Archives de Tag: orange

Régionales en Paca : le nationaliste Bompard fulmine mais reste dans la galaxie Sarkozyste via le MPF. Objectif : Tuer Le Pen!

J’y suis, j’y suis plus, mais j’y reste. Selon un communiqué, non repris par la presse mais publié sur son blog, Jacques Bompard, maire d’Orange (ex Front National) et candidat aux élections régionales en région Paca (Ligue du Sud) indique : « qu’il reprend sa liberté de réflexion et d’action » face au Parti de Philippe de Villiers (le Mouvement pour la France), fraîchement ré-intégré dans la galaxie Sarkozyste (UMP), sans que l’on comprenne vraiment ce que ces termes recouvrent.

Dehors ou dedans ? Quitte ou reste ? Ledit de Villiers marchant lui-même sur des œufs, bafouillant un : « Jacques Bompard est un ami. Il a une fermeté de convictions alliée à une vraie réussite locale. Mais je soutiens la liste de la majorité présidentielle en Provence-Alpes-Côte d’Azur et sa tête de liste, Thierry Mariani. »

Gaudin, le maître d’œuvre ?

Un rendez-vous avec jean-Claude Gaudin, maire de Marseille et patron des investitures nationales pour l’UMP, a eu lieu, dit-on. Tous les acteurs démentent, au premier rang duquel Jacques Bompard lui-même. Tous ont intérêt à nier, c’est un fait. La cible étant Jean-marie Le Pen et son dernier baroud électoral d’honneur. D’autant qu’il est donné à 19% par le dernier sondage iSama (commandé par l’équipe Vauzelle). Chiffre gonflé mais dangereux. Soit.

Si le vieux cacique frontiste fait plus de 10% au 1er tour des régionales, c’est la victoire assurée pour Michel Vauzelle (PS) et la déconfiture pour l’improbable Thierry Mariani (candidat UMP choisi, non par les militants, fait unique en France, mais par l’Élysée pour sa haine, entre autre, de… Jacques Bompard… tous deux élus sur les mêmes terres : Valréas-Orange dans le Vaucluse).

Les UMP 13 n’y croient pas

Un calcul trop parisianiste, trop politicien pour les militants Ump marseillais : « Sarko offre une bataille à Mariani pour des affaires hyper locales dans le Vaucluse. »

« Thierry est un mec bien, mais il n’est pas connu à Marseille, confie Ahmed qui a adhéré à l’UMP durant la présidentielle, ses positions sur les tests ADN pour les étrangers candidats au regroupement familial sont difficiles à défendre ici ». Autant dire dans les Bouches-du-Rhône, soit 50% de l’électorat régional… Même s’il précise qu’à « Nice, il va emballer ! ». « Thierry est un warrior, un fighter, mais il n’a aucune prise sur la réalité de nos vies. Personne ne le connait. L’opposé de Bernard Tapie. »

Entendre çà à Marseille est un drame pour n’importe quel candidat… Surtout lorsque les commentaires proviennent de son propre camp…. Ville rebelle, il faut l’aimer pour la comprendre ! Voilà bien une erreur de débutant. Tous s’y sont cassé les dents. Tous n’étaient pas marseillais cela dit… Mais tous avait compris l’enjeu avant de se présenter. Le Cévennol Gaston Defferre en premier.

Le discours militaire, intransigeant, sécuritaire, blanc, catholique, à Marseille, même à l’Ump, à des limites. Il fonctionne dans quelques quartiers du sud de la ville. Bien loin des supposés 400 000 musulmans marseillais, même de droite… Erreur de casting ?

Le projet de Sarkozy lui échappe…

Quoi qu’il en soit voilà bien une impossible configuration pour l’hyper-président… Sarkozy devait tenir deux meetings (Nice et Marseille) pour soutenir son candidat et haranguer ses troupes mais, semble-t-il, l’idée de lui re-configurer une posture présidentielle, après son intervention télévisuelle sur TF1, aurait calmé ses ardeurs. Il se replace désormais au-dessus des partis. Nous restons vigilants sur l’info néanmoins… Viendra ou viendra pas ? On a plusieurs dates et lieux à vous fournir… L’Élysée cafouille pour sûr…

Reste que Jacques Bompard, qui fût un penseur de la première heure du Front national, du temps où il faisait 1%, viscéralement nationaliste, auteur de quelques ouvrages nostalgiques (« France, ton agriculture doit vivre » ed C.E.R.C.E. – 1987, bradé 7 € sur primeminister), paillard à ses heures, qui aime montrer ses fesses aux copains, surtout en Camargue autour de balades à cheval, s’est trouvé de nouveaux copains niçois pour soutenir l’ identité provençale : « les Identitaires », ses principaux soutiens azuréens, dont Philippe Vardon, président de « Nissa Rebela », propulsé directeur et porte-parole de la campagne dans le 06 : « C’est une fierté d’accueillir les identitaires, une force jeune qui s’intéresse à la chose publique avec talent, dynamisme et entrain », souligne-t-il.

Un vrai facho… bien utile

Lesdits « identitaires », curieux groupuscule nationaliste (où se côtoient les nostalgiques de l’antique romanité et de l’italianité naissante, post risorgimentale, très mussolinienne), invitent leurs aficionados à venir les rejoindre avec cet appel : « Face à la violence de la racaille et devant la démission des pouvoirs publics. Face à leurs responsabilités élémentaires ; les Identitaires organisent – en collaboration avec de nombreux jeunes niçois et des commerçants du centre-ville – une manifestation intitulée « MAITRES CHEZ NOUS » – n’abandonnons pas notre ville à la racaille. »

Rien que de très compréhensible en termes d’union… Les amis se retrouvent… Sauf que Le Pen les pensait fidèles à sa cause… Voilà pourquoi aussi, entre autres, Jacques Bompard se radicalise et indique dans son communiqué, passé inaperçu :

 » Lorsque Philippe de Villiers est entré dans le comité de la majorité présidentielle, j’ai fait part de mes doutes. Cependant, j’ai noté que le M.P.F. entrait dans ce comité pour ancrer la majorité à droite.

On juge un arbre à ses fruits et force est de constater qu’il n’existe aucun ancrage à droite de cette majorité. Bien au contraire, sur de nombreux points essentiels, on peut constater un ancrage à gauche, parfois même très à gauche. On pourrait en citer de nombreux exemples.

J’en retiendrai deux récents. L’un dans le domaine des idées, l’autre dans les faits.

Dans le domaine des idées, lorsque Eric Besson a déclaré à La Courneuve : «La France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c’est un conglomérat de peuples qui vivent ensemble. Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France du métissage». Le M.P.F. n’a émis aucune critique, aucune réserve. J’ai écrit à Philippe de Villiers pour lui demander de réagir. Sans résultat.

Dans le domaine des faits, voici quelques jours, 128 clandestins ont débarqué en Corse. Qu’a fait le gouvernement par la voix du ministre Eric Besson ? Il a demandé que ces clandestins soient remis en liberté. Là encore, le M.P.F. n’a rien dit.

Au regard de son évolution depuis 2007, il n’est pas exagéré de constater que le M.P.F. n’existe plus en tant que mouvement autonome, qu’il s’est dissous dans l’U.M.P. Dans ces conditions, j’ai plaisir à constater que j’ai eu raison de reprendre ma liberté de réflexion et d’action en créant en toute indépendance, avec mes amis, la Ligue du Sud. »

L’arme sarkozyste est plutôt bien élevée. L’Élysée ne souhaite que 2 ou 3 % pour cette liste non ? De quoi pouvoir faire gagner le copain Mariani… Le reste « on s’en fout! » aurait-il éructé  au sortir d’une réunion d’organisation électorale hier au palais présidentiel… Tout baigne !

1 commentaire

Classé dans Environnement, Général, Ils ont dit, Législatives 2007, Les grands projets, Politique, Pour vous faire votre opinion, Présidentielle 2007, régionales, sondages

Coup de coeur : flash back en images sur la campagne des municipales à Marseille


Une campagne électorale est un moment à part dans la vie des citoyens.
Il en va des acteurs politiques aux électeurs en passant par les observateurs plus ou moins éclairés.

L’adrénaline du pouvoir, la force des convictions, les rapports de force, la puissance d’une idée, l’argument qui porte, le symbole qui fait la différence, la quête du scoop, l’intérêt bien compris de chacun. Mais aussi les dazibaos antisémites, les permanences électorales qui brulent, les tracts en arabe pour fusiller l’adversaire, l’interdiction de meetings en public pour l’opposant, la lettre présidentielle pour sauver Marseille brandie dans l’entre deux-tour et aussi une web-campagne acharnée… Tout est porté à l’extrême.

A Marseille plus qu’ailleurs, les mottes du champ politique revêtent souvent les formes improbables et criardes des costumes de la commedia dell’arte. Pourtant, elles sont plus florentines que napolitaines, plus machiavéliques que bonapartistes. Fratricides et cruelles en public, poliment abrasives dans la coulisse.

Ce documentaire revient, comme un flash back lucide, sur ce moment historique de la campagne 2008 des municipales à Marseille où la plus vieille ville de France faillit basculer à gauche à quelque centaines de voix près dans un suspense intenable.

Rarement la cité phocéenne n’avait vu autant de journalistes internationaux. « Un défi certain pour le président Sarkozy », fraîchement élu, nous avait alors confié un journaliste de la NHK japonaise… Alors qu’un confrère américain de CNN affirmait, avec le ton affirmatif et non négociable du Texan sûr de lui : « si la 2e ville de France bascule, Sarkozy est mort ». Tel était l’enjeu…

Ce que « Marseille, un autre regard« , vous a rapporté, minute après minute, en dehors des canaux officiels provençaux de l’information dont certains furent assurément manipulatoires, transgressant les règles basiques du journalisme, engoncés de certitudes, fiers, suffisants et faussement objectifs, parfois condamnés par le CSA (mais trop tard, après la campagne, bien entendu) ; ces images vous le donne à voir, ou à revoir…

Nous, nous sommes fans et attendons avec impatience la suite ! Trois épisodes nous dit-on.

Quelques questions néanmoins. Pourquoi :

1°) Jean-Claude Gaudin n’a pas voulu être interviewé ?

2°) Les producteurs n’ont trouvé aucun diffuseurs locaux ou nationaux ?

3°) Internet est le seul lieu de diffusion libre en dehors des contingences publicitaires qui bride la presse jusqu’à la moelle, voire la corrompt ?

4°) Les chiffres de confiance de la presse traditionnelle auprès du grand public fondent comme neige au soleil. Nous, on a une idée…

2 Commentaires

Classé dans En bref, Général, Ils ont dit, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, Vidéos

Derniers sondages : une élection dans un mouchoir de poche pour les municipales de Marseille !

cps_hlv97_120308234922_photo00_photo_default-512x440_article.jpgA quelques heures du second tour des municipales, qui verra émerger des urnes le nouveau maire de Marseille, tout est toujours aussi incertain quant à l’élection de Jean-Noël Guérini, leader de la gauche et du centre ou de Jean-Claude Gaudin, le maire sortant UMP. Les trois derniers sondages d’hier affirmaient tout et son inverse, preuve que les dés seront jetés au dernier moment, dans le secret des isoloirs, sûrement à la dernière minute.

Si au premier tour les deux candidats ont fait presque jeu égal, avec un avantage à Guérini pour le nombre des élus, ce sont sûrement les ralliements du MoDem et le soutien à peine voilé de l’extrême gauche à Guérini qui feront la différence, alors que Le Front National a demandé à ses électeurs de ne pas se rendre aux urnes en s’abstenant ou en votant nul, autant de votes en moins dans l’escarcelle de l’équipe Gaudin. D’où sa fébrilité et sa nervosité visible ces dernières heures et quelques cafouillages dans son état-major, voire des excès racistes et injurieux notamment envers Mme Guérini d’origine juive qui, s’ils s’avéraient vrais, ne seraient pas à l’honneur des équipes Gaudin. Pour autant, sera-ce suffisant ? Nul ne le sait, les abstentionnistes du 1er tour ont assurément la clef de l’issue du 2ème.

La diffusion de plusieurs sondages dans les deux secteurs décisifs pour gagner la bataille de Marseille secoue grandement les QG de campagne. Tout se jouera dans les 1er (1er et 7e arrondissements) et 3e secteurs (4e et 5e arr.)

Les derniers sondages donnent Guérini et Muselier au coude-à-coude dans le 3e secteur :
Selon une enquête d’opinion réalisée par l’Ifop/Fiducial pour le compte de Paris-Match, le premier adjoint au maire UMP Renaud Muselier recueillerait, dans le 3e secteur, 50,5% des intentions de vote, et Jean-Noël Guérini, le leader socialiste venu le défier dans son fief, 49,5%. Un score plaçant les deux hommes dans un mouchoir de poche avec une légère avance pour l’ex-secrétaire d’Etat.

Un autre sondage Sofres pour Le Figaro publié hier matin donne des équilibres similaires : 51% pour le candidat de droite et 49% pour celui de gauche.

La surprise vient d’un troisième sondage réalisé par BVA/Orange diffusé hier soir par LCM : Jean-Noël Guérini gagnerait le 3e secteur avec 51% des suffrages alors que Renaud Muselier n’en obtiendrait que 49%.

A l’issue d’un premier tour qui a favorisé Renaud Muselier (42,16%) face à Jean-Noël Guérini (37,51%), ces chiffres montrent que l’écart se réduirait au point d’en inverser même la tendance. Rien n’est donc joué.

Mennucci semble tenir la corde dans le 1er secteur contre Roatta :
Les sondeurs de l’Ifop et de BVA ont passé également le 1 er secteur (1 er et 7 e arrondissements) à la loupe. Le candidat socialiste, Patrick Mennucci, sortirait dans les deux cas vainqueur (52,5% pour Ifop et 51% pour BVA) de son duel avec le maire de secteur sortant, Jean Roatta (47,5% Ifop, 49% BVA).

Les suffrages de la gauche radicale et du Mouvement Démocrate feraient pencher la balance. Lors de la première manche électorale, les deux hommes étaient au coude à coude (39,94% pour l’élu UMP et 39,21% pour l’ex-lieutenant de Ségolène Royal).

Mais dans cette élection, plus encore que dans les précédentes, les sondages ne font pas les suffrages, tant il est quasi impossible à cette heure de savoir qui de Guérini ou de Gaudin l’emportera au final. D’ores et déjà, la campagne de Jean-Noël Guérini a été admirable pour s’imposer avec crédibilité et sérieux quand celle de Jean-Claude Gaudin a été suractive ces derniers jours pour tenter d’emporter l’assentiment des abstentionnistes, seule chance pour l’UMP qui ne peut compter sur des réserves au second tour après le ralliement du MoDem aux listes Guérini et à l’appel à l’abstention du Front national.

Dimanche, nous tournerons une page importante de l’histoire politique de Marseille, la France entière retient son souffle, l’Élysée aussi…

Consultez le sondage BVA/Orange/LCM 1er et 3e secteur

Consultez le sondage Sofres-Le Figaro pour le 3e secteur

1 commentaire

Classé dans En bref, Général, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, sondages