Archives de Tag: presse locale

Egalité presque totale entre Gaudin et Guérini aux municipales de Marseille

gaudin-guerini.jpgCe matin à 5h00, au regard des résultats réels bureau par bureau, nous sommes dans une quasi égalité, les estimations de 22h00 donnant un 41 % pour Gaudin et un 40,1% pour Guérini sont très imprécises, et pour cause, il est quasi impossible de donner un chiffre sérieux, tout se passe à quelques centaines de voix près. Force est de constater néanmoins que deux têtes de liste sont élues au 1er tour à gauche, Lisette Narducci et Samia Ghali. Sylvie Andrieux quant à elle, frise la victoire à 49,19%. Du côté UMP, un seul élu, Gaudin lui-même dans son secteur et un bon score de Guy Teissier.

Le second tour sera donc décisif, d’abord dans les 4/5 avec un Jean-Noël Guérini qui doit absolument refaire son retard de presque 5 points. Patrick Mennucci, directeur de campagne de Guérini, semble hors de portée de Roatta sur le 1/7 avec le report des voix de presque 9% de l’extrême gauche qui a clairement appelé à voter pour les listes Guérini ce soir.

Tout dépendra donc de la mobilisation des abstentionnistes du 1er tour, fort nombreux à Marseille, et du bon report du Modem, qui semble presque acquis à Guérini ainsi que de l’absence de triangulaire avec le FN qui négocie pourtant âprement avec Gaudin contre la Mosquée, les finances exsangues de la ville et de la Communauté urbaine, le logement inaccessible aux pauvres et aux classes moyennes, terreau du Front National…

Tout se jouera donc sur la mobilisation des deux camps à Marseille. Tout se gagnera sur quelques centaines de voix. Guérini, élu aux cantonales dans son canton, ses co-listières élues aussi de manière remarquable, semble tenir la corde, ce qui semblait impossible il y a encore quelques semaines. De l’avis de la presse locale, nationale et internationale, sa campagne a été exceptionnellement dynamique. Sera-t-elle pourtant plus suffisante ? Le temps est venu de l’efficience et de l’efficacité, bulletin par bulletin, conviction de chacun de ses proches.

Malgré les propos rassurants de Jean-Claude Gaudin, qui stigmatise le mauvais climat politique national, « excessivement tendu pour la droite et le centre « en oubliant le fait qu’il est lui-même l’un des patrons de l’UMP, jamais l’issue des élections municipales de Marseille n’a été aussi incertaine. Les deux camps le savent.

Aujourd’hui, sur les rives du Lacydon, il y a deux point de vue d’égale justesse : le dernier round de Gaudin est beaucoup plus difficile que l’édile ne l’a jamais imaginé, lui qui souhaitait ne pas faire campagne tant il était sûr de sa notoriété, une vraie leçon d’humilité contre la suffisance. De l’autre côté, la lame de fond, perceptible ces derniers jours chez Guérini ne s’est pas encore traduite dans les urnes.

Comme si les Marseillais hésitaient encore à sauter le pas du changement. Comme si les Marseillais aimaient râler sans vouloir changer les choses vraiment, il en va de la propreté ou de l’hygiène, du prix exorbitant des loyers, du transport mal géré, de la qualité de vie pour les familles notamment en matière de places de crèche… Tout ce qui ressortait, avant le 1er tour, des enquêtes d’opinion avec des scores éminents.

Les prochains jours seront décisifs, l’égalité est, pour l’heure, presque totale.

La victoire finale appartiendra aux abstentionnistes du 1er tour !

Publicités

1 commentaire

Classé dans Général, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, sondages

Municipales à Marseille : Pourquoi Gaudin perd-il son sang froid?

La guerre des nerfs est engagée. Depuis plusieurs semaines, chacune des interventions publiques du maire Ump de Marseille, Jean-Claude Gaudin, devient de plus en plus agressive. Lors du dernier Conseil municipal, il s’en prenait à son opposition en lui demandant de « mettre beaucoup de vaseline ». L’édile réitérait, quelques jours plus tard, en séance de la Communauté urbaine jugeant « stupide » la proposition de Patrick Mennucci, directeur de campagne du candidat PS Jean-Noël Guérini, d’élargir le périmètre de Marseille Provence Métropole, et s’est même montré menaçant à l’encontre des élus de la Communauté d’Aubagne-Garlaban, « Qu’ils soient prudents eux aussi car leurs déchets ménagers sont traités à La Ciotat « , autant dire sur le territoire de la Cum. Après s’être imposé devant les caméras de LCM lors d’une interview de Patrick Mennucci, le dernier coup de sang a pris la forme d’un échange musclé avec le patron de la région Paca, Michel Vauzelle, sur le plateau de France 3 Méditerranée, le 24 novembre dernier (voir les deux vidéos en ligne).

Cette attitude mordante est d’autant plus étonnante de la part de Jean-Claude Gaudin qu’en réponse au sondage BVA (commandé par le Ps) le donnant à égalité avec son challenger socialiste (40% chacun), il publiait le sien une semaine plus tard dans les colonnes de La Provence qui l’estime à 10 points d’avance : 45/55.

Le sondage « secret » de Gaudin
Selon nos sources, le maire avait en réalité commandé deux sondages, dont le plus récent datait du 11 novembre, soit un mois après celui qu’il a finalement décidé de diffuser à la presse. Cette dernière enquête, nettement moins favorable à J.-C. Gaudin, devait rester secrète… Mais l’information a fuité, sans que la presse locale ne s’en empare, étonnemment. Toutefois, l’équipe de Guérini n’en démord pas et a porté l’affaire devant la commission nationale des sondages. De cette lutte sondagière publique, plus ou moins crédible, on peut néanmoins tirer plusieurs enseignements objectifs.

En fin stratège, Patrick Mennucci a réussi à faire « sortir du bois » Jean-Claude Gaudin. Ce dernier a été forcé de réagir et de publier son sondage, donc d’intégrer les 30 à 40 000 euros versés à l’institut de sondage TNS Sofres dans ses comptes de campagne, ce qui n’est pas la moindre des ses victoires. Le maire de Marseille, quant à lui, souhaitait attendre le plus tard possible avant d’officialiser sa candidature et entrer en campagne, fin janvier au plus tard, pour ne pas risquer de fissurer sa majorité en annonçant la liste de ses candidats, avec son lot de mauvaises surprises. L’ouverture promise ayant un prix, celui de remercier certains sortants…

Deuxième enseignement, le 1er secteur (1er/7ème arr.), celui qui risque de faire basculer Marseille, à droite ou a gauche, et dans lequel s’affronte deux grosses pointures locales, Patrick Mennucci (Ps) et Jean Roatta (Ump), est beaucoup plus disputé que l’Hôtel de Ville ne le pensait (52 % pour l’Ump contre 48 pour le Ps).

Michel Pezet de retour à Marseille… dans l’équipe de Gaudin ?
Enfin, la curieuse présence de Michel Pezet, ancien leader socialiste à la Mairie de Marseille, dans le sondage de l’Ump comme item de notoriété des candidats en lice dans la cité phocéenne. En quoi Jean-Claude Gaudin est-il intéressé par la popularité de M. Pezet, par ailleurs candidat à la mairie d’Aix-en-Provence ? Ce dernier, asphyxié entre Alexandre Medvedowsky (Ps) et François-Xavier de Peretti (MoDem ayant rallié à sa cause plusieurs adjoints Ump comme Bruno Genzana et Stéphane Salord ainsi que les Verts), n’a plus aucune chance de déboulonner la tonitruante Maryse Joissains à Aix. Le maire de Marseille aurait-il pour intention de le ramener sur les rives du Lacydon, qui plus est dans sa besace, en guise d’ouverture, pour faire la nique à Guérini, son concurrent socialiste ?

Affaires à suivre, donc…

2 Commentaires

Classé dans Général, Municipales 2008, Politique, sondages, Vidéos