Archives de Tag: euromed

La métropole marseillaise, ça se danse à petits pas

C’est un des sujets à la mode. Depuis que le gouvernement Fillon a lancé en 2009, dans sa réforme territoriale, le terme de « métropole », le mot est sur toutes les lèvres, accommodé à toutes les sauces locales : mayonnaise, aigre-douce, aïoli ou pimentée… chacun à son goût.

Le débat sur la grande métropole marseillaise a déchaîné les passions et souvent fait le grand écart, variant entre le statu quo ante et une gigantesque Marseille rêvée à voix haute par Renaud Muselier. Celle-ci s’étendrait des rives du Lacydon jusqu’aux torchères de Feyzin, au sud de Lyon, englobant toute la vallée du Rhône. Ambitieux.

Hormis le sempiternel concours politique marseillais de ceux qui prétendent avoir eu l’idée en premier, pas franchement constructif (mais qui permet d’apparaître dans la presse), une alternative crédible semble voir le jour : une union de projets réunissant toutes les intercommunalités départementales.

Elle est impulsée par le Président du Conseil général, Jean-Noël Guérini. Même si les contours sont encore flous, et si elle écarte de facto, pour l’instant, Toulon, au moins a-t-elle le mérite d’avoir réuni autour d’une table, qu’ils soient de droite ou de gauche, tous les patrons des dites intercommunalités. Mieux encore, après des heures de négociations (qui cachent mal à l’arrivée la défense du pré carré de chacun) une déclaration commune a été publiée et présentée à la presse. Un début concret de partenariat? Affaire à suivre…

C’est pourtant un fait au moins verbal : tous les élus locaux souhaitent que Marseille devienne une grande métropole internationale, capable de rivaliser avec Barcelone, Rotterdam voire (rêvons plus loin que M. Muselier) la mégalopole du moment, son alter ego asiatique, devenue le nouveau centre portuaire du monde : Shanghai (Chine).

Pourquoi pas ? Toutes ces villes sont des ports internationaux et la cité phocéenne ne manque pas d’atouts dans cette lutte concurrentielle acharnée. Non plus que des handicaps, nombreux, et pas seulement économiques. Alors, Massalia l’insoumise, carrefour méditerranéen et porte de l’Orient d’antan, saura-t-elle se dépasser dans l’unité? Au fond, a-t-elle vraiment le choix ? Lire la suite

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans capitale européenne de la culture, Culture, Economie, Général, international, Les grands projets, Marseille-Provence 2013, Politique, Pour vous faire votre opinion, Transports

Vœux : ces politiques qui nous veulent du bien.

L’entrée dans l’année 2009 sonnait le glas d’une croissance anéantie par la crise financière. Les élus de la république avaient pris soin de supprimer ou de réduire le faste des traditionnelles cérémonies de vœux aux corps constitués, symbole d’une époque révolue.
Au petit écran, Nicolas Sarkozy annonçait d’autres réformes, tandis que Jean-Claude Gaudin et Jean-Noël Guerini pressentaient une année chargée de défis ! La solidarité devenait le maître mot d’une politique impuissante à prévoir, au niveau local même, les conséquences d’un grand cafouillage financier international.
Ce début d’année 2010, qui coïncide avec le lancement de la campagne pour les élections régionales, marque le retour de vœux plus politiques.

La politique fait son retour pour la nouvelle décennie.

Martine Aubry en a fait le vœu, l’année 2010 sera « l’an I de la reconquête.»
Traditionnellement, la lucarne présidentielle a diffusé au soir de la St Sylvestre les vœux du président de la république qui s’est dit satisfait de lui-même et de son gouvernement, plus que jamais déterminé à poursuivre les réformes, et réaffirmant, dans une allusion probable au rejet de la taxe carbone par le conseil constitutionnel, qu’il n’est pas homme à se laisser abattre par un revers.
D’autres vœux sont venus de la toile, écrits sous formes de communiqués ou bien filmés « à la maison », préfigurant généralement un discours d’alternance et d’opposition, aux antipodes de l’auto satisfecit élyséen.
La palme du surréalisme revient à Dominique de Villepin assis sur un canapé blanc dans une pièce mal éclairée qui réalise, en plan fixe, un discours de six minutes. Le post écrira « « Seule une orchidée rose vient alléger un peu l’atmosphère sombre de cette allocution sans concessions pour Nicolas Sarkozy. »

2010 : Vœux à fleurets mouchetés à Marseille

Marseille et la région ne sont pas en reste de belles mises en scène.
Aussi, Michel Vauzelle lors de la présentation de ses vœux eut la divine surprise de constater que son adversaire politique pour les régionales, Thierry Mariani, s’était préparé à saborder la cérémonie de sorte que l’on parle de lui. Reprochant au président du Conseil régional d’utiliser les moyens de la Région à des fins électorales, celui qui trois jours plus tôt assistait aux vœux très politisés de son ami le député maire de Nice Christian Estrosi, pris congé avec les siens d’une assemblée qu’il jugea partisane.

Michel Vauzelle exprimait, comme l’ensemble des présidents de Régions l’ont fait, ses inquiétudes vis-à-vis de la réforme des collectivités territoriales qui est la grande actualité du moment.
Michel Vauzelle, qui est à la fête, devait recevoir une semaine plus tard un prix «citron » décerné par le préfet de région « à tous les parangons de vertu et autre Ayatollah du statu quo qui se sentent attaqués et déposent plainte.»
A l’exercice des vœux était particulièrement attendu par la presse, le président du Conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini qui a profité de l’occasion pour revenir sur l’enquête judiciaire en cours concernant les marchés d’attribution de la collecte et du traitement des déchets.
Très en forme, il a dénoncé une campagne de discrédit politique alimentée de clichés et d’amalgames, avant de réaffirmer sa sérénité face à l’instruction en cours. Pas moins de 6 vidéos ont été diffusées sur son profil dailymotion et un compte-rendu fleuve sur son blog !
Du côté ensoleillé du vieux port, dans le droit fil de sa politique, le sénateur maire Jean-Claude Gaudin nous revient en 2010 dans la recherche du consensus, prêt à ne faire de la politique que pour les Marseillais et les Marseillaises auxquels il adresse directement ses vœux sur les murs de la ville.
Une affiche, sobre qui présente un photomontage du quartier d’Euromed, c’est-à-dire une vision optimiste et assurément virtuelle du Marseille d’aujourd’hui.
Eugène Caselli, président de la Communauté urbaine de Marseille, lui a préféré une affiche plus concrète, donnant vue sur la porte d’Aix.
Enfin, Renaud Muselier, très agité à l’approche des fêtes, débute la nouvelle année dans le confinement et la douceur. Il souhaite à ses 200 supporters de sa page Facebook une année 2010 « empreinte de respect mutuel, d’harmonie, de paix et de prospérité pour tous. »

2010 : La revanche des pique-assiettes.

Les années précédentes étaient marquées par une déferlante de nouveaux moyens technologiques. Des vœux téléphonés de Muselier en 2007 découvrant les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), à l’utilisation massive des vidéos sur les blogs, nos élus découvraient une nouvelle façon de communiquer avec leurs concitoyens.
Mais au carrefour de cette nouvelle année, un repli sur des pratiques moins novatrices, peut être pour ne pas laisser croire en une utilisation dispendieuse des deniers publics, est à noter, essentiellement de la part des élus locaux. (sauf pour Jean-Noël Guérini, qui reste dynamique dans ce domaine).
Car au niveau national, les grandes figures de la politique accentuent encore, avec plus ou moins de bonheur, l’espace des TIC dans l’élaboration de leurs plans médias.
Enfin, ce petit désaveu régional pour les TIC ne signifie pas pour autant une économie de budget. La Provence nous informe dans son édition du 13 janvier que pour les mairies de secteur le coût des vœux des élus auront été raisonnables selon si la mairie est de gauche (entre 300 € et 3000 €) et plutôt onéreuses du côté de la majorité municipale (entre 10 000 € et 22 000 €.)

Entre les lignes :

L’exercice rituel de la présentation des vœux n’est pas désuet. Il permet au politique de renouer avec la population au moment d’aborder une nouvelle année, de dresser un bilan de l’exercice passé, et de fixer de nouveaux objectifs. Entre les lignes, chacun pourra saisir la primauté des enjeux à venir.
L’année 2009 prêchait la solidarité face à crise, l’année 2010 sera probablement celle de tous les combats idéologiques, tant il semble urgent d’inspecter d’autres voies et d’autres issues contre la crise sociale et économique qui n’a pas dit son dernier mot.

Enfin, au nom de toute l’équipe de « Marseille, un autre regard », nous profitons de ce premier papier de rentrée pour vous souhaiter une excellente année 2010 et un grand merci à nos lecteurs pour leur fidélité.

3 Commentaires

Classé dans Général

la Fiesta des suds respire avec l’abandon de la tour d’Icade

skyline marseille

En novembre 2007, la nouvelle avait fait l’effet d’une bombe : le site du Dock des Suds, qui accueille chaque automne l’un des plus grands festivals de Marseille, La Fiesta des Suds (65 000 personnes en 2008), de nombreux concerts et des manifestations politiques, était menacé par un projet titanesque, celui du groupe immobilier Icade.

Sur les terrains du port autonome, le promoteur projetait d’aménager l’ilôt Peyssonnel, sur 2,5 hectares, envisageant de déplacer le hangar à sucre pour y construire, à la place, une tour de 130 mètres et des logements. Or, ce projet est abandonné, au moins jusqu’en 2013, au grand soulagement de Bernard Aubert et Florence Chastanier, les « parents » de la Fiesta.

Flash back
Dans un article de La Provence du 28 novembre 2007, Florence Chastanier déclarait : « On ne comprend plus rien. On a reçu des fonds publics pour des travaux à peine achevés. Et ce n’était pas pour du provisoire ». Après l’incendie qui avait ravagé en septembre 2005 les 4 800 m² de hangars, la Ville de Marseille et le Conseil général des Bouches-du-Rhône avaient alors chacun débloqué, pour transformer le hangar à sucre en salle de concerts, 800 000 euros, la région 400 000 € et le Feder (Fonds européen) 500 000 €.

De son côté, dans ce même article, Jean-Claude Gondard, secrétaire général de la municipalité marseillaise, répondait sans état d’âme: « Icade, avec ses 300 millions d’euros d’investissements, est un projet d’intérêt majeur. » Bref, un festival majeur était balayé d’un revers de la main par la municipalité de Jean-Claude Gaudin.

Entre temps, la crise économique n’a pas épargné Marseille, et la candidature de Marseille-Provence capitale de la culture en 2013 est passée par là. Autant dire que l’énorme coup de gueule de Jean-Noël Guérini, président du Conseil général 13, lancé fin novembre 2007 alors qu’il était en meeting justement au Dock des Suds, a eu son effet : il avait en effet menacé en ses termes les responsables d’alors d’Euroméditerranée (présidée jusqu’au printemps 2008 par Renaud Muselier) : « S’ils remettent en cause l’avenir de la Fiesta sur le lieu du Dock des Suds, je prends l’engagement solennel de retirer le Département d’Euromed ! »

La skyline à laquelle rêvait tout haut Renaud Muselier n’est donc pas prête de voir le jour sur le littoral marseillais : Jacques Saadé, qui a obtenu de son ami le maire de Marseille (à qui il prête son jet privé pour des voyages) que « sa » tour, construite par l’architecte-star libanaise Zaha Hadid, soit la plus haute (147 mètres), va se sentir bien seul. Un peu normal à cette altitude…

2 Commentaires

Classé dans Culture, Economie, Général, Ils ont dit, international, Les grands projets, Marseille-Provence 2013, Municipales 2008, Politique

Gaudin préfèrera-t-il Guérini à Muselier ou Teissier pour les prochaines élections municipales de Marseille? A moins qu’il ne rempile pour un ultime mandat…

guerini-gaudin-caselli-conventionLes événements historiques s’enchaînent ! Si la presse a largement relayé, dans son ensemble, la signature, « historique » donc, du plan-cadre de 250 millions d’euros (sur 500 millions au total en réponse à la crise qui touche le département) signé entre le Conseil général des Bouches-du-Rhône et la Communauté urbaine Marseille Provence métropole, en présence de la grande majorité des maires des 18 communes de MPM, peu ont en revanche commenté un autre événement : la présence de Jean-Claude Gaudin au sein du Vaisseau bleu, « chez » son adversaire d’hier Jean-Noël Guérini.

Car la venue du sénateur-maire de Marseille n’avait rien d’anodin. En politique, tout n’est que signes et messages subliminaux. Que fallait-il lire et comprendre alors dans l’attitude d’un Jean-Claude Gaudin certes diminué par un problème à l’œil, mais visiblement ravi d’être là, remerciant dans son discours éclair, avec une insistance non feinte ( 5 fois en moins de 3 minutes…) le président du Conseil général ?

Bien sûr, les tractations d’avant-signature entre les cabinets des deux leaders ont été tendues et âpres. Mais s’ils sont finalement parvenus à tomber d’accord, il faut aussi voir la visite de Gaudin comme le signe de son agacement grandissant à l’égard des amis de son propre camp.

Car aujourd’hui, même si les dés ne sont pas encore lancés pour 2014 et les municipales, les observateurs ont compris que M. Gaudin ne laissera pas son fauteuil à un Renaud Muselier aussi gaffeur et mal inspiré (Marseille-Provence 2013 en est le dernier exemple flagrant) ou à Guy Teissier, son plus vieil ennemi local qui semble s’épanouir (un peu trop ?) à la présidence d’Euromed. D’aucuns, dans l’entourage du maire et dans l’anonymat le plus total, confient même : « Gaudin préfèrera voir Guérini gagner en 2014 plutôt que Muselier. » Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Culture, Economie, Général, Ils ont dit, Les grands projets, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion

Marseille 2013 capitale européenne de la culture : sacré Muselier ou l’art de confirmer la machine à perdre !

muselierRenaud Muselier, conseiller municipal (UMP) délégué à la préparation municipale de Marseille 2013, a annoncé la création d’un « guichet unique » au sein de la mairie, pour déposer des projets candidats à une labellisation « capitale européenne de la culture ».

Si l’on est accoutumé à Marseille aux méthodes cavalières de l’ancien dauphin de Jean-Claude Gaudin, cette décision est très surprenante quant on sait que, selon le cahier des charges retenu par Bruxelles, c’est l’association Marseille Provence 2013, dirigée par Bernard Latarjet, qui doit collecter les demandes.

« Aujourd’hui, on ne sait pas où aller, on ne sait pas qui fait quoi », estime celui qui devait abandonner la vie politique il y a quelques semaines à peine. Pourtant, depuis le 29 janvier dernier, l’association a mis en ligne sur son site une note de méthodologie qui explique comment déposer un projet. Il n’y a pas de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre… Plus encore, le candidat éconduit par les siens à la présidence de la Communauté urbaine de Marseille et sauvé par l’ami Sarkozy, crée de son propre chef ce qu’il stigmatise : la confusion.

Et l’on comprend très bien pourquoi : Muselier souhaite se positionner en patron qu’il n’est pas (encore?) de ce grand projet collectif une fois la candidature de Marseille retenue à l’unanimité par un jury international portée par Bernard Latarjet, avec le soutien de l’ensemble des collectivités territoriales du département, de droite comme de gauche.

Nul doute que la sortie impromptue et inopinée de « Muso » ne soit pas tout à fait au goût du pragmatique Jean-Noël Guérini, patron du Conseil général des Bouches-du-Rhône, l’un des principaux financeurs de l’opération. Au regard de l’état, exsangue, des finances de la Mairie de Marseille, Renaud Muselier nous  joue-t-il, une fois de plus, la sempiternelle ritournelle, par presse interposée, du rapport de force ? Mais dont on connait le sempiternel résultat : l’échec !

Avec son guichet, la mairie veut présélectionner les dossiers avant de les soumettre à Marseille Provence 2013. La majorité municipale se réserve cependant le droit de labelliser seule, sous l’appellation « Objectif Marseille 2013 », les projets retoqués ou suscitant son intérêt !

Du côté de l’Hôtel de ville, on ne change décidément pas la machine à perdre. L’art de subventionner les copains avec des méthodes de margoulins… Pas sûr que les temps modernes y résistent !

Sources : La lettre du cadre, Par Bruno Cohen-bacrie – 18/03/2009 –

2 Commentaires

Classé dans Culture, Economie, En bref, Général, Ils ont dit, Politique, Pour vous faire votre opinion

Secrétariat permanent de l’Union pour la Méditerranée (UPM) : Marseille tente sans trop y croire

Le Palais du Pharo, ses jardins, sa vue panoramique sur le Vieux-Port, son ouverture sur la Méditerranée… C’est dans ce cadre mythique que les 27 ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne et les 16 représentants de la rive Sud de la Méditerranée ont choisi de se réunir aujourd’hui et demain lors du Sommet de l’Union Pour la Méditerranée (UPM).

A cette occasion, les États membres auront la lourde tâche de désigner la ville-siège du Secrétariat permanent de l’Union, avec en ligne de mire l’objectif, clairement avoué par Henri Guaino, conseiller spécial du Président de la République et instigateur du projet, « d’ancrer l’UPM dans la réalité de la quotidienneté méditerranéenne. »

Six villes étaient encore en lice la semaine dernière pour décrocher la prestigieuse timbale : Barcelone (Espagne), Rabat (Maroc), Tunis (Tunisie), la Valette (Malte), Bruxelles (Belgique) et Marseille. Depuis, le Maroc et la Tunisie se sont retirés du jeu, torpillant réciproquement leur candidature en menaçant de veto si d’aventure le choix de la ville adverse était retenu. Ambiance… Cet imbroglio témoigne de la difficulté d’unir le monde méditerranéen autour d’une table ce que, bon an, mal an, le processus de Barcelone avait mollement réussi à faire depuis 1995. Ledit imbroglio pourrait néanmoins relancer les chances de la Cité phocéenne.

Cependant, entre les encouragements feints de ses détracteurs et l’agacement non dissimulé de ses concurrentes, la candidature marseillaise, déposée seulement trois jours après le lancement en grande pompe de l’UPM par Nicolas Sarkozy, le 14 juillet dernier à Paris, est loin de faire l’unanimité. Alors qu’au titre des critiques récurrentes beaucoup sous-entendent que Marseille n’a pas la carrure pour centraliser l’organisation administrative d’une telle structure internationale, les élus locaux se relaient afin de faire valoir les atouts de la ville. Elle n’en manque pas.

Vouloir faire de Marseille le centre névralgique du rayonnement méditerranéen relève-t-il de l’utopie politique? La ville dispose-t-elle des moyens suffisants pour devenir à l’UPM ce que Bruxelles est à l’Union Européenne? Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Culture, Economie, Environnement, Général, Ils ont dit, Les grands projets, Politique, Pour vous faire votre opinion, Présidentielle 2007

Plan Hôpital 2012 : un nouvel hôpital privé redessine la carte sanitaire de Marseille

Pas moins de 250 projets d’aides aux établissements hospitaliers ont été retenus cette année dans le cadre du Plan national Hôpital 2012. Ce programme de modernisation des établissements de santé représente une aide financière de quelque 1,7 milliards d’euros d’investissement pour atteindre sur la période 2008-2012 près de 10 milliards d’euros. Son objectif : améliorer l’efficience de l’offre hospitalière en poursuivant la modernisation technique des établissements de santé engagée avec le plan Hôpital 2007 dont il constitue le prolongement.

Marseille fait partie des grands gagnants. La branche médicale marseillaise reçoit des mains de la ministre de la santé, Roselyne Bachelot, une enveloppe de 54,2 millions d’euros pour la réalisation d’un hôpital privé high-tech dans le secteur en pleine mutation Euroméditerranée.

Sous le flot des mauvaises nouvelles, les orientations du plan Hôpital 2012 ont de quoi éclaircir un ciel financier phocéen nuageux et ravir les acteurs de cette vaste opération d’intérêt national présentée comme un accélérateur de l’attractivité et du rayonnement de la métropole marseillaise. Du côté des hôpitaux publics, surendettés, bien des questions se posent… Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Economie, Général, Ils ont dit, Les grands projets, Politique, Social