. A moins de 10%, pas de second tour et des négociations défavorables pour la fusion des listes avec les socialistes. A vouloir se compter, on risque de se perdre.

D’autant que le leimotiv de la tête de liste, juge d’instruction bien connue mais sans encrage régional, semble être la mise en cause de la gestion actuelle de la Région. Pas simple…

Le Modem, quant à lui, a enfin trouvé sa tête de liste ! Les cadres du mouvement démocrate n’étaient pas vraiment chauds pour tenter cette aventure financièrement périlleuse.

Longtemps pressenti, l’aixois François-Xavier de Peretti a fait volte-face. C’est finalement l’arlésienne Catherine Levraud, élue au Conseil régional, membre des commissions transports et environnement, qui portera l’étendard bayrouiste.

Le lancement de la campagne du Mouvement démocrate aura lieu le dimanche 24 janvier à la maison de la chimie à Paris. Il faudra encore patienter pour connaître les noms des têtes des listes pour la région Paca.

Un bon point pour le front de Gauche qui faisait meeting le 19 janvier à Marseille sous la houlette de Jean-Marc Coppola, tête de liste régionale et ancien patron de la fédération communiste des Bouches-du-Rhône. En avance sur les autres candidats, cette formation a déjà communiquée ses listes et son programme : une gauche qui révolutionne la gauche, profondément anti-libérale.

Sur ces six têtes de liste départementales, trois reviennent au Parti communiste (Catherine Guigli dans les Hautes-Alpes, Gérard Piel dans les Alpes Maritimes et Frédéric Meyer dans le Vaucluse), deux au Parti de gauche (Jean-Louis Pin dans les Alpes de Haute Provence, Luc Leandri dans le Var) et une à une personnalité d’ouverture (Anne Mesliand dans les Bouches-du-Rhône).

Les pièces se mettent donc en place sur l’échiquier d’une campagne qui risque d’être la dernière dans cette configuration. L’avenir des Régions et, plus avant, celui des collectivités territoriales sera, sans nul doute, au cœur de cette élection. Selon qu’on défendra la réforme gouvernementale ou qu’on s’y opposera. L’électeur tranchera au soir du second tour, le 21 mars 2010.

2 Commentaires

Classé dans Economie, Environnement, Général, Ils ont dit, Politique, Pour vous faire votre opinion, régionales, Social, sondages, Transports

Sénatoriales 2008 dans les Bouches-du-Rhône : duel sans merci entre Gaudin et Guérini

La campagne des sénatoriales dans les Bouches-du-Rhône aura animé le marigot politico-médiatique plus que de mesure. Loin du rythme d’un sénateur. Remake des municipales oblige. Dimanche, le verdict des 3061 (ou 62 selon les sources) grands électeurs du département tombera et nous saurons qui, de la droite ou de la gauche, emportera la majorité des 8 sièges de sénateurs.

Après un imbroglio dont seuls les Verts ont le secret, six listes seront finalement en lice (voir en fin d’article), dont les deux principales, conduites respectivement par Jean-Claude GAUDIN (U.M.P.), «Réussir nos villes et nos villages dans les Bouches-du-Rhône» et par Jean-Noël GUERINI (PS-PCF), « Faire gagner les Bouches-du-Rhône ». Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Général, Ils ont dit, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, Sénatoriales 2008

Gaudin – Guérini : le duel se poursuit pour le Sénat

Discrètement mais sûrement, les élections sénatoriales battent leur plein. Le vote, prévu le 21 septembre prochain, verra s’opposer les deux ténors de la dernière municipale de Marseille, Jean-Claude Gaudin pour la liste UMP et Jean-Noël Guérini pour la liste socialiste unie, probablement, au parti communiste.

Avec un scrutin au suffrage indirect, l’intérêt du grand public paraît faible. Pourtant, cette élection cache des enjeux importants et différents pour les deux rivaux.

Pour le maire de Marseille, l’élection au « plateau », c’est à dire à la présidence du Sénat, est un rêve de longue date, souvent déçu. L’enjeu n’est pas moindre pour le président socialiste du Conseil général.

Jamais en effet il n’aura été si bien placé pour emporter un ou deux sièges supplémentaires dans les Bouches-du-Rhône. Une revanche ? De quoi poursuivre assurément sa montée en puissance pour l’avenir et se positionner en incontournable faiseur de roi lors du congrès socialiste de Reims, en novembre prochain.

Sitôt l’accord de cogestion entre la droite et la gauche signé à la Communauté urbaine de Marseille (MPM), les deux « G » se sont donc mis au travail d’arrache-pied. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Cantonales 2008, Général, Ils ont dit, Législatives 2007, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, Sénatoriales 2008

Marseille-Municipales 2008 : pourquoi Guérini peut gagner ?

La trêve des confiseurs achevée, les festins digérés, les voeux officiels diplomatiquement émis, voilà que la praxis politique se réactive à 8 semaines de scrutins électoraux essentiels.

A Marseille, l’équipe sortante prétend toujours ne pas être du jeu, le nez plongé dans les dossiers à achever dare-dare avant la fin du mandat pour honorer un maximum de promesses faites 7 ans plus tôt. Pas dans le jeu, mais pas absent du jeu… Lorgnant sur le programme de son adversaire, elle tente de le désamorcer avant d’entrer en lice (ce serait pour le 9 février selon l’Hôtel de Ville…). Pour preuve, l’annonce inattendue de Jean-Claude Gaudin, faite hier soir, d’ouvrir le métro jusqu’à 23 heures à partir du 15 février, alors que le challenger socialiste propose une fermeture à minuit en semaine et une heure du matin le week-end. Ainsi, ce qui n’a pu être fait en 30 ans le devient miraculeusement à quelques jours du 1er tour des municipales. Sauf que les agents de sécurité devraient, quant à eux, quitter les stations pour cause de convention collective, à 21h30 ! Un hiatus à régler fiça…

Mais les fissures internes ne peuvent plus se taire, chacun mordant sur le territoire de l’autre quand le grand chef non encore contesté, Jean-Claude Gaudin, toujours d’active, ronge son frein et lâche avec véhémence mais parcimonie quelques salves bien senties.

De l’autre rive, Jean-Noël Guérini, le challenger de gauche, est sur tous les fronts, 18 heures sur 24, au point où La Provence , établissant un état des lieux de rentrée, reconnaît :  » Il court, il court, sans interruption depuis le 8 septembre, jour de l’annonce de sa candidature… On l’aura vu partout » non sans noter « les dangers de l’essoufflement « . L’homme a de la ressource, éprouvée à la tête du deuxième département de France depuis bientôt 10 ans, épuisant à l’extrême ses plus fidèles collaborateurs, avec les lauriers incontestables que l’on sait, on a rien sans rien.

Mais, au-delà des personnalités inhérentes aux deux principaux concurrents en lice, c’est aussi deux cultures, deux méthodes, deux gestions d’agenda qui seront proposées aux électeurs en mars prochain. Un passionnant moment de démocratie s’annonce enfin à Marseille. Il sera respectueux en façade, les deux hommes se connaissent et s’apprécient, sans nul doute, mais redoutable dans la coulisse : bilan contre projet.

Les deux peaufinent, débauchent, charment, testent, calculent, épient, reniflent, tâtent, comptent… Tous deux doivent aussi apprécier les rapports de force qui, compte tenu des résultats de la présidentielle et des législatives, somme toute assez récentes, ont vu émerger à Marseille, des ressources à même de faire ou défaire une majorité.

Nous vous invitons dans ce papier de rentrée à vivre l’envers du décor, selon nos sources, sérieuses, mais aussi les échos, le pouls du marigot, de la pièce de théâtre politique qui se profile. Levé de rideau !

Gaudin dans le rôle de la tortue active

Moi je gère, lui promet. Pour qui l’aurait oublié, il est toujours, pour quelques semaines encore, maire de Marseille ! Sans qu’il l’ait dit en ces termes, il vend à chaque interview l’agitation naturelle de son challenger et sa propre maîtrise des rennes du pouvoir. Même s’il perd de plus en plus régulièrement son calme, nous l’avons souvent souligné dans nos colonnes, le patron de la ville travaille et ne pense pas encore aux élections.

Pourtant, en fin de spectacle, il ouvrait récemment le rideau de La Chaine Marseille (LCM), un de ses bébés audiovisuel (canal pour l’heure encore objectif sauf que son PDG serait, selon nos informations, invité à quitter ses fonctions dans les jours qui viennent, trop objectif en période électorale sans doute…), pour déclamer à l’endroit de Jean-Noël Guérini :  » Il promet tout azimut et sans chiffrage particulier. Quand on est au pouvoir on sait que faire des promesses… Ce n’est pas une bonne chose ! ». Dénué de mémoire, son programme de 2001 « A un million de Marseillais » (on était déjà loin du compte à 880 000 habitants) en était absout. Il réitérait hier encore, lors de la présentation de ses candidats aux cantonales, pour tacler l’avance et l’occupation du terrain de son adversaire, « depuis le début de la campagne, il s’enlise, il n’a que de bonnes intentions, il critique, mais n’a aucun chiffrage ! »

Tout cela est de bonne guerre et, hormis les pagnolesques sentences, quelques-fois heureuses et, sous couvert d’un accent ensoleillé, cruelles, force est de constater qu’elles sont matinées à l’aune de la mauvaise foi électorale, rien que de très normal en somme, (NDLR : le chiffrage du projet de Guérini devrait être rendu officiel le 6 février lors d’un meeting de campagne).

Dans le sillage du Président de la République, Nicolas Sarkozy, qu’il affectionnât sur le tard et fort opportunément, mais qui n’est toujours pas encore sa tasse de thé, il a cherché toutes les stars audiovisuelles possibles dans le périmètre de sa Communauté urbaine pour magnifier son nimbe électoral. Après avoir fait planer le doute sur le retour de Bernard Tapie, enfin démenti mais reconnaissant que des contacts avaient été pris sérieusement, Jean-Pierre Foucault et Nathalie Simon, ont répondu non à son invite. On notait néanmoins la présence de la belle véliplanchiste à ses voeux lundi soir au Parc Chanot. Hormis les journalistes de renom, qui ont juré l’impartialité en retoquant les sollicitations municipales : « je ne parlerai pas de Marseille », comme Franz-Olivier Giesberg (heureux d’être anonyme à St Victor), Basile Boli a, semble-t-il, décliné l’offre aussi, fort de la paillette offerte par son alter ego footballistique avec catogan de l’OM dans la mandature précédente, qui n’avait pas donné satisfaction, trop libre et fort en gueule, pour des salaires difficiles a assumer dans une ville exsangue (NDLR: Marseille demeure l’une des villes les plus endettées de France avec près de 2400 euros de dette par habitant et l’une des villes où l’impôt rentre le plus difficilement avec 49% d’assujétis…). Reste que nous devrions être surpris sur la fin… Jean-Claude Gaudin est fin un charmeur, il sait convaincre… Il nous réserve des surprises, pour sûr. Usant de ses relations parisiennes à l’UMP, il vient toutefois d’appeler à la rescousse – signe de fébrilité ou démonstration de force ? – Le 1er ministre, François Fillon, à Marseille, lundi prochain.

Cette visite vise-t-elle à faire oublier le départ de Thierry de La Brosse, Directeur général de l’OM, déclaré à la presse aujourd’hui, écoeuré par les manoeuvres et les transferts de gros sous qui lui échappent désormais ? Sans compter le fait que son frère devait s’occuper de sa net-campagne, comme il l’avait fait pour la candidat Sarkozy. Probablement pas, cette agitation, un peu paniquante, sans être officiellement en campagne, provient seulement du fait que les sondages de L’UMP sur Marseille sont alarmants pour le Président de la République qui a fait décréter l’état d’urgence par Patrick Devedjian, patron du parti présidentiel, ce qu’a très peu goûté l’édile local. Sans y croire vraiment, Sarkozy a senti que le dernier round poussif de Gaudin est difficile, et a donc opté pour la nationalisation politique du défi, lui et lui seul, bling-bling… Impossible à recevoir, selon-nous, à Marseille, ville naturellement réfractaire à une politique conduite par Paris et par des attitudes « people » si loin de sa culture populaire et sans formalisme… Reste que Gaudin est furax de voir le bientôt jeune époux présidentiel venir jouer sur ses terres… Sans autre forme de procès que la monopolisation de son champ politique.

Pour l’heure, ne lui reste donc que le très faible Philippe San Marco, leader de la gauche déçue d’il y a 20 ans. Cette gauche brillante et intellectuelle, qui n’a jamais su trouvé son électorat à Marseille. Tout comme Michel Pezet, injustement régicide dont on pressentait, ici même sur ce blog, le retour électoral sur les rives du Lacydon dans la besace du maire sortant, faute d’un impossible succès à Aix-en-Provence (Supposition? Supputation ? Les pourparlers étaient réels, nous jurons !). Loin d’une ouverture, et avec raison, Jean-Claude Gaudin tente de recycler les cerveaux désavoués par les cénacles Defferristes intransigeants, très lointains de toutes facultés de pardon. Regrettable, pour le coup, une chance manquée… Si seulement l’intelligence avait triomphée?

En attendant, l’usure du pouvoir aidant, le vent politique tournant, le brillant Guy Teissier lorgne avec gourmandise sur le poste de 1er adjoint, détenu par Renaud Muselier. C’est dit avec élégance, du genre « on s’aime tellement que ça se passera en bonne intelligence », mais quand même… Guy Teissier, le moins bien servi de l’équipe gaudiniste ces dernières années, est devenu incontournable. Il exigera et obtiendra sûrement quelques lauriers. Pas un poste de secrétaire d’Etat à la défense pour l’heure puisque le remaniement ministériel semble être repoussé à l’après-municipale. Mais l’urgence interne pour Gaudin aujourd’hui c’est assurément de flatter son Teissier. Retenons, quand-même, qu’il n’est toujours pas en campagne, bien sûr… 😉

Guérini dans le rôle du prétendant amoureux

« Vous pouvez dire tout ce que vous voulez, même mes collaborateurs les plus directs, même ce que je lis sur Internet, personne n’aura les 200 mètres d’avance sur moi » déclarait Jean-Noël Guérini récemment à ses proches, « C’est moi qui décevrait, c’est moi qui déciderait, les noms, les postes, les secteurs, de mes têtes de liste ». La surprise n’a pas trainée. Prenant courageusement le risque d’aller affronter Renaud Muselier et Bruno Gilles sur leurs terres du 3ème secteur (4ème & 5ème arr.), le candidat socialiste ne manque pas de panache de quitter son confortable fief du Panier. « J’ai la gagne », déclare-t-il à l’envi.

Premiers commentaires entendus : il s’agit de l’attitude d’un homme qui est en confiance… Pour gagner, il faudra en effet prendre des risques. Autre commentaire : « C’est sacrément courageux ! » En fin politique, l’homme en est conscient. Même ses amis du Panier semble plutôt le bien vivre, sûrs, trops sûrs ? Lisette Narducci a, en effet, émis et fait ce qui était en son pouvoir pour être juste et efficace, autant dire pas grand chose, malheureusement, au regard de ce qui est accordé aux mairies de secteurs. Elle est très apréciée néanmoins. Renaud Muselier prédit naturellement à Guérini une « double peine », en guise de double défaite, dans son secteur, bien sûr, et sur l’ensemble de la ville puisque le candidat de gauche proclame qu’il est d’abord candidat partout. Hier encore, Jean-Claude Gaudin, toujours pas en campagne, reprenait les propos de son 1er adjoint quasiment in extenso pour marteler l’évidence, nous avons reçu la provocation 5/5 ! Il est vrai que Renaud Muselier, candidat malheureux aux régionales de 2004, prédisait la même gamelle à Michel Vauzelle en critiquant son « bilan zéro ». On connaît la suite. Bon signe pour les supporters de gauche… Muselier est tellement aimé, nous le savons, par ses amis…

Jean-Noël Guérini, solide dans son intuition, a présenté ses têtes de liste à la presse mardi matin. Savant dosage : François Franceschi, ophtalmologiste de renom international, sera candidat (viré des instances dirigeantes nationales de l’UMP depuis 3 jours) à l’ouverture dans le 4ème secteur (6ème & 8ème arr.). L’actuel patron du département, s’appuiera aussi sur une équipe très féminisée : Samia Ghali dans le 8ème secteur (15ème &16ème arr.), Lisette Narducci dans le 2ème (2ème & 3ème arr.) et Sylvie Andrieux dans le 7ème (13ème & 14ème arr.). Reste quelques poids lourds politiques, tous souhaitant en découdre après quelques échecs passés, René Olmeta, ancien candidat malheureux aux dernières municipales de Marseille, dans le 5ème (9ème & 10ème arr.), Christophe Masse qui rêve d’une revanche après les législatives perdues à l’arrachée dans son fief du 6ème secteur (11ème & 12ème arr.) et, bien sûr, son directeur de campagne, le bouillant Patrick Mennucci, qui veut relever le défi, perdu en juin dernier, à 248 voix, dans le 1er secteur (1er & 7ème arr.).

Au-delà des postures officielles, le candidat, et ce n’est pas l’une de ses moindres qualités, sait s’entourer. On lui reproche son manque de brio, il pourra compter sur des collaborateurs redoutables et dévoués au Département. Citons son directeur de cabinet, Pascal Marchand, l’homme de l’ombre. Machine laborieuse, efficace, juste et quelque-fois sombre, il sent les dossiers d’avenir, les mature et les travaille, il sait, à l’occasion, séduire. Un protestant carré qui contrôle et est à la manoeuvre, une chance inouïe pour Guérini qui joue, comme Gaudin, de l’affectif. Dans la même veine, Jean-François Noyes, son ancien Dir Cab, désormais candidat aux cantonales, qui contrôle les réseaux… Mais aussi son épouse, Martine Guérini, spirituelle au possible, drôle et très au fait de l’intérêt de son époux, utilise d’un sourire ses réseaux juridiques (elle est avocate) et de son entregent dans la haute société marseillaise. Mais, dans le deuxième ou troisième cercle, force est de constater que tous lui vouent une dévotion réelle, l’homme sait plaire et convaincre, nul doute. C’est une force.

Bennahmias dans le rôle du petit poucet

Nonobstant la rumeur du débarquement de Patrick de Carolis, actuel patron de France-Télévision, comme candidat à Marseille, le Modem est enfin sorti de son psychodrame en donnant la prime à la tendance « gauche » d’un jeune mouvement hétéroclite. Jacques Rocca-Serra, son ancien leader affilié à toutes les majorités d’après-guerre (Defferre, Vigouroux, Gaudin), actuel adjoint du maire sortant, a été désavoué après moultes péripéties par le 3ème homme de la présidentielle, François Bayrou, préférant miser sur Jean-Luc Bennahmias.

Ce dernier, très actif depuis l’officialisation de sa candidature a cependant plus l’image d’un Vert que d’un transfuge démocrate-chrétien. Il devra jouer d’un grand sens diplomatique, pour rallier les anciens UDF et les nouveaux MoDem, autant dire les centristes de droite et de gauche ou, en d’autres termes, les jeunes recrues Internet de la présidentielle, fascinées par le projet de Bayrou et les partisans soigneusement peignés depuis des années par les réseaux de l’adjoint aux transports, aux relations Internationales et à la Maison de l’artisanat de Jean-Claude Gaudin.

Lors des vœux de Michel Vauzelle, jeudi soir à la Région, la chose n’était assurément pas acquise. Bennahmias n’a pas daigné saluer Rocca-Serra, du moins sur la scène, et a bien pris soin de s’éloigner de son collègue, trop de photographes sans doute, ambiance…

Le pari de Bayrou a ses limites à Marseille, nous l’avons quelques-fois regretté dans ces colonnes. L’influence des réseaux de Rocca-Serra nuiera, nul doute, au candidat centriste qui ne semble pas encore enraciné à Marseille malgré son travail de terrain. A Marseille, la clef est de se faire aimer. Saura-t-il, durant la courte, très courte campagne, trouver l’écho et la résonance qu’il désire en termes électoraux ? Là se joue, selon-nous, l’élection du futur maire de Marseille.

Le pari est risqué, pas impossible. Tout dépendra des résultats obtenus par quelques figures locales, dont certaines ont obtenu des scores très honorables aux législatives : Christophe Madrolle, Miloud Boualem… Score à même de faire basculer les majorités. Le choix de Bayrou, imposant Bennahmias malgré des sondages plus favorables à Rocca-Serra, laisse supposer au deuxième tour la perspective d’alliances avec les listes de Jean-Noël Guérini.

Ce dernier, déclarait hier encore qu’il ne souffrait aucun accord d’appareil mais qu’il était tout à fait disposé à accueillir sur son projet les candidats MoDem ayant recueilli plus de 5% au 1er tour (seuil nécessaire, selon la loi, à la fusion de liste).

Coppola, dans le rôle de la grenouille plus grosse que le boeuf

Dépouillé de tous ses leaders, puisque la quasi-totalité des élus communistes marseillais ont rallié Jean-Noël Guérini dans sa campagne (le sénateur Robert Bret, Frédéric Dutoit, dernier maire communiste d’arrondissement des 15ème et 16ème arrondissements, Annick Boët, ancienne patronne du groupe municipal et 11 des 13 conseillers municipaux communistes), la fédération du PCF 13 ressemble à ne pas s’y tromper, à une coquille vide.

La résistance désespérée de Jean-Marc Coppola, son leader, après avoir gonflé le torse, jouer l’intox, pour appeler Guérini autour d’un table de négociation, n’a pu que se contraindre à venir faiblement négocier avec lui à la ruche (QG de campagne du candidat socialiste, place du 4 septembre). Il a eu beau menacer d’un ralliement à la liste de l’extrême gauche, les dés étaient jetés : 70% des militants ont préféré l’alliance avec le président du Conseil général des Bouches-du-Rhône. Jusqu’à la lie, il a dû boire la ciguë, puisque même l’extrême gauche, que l’on a connu plus vindicative, laisse entendre qu’elle sera moins « radicale » au second tour pour soutenir… Jean-Noël Guérini et faire battre coûte que coûte Jean-Claude Gaudin!

Bref, les jours passent et la perspective de voir Jean-Noël Guérini accéder à la mairie de Marseille devient de plus en plus crédible. Reste que Jean-Claude Gaudin a tout à perdre, il aura 75 ans au sortir de son hypothétique réélection pour un 3ème mandat à la tête de Marseille et, très au fait des combats politiques, sortira, sans nul doute, la grosse artillerie pour gagner. Un duel de titans est engagé…

5 Commentaires

Classé dans Cantonales 2008, Général, Ils ont dit, Législatives 2007, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, Présidentielle 2007, Sécurité, sondages, Transports, Vidéos

L’élection municipale de Marseille se jouera au centre

www.laprovence.comIl rayonnait François Bayrou, dimanche dernier à Seignosse (Landes), devant 3000 militants acquis à sa cause. Enchaînant les uppercuts bien sentis, quelques-fois assassins, contre le président Sarkozy. Il faisait figure de réel leader de l’opposition, face à un Parti socialiste qui n’a plus de limites dans la cruauté de ses règlements de compte internes.

Si le Mouvement Démocrate (MoDem) est sur les rails au niveau national, l’acte de naissance est prévu pour la mi-novembre, sa stratégie locale est encore très floue, voire illisible à Marseille.

Une sorte de bras de fer semble se faire jour entre les anciens UDF et les nouveaux démocrates qui ont suivi Bayrou pendant la présidentielle. Autrement dit, entre l’actuel patron de l’Udf-13, Jacques Rocca-Serra (en photo, toujours adjoint au Maire Ump de Marseille, Jean-Claude Gaudin), et les transfuges des Verts, Jean-Luc Bennahmias (député européen), Christophe Madrolle (ancien leader des verts à la mairie de Marseille), voire les jeunes recrues MoDem comme Childéric Muller (candidat aux législatives dans la 1ère circonscription. Nous vous invitons à lire notre acte de contrition pour un candidat que nous jugions alors peu crédible à tort…).

MoDem : listes autonomes au 1er tour
Au retour de Seignosse, tous semblaient avoir retenu la règle du maître Bayrou qui préconise « que le MoDem soit présent dans le plus grand nombre de villes de façon indépendante au 1er tour ». Pour le 1er tour donc, tout est plutôt limpide, il y aura des listes autonomes sous l’unique bannière MoDem dans tous les secteurs de Marseille. Jacques Rocca-Serra, un temps tenté par la direction départementale du Nouveau Centre (mouvement d’élus Udf ayant rejoint la majorité sarkozyste), s’est finalement soumis du bout des lèvres, « il y a la place pour faire une liste autonome au 1er tour » déclarait-il le 18 septembre dernier à une journaliste de La Marseillaise, non sans préciser, « mais il faudra trouver des accords au second. »

C’est-là que le bât blesse. Clairement favorable à une union avec l’Ump, le leader de l’Udf-MoDem 13 (ou l’inverse, on ne sait plus…), est très nettement contesté à l’interne par les nombreux nouveaux adhérents qui suivent le chef charismatique Bayrou dans sa politique d’affranchissement droite-gauche. Celui qui fut vigouriste sous Vigouroux et defferiste sous Defferre avant d’être gaudiniste sous Gaudin semble désormais lâché par sa base et par les instances nationales. Tout l’oppose au trublion Bennahmias qui s’est d’ores et déjà déclaré « candidat à la candidature » tout en précisant néanmoins n’être « pas du tout en lutte contre Jacques Rocca-Serra », lequel lui rétorque pourtant, par voie de presse « qu’il [J.-L. Bennahmias] ne lui semble pas le mieux placé pour trouver des accords au second tour. Ni a droite, ni à gauche ». Ambiance…

Le MoDem est devenu central, même à Marseille
La chose pourrait faire sourire si l’enjeu n’était pas stratégique pour l’élection du futur Maire de Marseille. Certes, F. Bayrou était en deçà de la moyenne nationale à Marseille lors de la présidentielle, 14,1% pour 18,57%. Mais l’Udf avait fait un bon notable de 8,56% par rapport à 2002 et réitéré son emprise pour les législatives dans les arrondissements centraux, dépassant quelques-fois les 10%, comme Miloud Boualem dans le 1er avec 11,94%.

Ces résultats ont été, nul doute, finement analysés dans les états-majors politiques marseillais. C’est pourquoi les deux candidats officiellement déclarés pour l’élection municipale de mars 2008, Jean-Claude Gaudin (Ump) et Jean-Noël Guérini (Ps), font œuvre d’ouverture plus que de coutume. Le premier round ayant été gagné par le challenger socialiste qui a réussi à débaucher Karim Zeribi, chantre national de l’intégration et de l’égalité des chances, très convoité par J.-C. Gaudin (lire notre article).

Qui ouvrira plus que l’autre ?
Les déclarations du redouté patron socialiste du Conseil général des Bouches-du-Rhône, ne font aucun doute, il affirme sur son blog « l’ouverture, je la pratiquerai avec des personnes très différentes, même celles qui ont votées pour Nicolas Sarkozy et François Bayrou mais qui apporteront leur richesse intellectuelle, leur savoir-faire, celles qui font l’intelligence de Marseille », en même temps que Jean-Claude Gaudin se sent contraint d’ouvrir large les voiles de la prochaine équipe, « l’ouverture, on sera obligé de la faire », concède-t-il, non sans faire grincer des dents aux membres de son équipe actuelle. Les deux ont saisi l’enjeux : l’élection se fera au centre.

Guérini a des atouts, Gaudin des risques
L’atout de J-.N. Guérini, candidat pour la première fois à la tête d’une campagne municipale « générale » sur Marseille, est de refuser toute alliance de parti, notamment avec un Parti communiste moribond, laminé, mais à qui il propose quelques places pour sauver les meubles et récupérer les dernières poches communistes « historiques », avec des figures comme Annick Boët et Frédéric Dutoit (encore maire du 15ème et 16ème arrondissement mais perdant aux dernières législatives contre le socialiste Henri Jibrayel, un très proche de Guérini). Sans union d’appareils, mais avec une union de la gauche faite autour de lui, pour la première fois depuis des lustres, autant dire depuis l’après-guerre. Le candidat socialiste fait l’unanimité, et a, de fait, les coudées franches pour pouvoir « ouvrir » ses listes au centre droit.

Jean-Marc Coppola, patron des communistes marseillais fulmine, invite officiellement au dialogue des forces de gauche autour d’une table pour établir un programme, en menaçant le candidat Guérini, mais n’obtient qu’une fin de non recevoir… Pendant ce temps, Guérini semble avoir rencontré lesdits Bennahmias et Madrolle… On ne nie pas mais ne confirme rien du côté du bateau bleu (siège du Conseil général des Bouches-du-Rhône). Le centre fera l’élection, comme à Paris, à Lyon, à Bordeaux, à Toulouse, laisse-t-on entendre…

Gaudin dans l’expectative avant de porter l’estocade ?
Jean-Claude Gaudin, fin politique, sait que le terrain devient poreux, il fait mine de poursuivre son œuvre municipale, sans aucun commentaire. Il sait que sa notoriété dépasse, et de loin, celle de Guérini. Sa popularité est toujours de mise, même s’il a raté certains enjeux attendus par ses administrés, comme l’écologie, avec un incinérateur très impopulaire, implanté en dehors de Marseille il est vrai. A son crédit, le décollage du quartier d’affaire Euroméditerranée, la réhabilitation des avenues autour du tramway, notamment la rue de la République.

Il attend et prépare la riposte à coup de surprises promises en termes d’ouverture, convaincu que deux mandats ne suffisent pas pour finaliser son œuvre… Pour ne pas ouvrir surtout une guerre entre prétendants, ceux qui le voient déjà à la présidence du Sénat, loin, si loin de la Canebière…

5 Commentaires

Classé dans Général, Ils ont dit, Législatives 2007, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, Présidentielle 2007