Archives de Tag: investissement

Chômage : un million de français sans indemnités fin 2010

Un million de chômeurs se retrouveront en fin de droit d’ici la fin 2010. Une véritable bombe à retardement sociale que personne ne peut sérieusement ignorer. Elle était attendue dès la genèse de la crise économique. Elle est prête à exploser désormais.

L’information, confirmée par le service statistique du Pôle emploi dans son rapport aux partenaires sociaux du 25 novembre 2009, n’est pas une grande découverte, elle figurait aussi dans le document «Perspectives de l’emploi 2009», produit par l’OCDE qui tablait déjà sur un taux de chômage en France avoisinant les 11% si la reprise tardait à venir.

L’enthousiasme, feint ou réel, de Christine Lagarde n’ayant que peu d’effet sur la croissance, ces sinistres prévisions sont aujourd’hui un fait, mécanique, entre la baisse du PIB en 2009, la destruction de l’activité et de l’emploi.

Même si tous les économistes s’accordent à dire que la France a moins souffert que ses voisins européens, le maigre rebond attendu de 0,5% sur l’année 2010 ne pourra à lui tout seul, inverser la tendance. Se pose alors, la douloureuse question de l’indemnisation des chômeurs, qui pour la plupart atteignent la date butoir de la liquidation de leurs droits et de leur devenir.

Pas de prime à la casse pour les chômeurs en fin de droit

Comme une réplique à la crise économique et financière de 2009, la crise sociale s’installe et inquiète les français. Un million de chômeurs seraient, cette année, en passe de perdre leurs droits et, pour une grande partie d’entre eux, l’intégralité de leurs prestations.

Selon ce même rapport du Pôle Emploi, ils n’auraient droit à aucune allocation soit parce qu’ils ont moins de 25 ans et n’ont pas le droit au RSA (Revenu de solidarité active), soit parce que leur foyer dispose de revenus jugés suffisants. Ainsi, ce sont près de 400 000 personnes qui se retrouveraient sans revenu d’aucune sorte. A cela s’ajoute les chômeurs 2009 en fin de droits dont le nombre avait déjà augmenté de 35.2% en un an.

Pour la plupart donc, inéligibles aux dispositifs actuels de solidarité nationale, dont les conditions sont fixées par l’Etat, seule la solidarité familiale leur servira de rempart contre la crise. Encore faudrait-il que les familles le puissent.

A l’image du pays, dans les Bouches-du Rhône, malgré les politiques volontaristes d’investissement lourd mises en place pas les collectivités territoriales, les statistiques sont peu réjouissantes : 141 528 personnes étaient à la recherche d’un emploi en janvier, soit 19 000 de plus qu’un an auparavant.

Si la reprise de la croissance va permettre de limiter la casse, elle pourra difficilement transformer ce regain d’activité en emplois nouveaux. Au mieux pourra-t-elle absorber les nouveaux entrants sur le marché du travail.

Vers un bouclier social ?

Ainsi, c’est la notion même d’indemnisation des chômeurs qui est l’une des clés en matière de stabilisation économique et sociale. Les syndicats ne désespèrent pas de faire comprendre l’urgence de la situation au gouvernement.

Si certains dispositifs semblent aller dans le bon sens, comme la baisse des charges sociales pour les nouvelles embauches (près de 800 000 bénéficiaires) ou encore le renforcement du chômage partiel qui a permis le maintien des salariés dans les entreprises, le gouvernement semble, pour l’heure, ne pas répondre à l’énormité de l’enjeu social. Que vont devenir ces centaines de milliers de chômeurs en fin de droit ?

Tandis que le plan de relance français correspond à un maigre 0,8% de notre PIB, celui des Etats-Unis représente quant à lui 5.6%. Un budget à multiplier par trois pour obtenir l’efficacité escomptée en relançant la consommation.

Pour Laurent Wauquiez, secrétaire d’Etat chargé de l’emploi, l’augmentation du nombre de chômeurs en fin de droits est une « question de gestion de l’assurance dans la crise », Gaby Bonnand, le secrétaire national de la CFDT chargé de la protection sociale et des questions économiques, récemment élu à la présidence de l’Unedic, lui rétorque que « l’impact social de la crise ne doit pas être financé par la solidarité du privé, mais par la solidarité nationale ». Côté Medef, on avoue que ce dossier est « extrêmement sensible » mais relève étonnamment de « la compétence exclusive du gouvernement. »

On pressent dès lors assez bien la partie de ping-pong à venir sur cette bombe sociale à retardement…

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Economie, Général, Ils ont dit, Pour vous faire votre opinion, Social

Barack Obama investit résolument dans la recherche et l’innovation pendant que la France recule

obamaN’en déplaise au Vatican, le Président Obama a signé lundi 09 mars 2009 un décret autorisant le financement de la recherche sur les cellules souches embryonnaires. Interdite depuis 2001 par George W. Bush, le nouveau président américain veut désormais rompre avec la politique de son prédécesseur qui : «au lieu de promouvoir les découvertes, imposait (…) un faux choix, entre la science et les valeurs morales».

Cette promesse de campagne, aujourd’hui suivie des faits, se justifie autant par les perspectives qu’offre désormais l’utilisation de ces cellules dans le traitement de maladies dégénératives que par sa volonté stratégique de sortir les USA de la crise par « le haut » en s’appuyant sur la science. Ce désir de modernisation passe aussi pas le refinancement public d’action de recherches jusqu’alors financées par des fonds exclusivement privés, orientés vers un profit à court terme, tandis que les solutions pérennes font défaut.

Attendre que la tempête passe pour reprendre les mêmes modèles, n’est pas au programme du candidat du prometteur « Yes we can ! » qui ambitionne de modifier les liens entre science et morale, public et privé, industries gourmandes en ressources naturelles et recherches de nouvelles solutions moins coûteuses pour l’environnement.

Ce nouveau tournant pris par l’Administration Obama contraint les européens que nous sommes, à envisager l’avenir bien au delà de la sortie de crise et de nous projeter dans le monde de demain qui se décide dès maintenant.

Barack Obama résolument innovant
Avec ses 21.5 milliards, la recherche fondamentale n’est pas la seule bénéficiaire de ce plan de relance largement orienté vers l’avenir. Sur les 787 milliards votés le 17 février dernier par le Congrès américain, 120 milliards seront alloués à la recherche et le développement technologique dont 24.6 milliards pour les technologies de l’information et 50 milliards supplémentaires pour doper l’innovation en faveur des mutations énergétiques (renforcement de l’efficacité énergétique des infrastructures, stimuler le développement des voitures hybrides…) avec comme objectif de favoriser la croissance verte.

Cet effort budgétaire tend à inverser la tendance de ces huit dernières années de conservatisme féroce et d’absence de la puissance publique pour insuffler une nouvelle dynamique à l’économie américaine. La crise a au moins cela de positif : elle bouscule les théories, fait bouger les lignes et conduit les différents pays à adopter des solutions novatrices pour lutter contre le mal qui ronge leurs économies. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Economie, Environnement, Général, Ils ont dit, international, Les grands projets, Pour vous faire votre opinion, Social

Plan anti-crise de Sarkozy, le compte n’y est pas !

sarkozy-crise-caricatureOn l’avait annoncé, proclamé, affirmé avec force ambition, biceps gonflés, comme on le fait d’une idée dont on connaît les faiblesses mais dont on sait que son seul objet est de convaincre, rassurer coûte que coûte, au moyen indubitablement efficace d’une communication soignée. Transiger sur le fond mais soigner la forme, telle est la norme élyséenne désormais.

Ainsi fait le 13 janvier dernier, alors que le chef de l’Etat plantait son plan de relance à la vox populi, chiffré à 26 milliards d’euros. Adopté avec 316 voix pour et 212 contre par les députés, ledit plan piloté par le fraîchement nommé ministre chargé de la relance, Patrick Devedjian, se voulait fédérateur : «Les élus ont un rôle capital dans la mise en œuvre des projets » avait-t-il alors déclaré. « Je compte sur vous. Notre pays doit nous trouver rassemblés face à cette crise injuste que nous affrontons avec courage.»

Malgré les différentes mesures prévues par le gouvernement, les partis d’opposition et les économistes restent dubitatifs sur le réel impact de ce texte. L’heure est aujourd’hui au bilan des mesures prises pour l’hexagone. En plein cœur de la crise, celui qui exhortait à un déblocage massif de fonds lors de sa présidence à l’Union Européenne semble plutôt avoir accouché d’une souris. Une fois de plus, il y a long de la parole aux actes et le compte n’y est pas… Loin s’en faut. Analyse. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Culture, Economie, Général, Ils ont dit, Les grands projets, Politique, Pour vous faire votre opinion, Social, Transports

Neige à Marseille : A qui la faute ?

bonhomme-de-neige-vieux-portMercredi 07 janvier 2009, la cité phocéenne découvre un paysage auquel elle n’était pas habituée : en ce début de saison hivernale, la neige s’est improvisée en hôte exceptionnel pour le plus grand bonheur des uns et le désespoir des autres. En seulement quelques heures, pas moins de 20 cm de neige ont recouvert la ville, qui, de mémoire de Marseillais, n’avait plus connu pareille intempérie depuis 1987.

Si l’offensive météorologique fut rapide, les conséquences de cet enneigement inédit ne se sont pas fait attendre : axes routiers bloqués, transports en commun quasi-inexistants, établissements scolaires fermés, marins-pompiers débordés, services des urgences surchargés…

Face au spectacle surréaliste d’une ville en proie à la paralysie totale, une interrogation subsiste : comment les pouvoirs publics ont-ils pu, à ce point, se laisser surprendre par les pièges de la poudreuse ? En effet, la surprise passée, les critiques ont fusé de toute part sur l’épineux sujet de la gestion de l’événement par les acteurs locaux.

Du laxisme de l’Hôtel de Ville au manque de réactivité de la Communauté Urbaine, personne n’est épargné. Pas étonnant donc que dès le lendemain, le Premier Ministre, François Fillon, peinant à contenir sa colère, taclera ouvertement Jean-Claude Gaudin et le Préfet des Bouches-du-Rhône, Michel Sappin, tenus pour responsables du blocage inacceptable de la seconde ville de France.

Cependant, si l’épisode marseillais a résonné jusqu’à la capitale, c’est surtout parce qu’il révèle une incapacité plus nationale que locale à surmonter cette crise, caractérisée par un manque flagrant de moyens et de coordination. La neige fondue, le calme revenu, le moment de l’analyse des dysfonctionnements est venu. Analyse. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Economie, Environnement, Général, Ils ont dit, Politique, Pour vous faire votre opinion, Sécurité, Transports

Plan Hôpital 2012 : un nouvel hôpital privé redessine la carte sanitaire de Marseille

Pas moins de 250 projets d’aides aux établissements hospitaliers ont été retenus cette année dans le cadre du Plan national Hôpital 2012. Ce programme de modernisation des établissements de santé représente une aide financière de quelque 1,7 milliards d’euros d’investissement pour atteindre sur la période 2008-2012 près de 10 milliards d’euros. Son objectif : améliorer l’efficience de l’offre hospitalière en poursuivant la modernisation technique des établissements de santé engagée avec le plan Hôpital 2007 dont il constitue le prolongement.

Marseille fait partie des grands gagnants. La branche médicale marseillaise reçoit des mains de la ministre de la santé, Roselyne Bachelot, une enveloppe de 54,2 millions d’euros pour la réalisation d’un hôpital privé high-tech dans le secteur en pleine mutation Euroméditerranée.

Sous le flot des mauvaises nouvelles, les orientations du plan Hôpital 2012 ont de quoi éclaircir un ciel financier phocéen nuageux et ravir les acteurs de cette vaste opération d’intérêt national présentée comme un accélérateur de l’attractivité et du rayonnement de la métropole marseillaise. Du côté des hôpitaux publics, surendettés, bien des questions se posent… Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Economie, Général, Ils ont dit, Les grands projets, Politique, Social

Marseille – municipales 2008 : une cagnotte pour Guérini ou la faillite de Gaudin ?

trésorOn vit dans un bien curieux pays. Hier, on pouvait lire dans les colonnes de nos confrères de La Provence, cette curieuse question, en guise de titre : « Une super-cagnotte pour Marseille au Département?« . Le sur-titre, tout aussi électoraliste, indiquait : « Municipales : le candidat PS disposerait d’un levier redoutable, la droite fustige son attitude passée ». Avoir la capacité de s’endetter plus encore serait donc assimilé à une sorte de « cagnotte », de « trésor de guerre », de « cassette remplie de pièces d’or »? Est-ce cela? On marche sur la tête !

Les finances de notre pays frisent la banqueroute, celles de la Ville de Marseille et de la Communauté urbaine sont presque en cessation de paiement (on dit en faillite dans le secteur privé), et on fustige un trésor de guerre lorsque l’on trouve une collectivité territoriale, le Conseil général des Bouches-du-Rhône, dont les finances sont saines et la capacité à s’endetter honorable ? Il y a quand même un gouffre entre une capacité d’endettement et une cagnotte secrète non ? N’importe quelle mère de famille comprendra… Voilà donc que l’on est riche si l’on peut devenir pauvre ! A-t-on perdu le sens commun? Avec ce type de raisonnement, on comprend mieux l’état général de nos finances.

De quoi s’agit-il ? Le Conseil général a, depuis les présidences de Jean-Noël Guérini, bénéficié d’une gestion saine de ses finances, choisissant l’augmentation raisonnable de l’impôt et investissant (1er département de France en termes d’investissements) massivement sur le productif et le structurel, contrairement à la Mairie de Marseille ou à la Communauté urbaine, qui ont choisi, elles, d’utiliser les deux leviers financiers que sont l’impôt et l’endettement tout en n’améliorant pas suffisamment la qualité de vie des marseillais. Voilà tout l’enjeu.

Le Cg 13 : 200 millions pour Marseille
La « cagnotte » est donc le type même du faux procès. Sur les 466 millions d’investissements du Département cette année, presque 200 millions ont été accordés, directement ou indirectement, à la ville de Marseille (tramway, routes, Euromed, Hôpitaux, PAM, Aéroport Low Cost, RMI, APA…). Les critiques de Jean-Claude Gaudin ne sont pas fondées lorsqu’il stigmatise son challenger socialiste : « j’aimerais bien que les conseilleurs soient un peu les payeurs » en mettant en exergue que le Cg 13, tout comme la région Paca, n’auraient financé que 6 % (d’ailleurs presque 7%) de son tramway. On peut entendre la critique, on comprend mal alors pourquoi le Département et la Région ont reçu, par la poste, selon les propos de Jean-Noël Guérini sur son blog, et confirmé à la région, la facture de 27 millions d’euros chacune. Sans autre forme de concertation sur le tracé ou la requalification des rues. Si on veut des financements, encore faut-il savoir où les trouver et surtout, comment.

Certes, seuls 49% des marseillais payent l’impôt. Certes, les dettes accumulées depuis l’après-guerre ne sont toujours pas remboursées. Certes, le maire a trouvé des finances moroses à son arrivée à l’Hôtel de Ville. Mais, enfin, que dire des 17000 employés à la ville de Marseille, pour 7000 au département et 5000 à la région ? Alors que la plupart des transferts de l’Etat se sont portés sur les départements et les régions. Que dire de l’opportunité d’un palais de la glisse à Marseille quand les finances sont exsangues ? Que dire d’un tramway (800 millions) qui doublonne le métro, qui ne dessert ni le Sud, ni le Nord de la ville et qui, lorsque l’on s’apprête à ouvrir une nouvelle ligne, fait que l’on découvre le tunnel sous La Plaine non conforme aux normes, dont l’appel d’offres de réhabilitation est retoqué, ce qui fini de plomber la note. On appelle ça une mauvaise gestion des projets et, pour tout dire, une mauvaise gestion tout court. Mais le mot « cagnotte » est lancé, le trésor à portée de main… et les commentaires vont bon train… Tout cela n’est pas sérieux…

1 commentaire

Classé dans Economie, Général, Ils ont dit, Les grands projets, Municipales 2008, Politique, Transports