Archives de Tag: journaux

« Marseille, un autre regard » passe le cap des 100 000 visiteurs uniques : merci à vous !

home marseille un autre regard100 000. Vous avez été plus de 100 000 visiteurs uniques à être venu vous informer sur Marseille, un autre regard depuis son lancement, le dimanche 11 mars 2007.

Ce cap était, pour toute l’équipe, une perspective au long cours, une course de fond, un exercice de longue haleine et, rattrapé par l’actualité, il a été franchi bien plus tôt que prévu. Les élections municipales de l’an dernier, notre regard posé sur la presse locale, la stigmatisation des atavus phocéens, quelques scoops aussi ont grandement aidé à ce succès.

Toute l’équipe de votre blog favori, celui qui ne vous cache rien, vous remercie de votre fidélité et de la qualité de vos commentaires.

Marseille, un autre regard a su trouver, avec le temps, sa place dans la blogosphère marseillaise, avec des papiers informés, fouillés, souvent audacieux voire impertinents. Il est, paraît-il, prisé par les collègues journalistes. Certains viennent même y puiser l’inspiration nous dit-on…

Sans publicité, sans financement, la conjonction d’une ligne éditoriale indépendante sans être mièvre et des nouveaux médias sur la toile explique sûrement aussi cette réussite. Preuve que la presse marseillaise politique a besoin de souffle, de fraîcheur, de « distanciation axiologique » comme disait Max Weber aux futurs sociologues.

 » De petits articles en petits papiers, écrivions-nous dans notre édito de 2007, nous cernerons cette réalité marseillaise au-delà des emportements sophistiqués. C’est ce qui-vive que nous tenterons de fustiger, dans une période démocratique vivace, où les rhétoriques creuses se déchirent sur les réalités durement éprouvées par nos concitoyens.  »

Nous espérons avoir tenu le pari de ce rendez-vous régulier, de cette ligne directrice. Vous en êtes les seuls juges et, fort de l’enthousiasme qui nous anime, avec la même intensité qu’au premier jour, nous mettons le cap sur les 200 000 visiteurs uniques toutes voiles ouvertes !

Publicités

1 commentaire

Classé dans Général, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, Social

Marseille par grand froid, un cauchemard, est-ce possible ?

Ce soir, chers lecteurs, je n’ai pas envie de gloser sur cette ville de Marseille qui me fout en l’air tant je l’aime, et tant je vois qu’elle péréclite quand je rentre chez moi à pieds, je ne conduis pas. J’agite en moi le sens de la compassion. Hier soir, passant par la rue de Rome, à une encablure de la Place Castellane, il n’y avait que bandes aux regards inquisiteurs, pas violentes, elles testaient seulement ma capacité à être dépouillé, l’idée était de savoir, pour elles, à quel angle de rue et comment procéder.

Longtemps après mon passage, les regards étaient toujours aussi lourds dans mon dos ou, poursuiveurs, de l’autre côté de la chaussée. Parano hey ? Non, j’ai longtemps expérimenté ce sentiment d’insécurité à New-York dans les années 80, à Paris pendant 15 ans… Depuis 1999, date à laquelle j’ai épousé comme une femme amoureuse et soumise Marseille, la défendant envers et contre tous, j’ai toujours refusé la réputation de « papier » de Marseille, celle qui fait vendre des journaux sur les cendres d’une connexion Chicago-Marseille des années cinquante qui fait sourire aujourd’hui… Dieu merci, tant elle est fausse. Je suis très urbain, nombre d’entre nous connaissent ça. Jusque-là la force du regard suffisait. Hey, ducon, je suis Marseillais, fous-moi la paix… Je vais t’expliquer la vie !

Pour la première fois depuis des années, je suis entré au Mac Do, je passe sur l’incivisme, 4 personnes me sont passées devant, rien que de très normal, je n’ai rien dit, mon mp3 rivé sur les oreilles, il diffusait du Josh Groban, rien ne peut alors m’altérer. Cool… Zen…

Sortant, j’ai dû enjamber les voitures qui, garées sur le troittoir, ne laissaient aucune place aux piétons, une dizaine d’hommes et de femmes, dont plusieurs enceintes, dormant à même le sol dans des cartons éventrés, une tribu moderne qui ne disait rien, ne revendiquait rien, elle dormait. Comment le cacher ? trop c’est trop, j’ai pleuré. J’ai eu mal, rappel d’humanité? J’ai eu le gout amer, la mauvaise impression d’être un milliardaire dans le quart monde. Il faisait si froid, mes mains tremblaient. La suite n’a aucun intérêt, elle est personnelle. Mes tripes ont flanché…

No comment… Ca suffit, c’est tout !

PS : je me suis demandé s’il fallait que je diffuse une photo pour éclairer mon propos. Pas la peine, pensez-y ! J’aurais pu fouiller dans la misère, c’est si simple à quelques jours de Noël, pourquoi-faire ? Je suis en colère, j’ai tellement mal que mes mots devraient suffire.

4 Commentaires

Classé dans En bref, Général