Archives de Tag: estrosi

Rentrée des classes 2010 : Arsenic et vieux doudous

Cartables légers et mines réjouies, la dernière semaine avant les longues vacances d’été, c’est relâche. Les élèves prennent leurs nouvelles fonctions de vacancier. Un indice ne trompe pas, en tête de gondole le fameux cahier de vacance pour fixer «en s’amusant» les précieux acquis, étrangement solubles au contact du chlore des piscines. Bref, la nouvelle a fait le tour des préaux : les grandes vacances sont de retour !

Pour autant, la trêve estivale n’empêche pas la prochaine rentrée scolaire marseillaise de s’imposer parmi les sujets d’actualité du moment.

 

Des bébés à la consigne…

 

 En premier lieu, de fortes tensions autour du nombre insuffisant de place en maternelle sont apparues quand insidieusement des parents ont appris que les enfants de moins de trois ans révolus le jour de la rentrée seront placées sur liste d’attente pour l’admission en maternelle.

Stupeur chez les petits et passe d’arme au conseil municipal, des centaines de familles marseillaises passeront l’été sans savoir si leurs enfants pourront ou pas intégrer une école maternelle. L’incertitude de ces familles porte également sur les modes de garde car les enfants qui resteront sur le perron de l’école n’auront pas obligatoirement une place au chaud pour les attendre en crèche ou chez une nounou. D’après les chiffres de la SNUIPP 13, 8000 enfants seraient dans cette situation pour le seul département des Bouches-du-Rhône.

L’inspection académique se veut rassurante et promet de réexaminer la situation une fois la rentrée effectuée. Il précise également que la circulaire « ne s’applique pas aux écoles en zone d’éducation prioritaire (ZEP), réseau Ambition réussite et réseau Réussite scolaire. »

Le collectif « pas de bébés à la consigne » qui regroupe une trentaine de syndicats et associations familiales et professionnelles de la petite enfance met en cause directement la politique du gouvernement. Les critiques portent sur la réforme en cours, relative aux modes d’accueil en crèche et à l’école maternelle, mais aussi sur les politiques menées en matière de suppression d’emplois, déplorant  ainsi « la perte de  68 000 places depuis 2000 pour cette tranche d’âge en école maternelle du fait des suppressions massives de postes d’enseignants… »  

La FCPE 13 annonce quant à elle, dans un communiqué de presse cinglant, la fin de la scolarisation des enfants de deux ans.

 

De l’or en boîte même pas bio…

 

Autre sujet sensible, la mairie s’apprête à rédiger le cahier des charges en vue du renouvellement d’appel d’offre pour le marché des cantines maternelles et primaires de 2011 à 2018.

Or, si le bisphénol A n’entre plus dans la composition des menus des crèches, les résidus de pesticides et autres délicatesses potentiellement cancérigènes sont encore largement invitées à la table des petits.

Depuis longtemps les parents s’en émeuvent, sans succès.

Le renouvellement de ce marché, l’un des plus important d’Europe (30 millions d’euros annuels), est donc l’occasion pour les parents, regroupés en collectif « Cantine Marseille » de faire entendre leurs revendications auprès des décideurs municipaux.

Une pétition de soutien mise en ligne en explique le contenu ; amélioration de la qualité des repas avec l’introduction de produits locaux, de saison, biologiques ; amélioration du rapport qualité/prix ; amélioration des conditions de prise des repas.

(http://cantinemarseille.canalblog.fr).

Pour affiner la composition de l’assiette au menu du prochain marché des cantines scolaires, la mairie pourra donc compter sur la mobilisation des élus, du collectif de parents d’élèves et des organisations syndicales représentatives des parents, de plus en plus sensibilisées aux enjeux d’une alimentation saine et équilibrée.

La pression est d’autant plus forte que la prise en compte de la qualité des repas fait recette dans les collèges du département et les lycées de la région, ainsi que dans certaines communes. Le maire UMP de Nice, Christian Estrosi, vient à ce titre d’ouvrir la voie en municipalisant de nouveau ses cantines.

La malbouffe ne serait donc pas une fatalité…  

 

De l’arsenic dans le pâté de sable

 

 Pour achever ce tour d’horizon, le ministère de l’écologie vient de publier la liste des établissements scolaires construits sur d’anciens sites industriels. Au total, 97 établissements sur la périphérie marseillaise sont concernés et feront l’objet d’un diagnostic précis avant la fin 2014.

Sans pouvoir écarter l’hypothèse d’une contamination lourde à un endroit ou un autre, Laurent Roy, directeur régional de l’Environnement, de l’Aménagement et du logement, précise : « les sites où nous trouverons une pollution nécessitant des travaux devraient être l’exception. »

Les travaux envisagés en cas de pollution vont du simple renforcement des systèmes de ventilation des locaux jusqu’à l’excavation des terres contaminées. Dans cette hypothèse, le ministère prévoit de faire payer l’entreprise à l’origine de la pollution si elle existe encore. Dans le cas inverse, ce sont les collectivités locales qui devront payer la facture. Des aides de l’état pourront être mobilisées si le responsable de la pollution n’a pas été identifié ou s’il a disparu.

 

Marseille, laboratoire territorial pour la jeunesse

 

Le cocktail de la rentrée sera donc corsé mais pas non plus totalement sombre. Comme un petit rayon de soleil qui se reflète au tableau noir, elle nous réserve au moins une bonne surprise : Marseille a été retenue pour accueillir le premier laboratoire territorial pour la jeunesse. Au total, il en sera crée six. Elaborées avec le fonds d’expérimentation pour la jeunesse (FEJ), ces laboratoires sont des territoires « test » où les expérimentations sont pilotées globalement par un même acteur pour concourir à un même objectif : la réussite des jeunes.

Trois expérimentations ont été sélectionnées : Une plateforme partenariale de lutte contre le décrochage scolaire, une aide à des actions de mobilité internationale pour l’insertion sociale ainsi qu’un projet expérimental d’insertion professionnelle pour les étudiants en Lettres et Sciences humaines.  

Ces innovations de politiques sociales sont accompagnées de financements importants, le FEJ est doté de 200 millions de subventions de l’Etat et de 55 millions provenant des partenaires privés.

L’année scolaire s’achève en rangs dispersés, la rumeur des parents devrait elle aussi se dissiper… Un indice ne trompe pas, en tête de gondole, derrière le fameux cahier de vacance, il y a les jeux de plage et autres crèmes anti UV pour fixer « sans flamber » le précieux bronzage qui ne passera pas l’automne. Bref, la nouvelle a fait trois fois le tour des préaux : les grandes vacances sont là.

Il faudra attendre la rentrée des classes pour savoir à quelles sauces les enfants (et les bâtonnets de poissons panés) seront mangés…

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Politique

Vœux : ces politiques qui nous veulent du bien.

L’entrée dans l’année 2009 sonnait le glas d’une croissance anéantie par la crise financière. Les élus de la république avaient pris soin de supprimer ou de réduire le faste des traditionnelles cérémonies de vœux aux corps constitués, symbole d’une époque révolue.
Au petit écran, Nicolas Sarkozy annonçait d’autres réformes, tandis que Jean-Claude Gaudin et Jean-Noël Guerini pressentaient une année chargée de défis ! La solidarité devenait le maître mot d’une politique impuissante à prévoir, au niveau local même, les conséquences d’un grand cafouillage financier international.
Ce début d’année 2010, qui coïncide avec le lancement de la campagne pour les élections régionales, marque le retour de vœux plus politiques.

La politique fait son retour pour la nouvelle décennie.

Martine Aubry en a fait le vœu, l’année 2010 sera « l’an I de la reconquête.»
Traditionnellement, la lucarne présidentielle a diffusé au soir de la St Sylvestre les vœux du président de la république qui s’est dit satisfait de lui-même et de son gouvernement, plus que jamais déterminé à poursuivre les réformes, et réaffirmant, dans une allusion probable au rejet de la taxe carbone par le conseil constitutionnel, qu’il n’est pas homme à se laisser abattre par un revers.
D’autres vœux sont venus de la toile, écrits sous formes de communiqués ou bien filmés « à la maison », préfigurant généralement un discours d’alternance et d’opposition, aux antipodes de l’auto satisfecit élyséen.
La palme du surréalisme revient à Dominique de Villepin assis sur un canapé blanc dans une pièce mal éclairée qui réalise, en plan fixe, un discours de six minutes. Le post écrira « « Seule une orchidée rose vient alléger un peu l’atmosphère sombre de cette allocution sans concessions pour Nicolas Sarkozy. »

2010 : Vœux à fleurets mouchetés à Marseille

Marseille et la région ne sont pas en reste de belles mises en scène.
Aussi, Michel Vauzelle lors de la présentation de ses vœux eut la divine surprise de constater que son adversaire politique pour les régionales, Thierry Mariani, s’était préparé à saborder la cérémonie de sorte que l’on parle de lui. Reprochant au président du Conseil régional d’utiliser les moyens de la Région à des fins électorales, celui qui trois jours plus tôt assistait aux vœux très politisés de son ami le député maire de Nice Christian Estrosi, pris congé avec les siens d’une assemblée qu’il jugea partisane.

Michel Vauzelle exprimait, comme l’ensemble des présidents de Régions l’ont fait, ses inquiétudes vis-à-vis de la réforme des collectivités territoriales qui est la grande actualité du moment.
Michel Vauzelle, qui est à la fête, devait recevoir une semaine plus tard un prix «citron » décerné par le préfet de région « à tous les parangons de vertu et autre Ayatollah du statu quo qui se sentent attaqués et déposent plainte.»
A l’exercice des vœux était particulièrement attendu par la presse, le président du Conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini qui a profité de l’occasion pour revenir sur l’enquête judiciaire en cours concernant les marchés d’attribution de la collecte et du traitement des déchets.
Très en forme, il a dénoncé une campagne de discrédit politique alimentée de clichés et d’amalgames, avant de réaffirmer sa sérénité face à l’instruction en cours. Pas moins de 6 vidéos ont été diffusées sur son profil dailymotion et un compte-rendu fleuve sur son blog !
Du côté ensoleillé du vieux port, dans le droit fil de sa politique, le sénateur maire Jean-Claude Gaudin nous revient en 2010 dans la recherche du consensus, prêt à ne faire de la politique que pour les Marseillais et les Marseillaises auxquels il adresse directement ses vœux sur les murs de la ville.
Une affiche, sobre qui présente un photomontage du quartier d’Euromed, c’est-à-dire une vision optimiste et assurément virtuelle du Marseille d’aujourd’hui.
Eugène Caselli, président de la Communauté urbaine de Marseille, lui a préféré une affiche plus concrète, donnant vue sur la porte d’Aix.
Enfin, Renaud Muselier, très agité à l’approche des fêtes, débute la nouvelle année dans le confinement et la douceur. Il souhaite à ses 200 supporters de sa page Facebook une année 2010 « empreinte de respect mutuel, d’harmonie, de paix et de prospérité pour tous. »

2010 : La revanche des pique-assiettes.

Les années précédentes étaient marquées par une déferlante de nouveaux moyens technologiques. Des vœux téléphonés de Muselier en 2007 découvrant les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), à l’utilisation massive des vidéos sur les blogs, nos élus découvraient une nouvelle façon de communiquer avec leurs concitoyens.
Mais au carrefour de cette nouvelle année, un repli sur des pratiques moins novatrices, peut être pour ne pas laisser croire en une utilisation dispendieuse des deniers publics, est à noter, essentiellement de la part des élus locaux. (sauf pour Jean-Noël Guérini, qui reste dynamique dans ce domaine).
Car au niveau national, les grandes figures de la politique accentuent encore, avec plus ou moins de bonheur, l’espace des TIC dans l’élaboration de leurs plans médias.
Enfin, ce petit désaveu régional pour les TIC ne signifie pas pour autant une économie de budget. La Provence nous informe dans son édition du 13 janvier que pour les mairies de secteur le coût des vœux des élus auront été raisonnables selon si la mairie est de gauche (entre 300 € et 3000 €) et plutôt onéreuses du côté de la majorité municipale (entre 10 000 € et 22 000 €.)

Entre les lignes :

L’exercice rituel de la présentation des vœux n’est pas désuet. Il permet au politique de renouer avec la population au moment d’aborder une nouvelle année, de dresser un bilan de l’exercice passé, et de fixer de nouveaux objectifs. Entre les lignes, chacun pourra saisir la primauté des enjeux à venir.
L’année 2009 prêchait la solidarité face à crise, l’année 2010 sera probablement celle de tous les combats idéologiques, tant il semble urgent d’inspecter d’autres voies et d’autres issues contre la crise sociale et économique qui n’a pas dit son dernier mot.

Enfin, au nom de toute l’équipe de « Marseille, un autre regard », nous profitons de ce premier papier de rentrée pour vous souhaiter une excellente année 2010 et un grand merci à nos lecteurs pour leur fidélité.

3 Commentaires

Classé dans Général

Le quotidien « La Provence » engage à Marseille un partenariat cire-pompes avec Gaudin

la provence gaudiniste« Marseille, un autre regard » l’a dit, redit, re-redit. La collusion entre la mairie de Marseille et le Groupe Hersant Media, notamment détenteur de « La Provence », est un fait qui s’avère de jour en jour plus solide qu’un paradigme mathématique, loin du zéro, ce « néant absorbant ».

« L’intelligence » entre une institution politique et un organe de presse, détenant un quasi monopole informatif à Marseille, n’est pas de nature à faire remonter la France dans le palmarès mondial de la liberté de la Presse récemment publié par Reporters Sans Frontières (RSF). L’Hexagone est le grand perdant du nouveau classement qui, après avoir déjà perdu quatre places en 2008, en a perdu huit autres en 2009 pour s’afficher à la 43ème position cette année. Coincé entre le Surinam et Le Cap-Vert…

L’article du Canard Enchaîné, paru dans son dernier numéro du 21 octobre, largement passé sous silence sur les rives du Lacydon (pas de réponse dans La Provence, étonnant non ?) vient jeter un peu plus d’huile d’olive provençale sur le feu du marigot journalistique régional. Il relate en effet les pratiques d’une presse locale qui ne se cache désormais plus de « jouer de la proximité politique »… Nous ne résistons pas au fait de vous le faire partager in extenso.

Le groupe Hersant lance la presse de proximité politique

Partenariats en Provence entre les sites Internet des quotidiens et des municipalités UMP, articles cire-pompes en échanges d’achats de journaux… De Marseille à Nice, la liberté de la presse est à la fête.

Grande première journalistique à Marseille. Le maire UMP Jean-Claude Gaudin et le pédégé du quotidien régional « La Provence », Didier Pillet, s’apprêtent à conclure un émouvant « accord de partenariat » : une alliance entre… le site Web de la ville et celui du journal. Le texte qui scelle ce mariage devrait faire date dans l’histoire de la presse. Joliment intitulé « Échanges de contenus des sites internet LaProvence.com et marseille.fr », il prévoit rien de moins qu’une signalétique commune et le partage de certaines informations.

Bientôt, le supporter de l’OM pourra, par exemple, retrouver les articles de « La Provence » qui parlent de son club préféré dans les pages Web de la cité. Dans celle du journal, le lecteur visionnera les vidéomagazines que les communicants de Gaudin réalisent sur la douce vie locale.

Des tchates télévisés organisés conjointement par la mairie et des interviouveurs de « La Provence » seront mis en ligne sur les deux sites. Et, d’un simple clic, l’internaute pourra joyeusement surfer de l’un à l’autre. Objectif de ce magnifique projet pour le journal : doper la fréquentation de son site et, du même coup, ses rentrées publicitaires. Après ça, aucun doute, « La Provence » aura toute latitude pour cirer les mocassins de Gaudin.

Les complices de l’UMP
Il y a bien longtemps que ce genre de considérations n’embarrasse plus Hersant Médias. Depuis que le groupe a racheté à Lagardère les quotidiens du Sud (« La Provence », « Nice-Matin/Var-Matin », « Corse-Matin »), le bateau prend l’eau. Endetté jusqu’au cou (150 millions d’euros), plombé par les gratuites et la chute des recettes de pub dont il dépend majoritairement, Hersant a commencé par larguer, en début d’année, son « Journal de l’île de la Réunion ». Puis ses télés locales, la francilienne Cap 24 et Citizen TV, à Caen. Et, au mois d’août, son pauvre président du directoire, Frédéric Aurand. Histoire d’éteindre le feu dans la maison, l’héritier Philippe Hersant, résident fiscal en Suisse, a même fait rapatrier d’urgence depuis Londres son frangin Mick.

Résultat : après avoir réalisé de belles affaires avec la grande distribution, le salon des antiquaires du coin ou la foire au boudin, Hersant n’hésite plus à passer à l’étape supérieure : le partenariat politique. Quitte à laisser au vestiaire, la liberté d’écrire de ses journalistes. Sur la Côte d’Azur, pas de surprise, les relations se resserrent plutôt avec les amis UMP, dont les meneurs – Gaudin à Marseille, Falco à Toulon, Estrosi à Nice – ont tant œuvré pour favoriser l’arrivée d’Hersant dans leur région. Et toutes les idées sont les bienvenues pour aller à la soupe ! Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Culture, Economie, Général, Ils ont dit, international, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, Social