Archives de Tag: rtm

Européennes : les socialistes marseillais révulsés par la fronde de Gérard Collomb (maire de Lyon) et heureux de l’arrivée de Vincent Peillon

Trop c’est trop ! Que le maire de Lyon ait tout fait pour imposer ses figures locales lors de la constitution des listes dans le grand Sud-Est pour les européennes, dont Thierry Philip, par ailleurs très peu connu en dehors de son 3e arrondissement lyonnais, rien que de très compréhensible. Qu’il ait échoué, malgré des crises de calcaire sévères, passe encore. Mais l’édile de la capitale des Gaules commence sévèrement a chatouiller les oreilles des socialistes marseillais. Aux premiers rangs desquels un Patrick Mennucci « consterné » par la fronde organisée par un Gérard Collomb qui n’en démord pas et lance une pétition à voter non à la liste présentée aux militants PS jeudi prochain, sur son profil facebook et sur son blog.

Le maire royaliste des 1er et 7e arrondissements de Marseille, directeur de campagne de Vincent Peillon après avoir renoncé à sa propre candidature, lance : « On n’est pas en train de désigner un conseiller général d’un canton ! Martine Aubry n’a fait que respecter les règles du Parti ! On a tous voté pour répartir à la proportionnelle ». Du grabuge en somme, surtout entre ceux qui voulaient vraiment réformer le PS à travers leur motion « la ligne claire » qui s’assombrit inutilement pour des questions purement électoralistes.

Enfin, on sourit du côté du bateau bleu, siège du Conseil général des Bouches-du-Rhône, État-major des décisions politiques, de la rébellion de l’intransigeant lyonnais, quant on sait qu’il a lui-même parachuté un grand nombre de ses élus pour gagner ses élections municipales à Lyon. Si l’ami de Jean-Noël Guérini demeure intouchable « officiellement », il commence a perdre du crédit.

Peillon : « le meilleur d’entre-nous ! »
Reste que Vincent Peillon, le leader PS des élections européennes n’a pas vraiment réussi à s’imposer encore dans le grand Sud-Est et pour cause… Se présenter dans une région allant de Lyon à Ajaccio, de Nice à Marseille, pour celui qui regrettent ses copains picards, est « un crêve-coeur » après toutes ces années de travail. Ce qui n’est pas sans heurter la sensibilité latine et méditerranéenne de nos contrées.

Au moment où Le Monde publie justement un long article aujourd’hui sur la définition du journalisme entre ces fieffés blogueurs et ces purs croiseurs de vérité, nous osons dire que nous avons adoré cette phrase peillonesque : « La vie est mêlée de corps et d’âme, de vivants et de morts. Il me semblait normal de dire ce que je pensais « . C’est si rare chez un homme politique que nous aimons à le souligner… De la vérité, de la sensibilité. Oui, politique ou non, nous sommes tous dotés de sensations et sommes tous libres de pouvoir les exprimer. C’est bref, ça paraît tarte, c’est pourtant juste… Heureuse vie que celle des blogueurs… Sans le sésame des cocktails, des cadeaux, des amis qui n’en sont pas ou qui pourraient l’être et des « rubis sur l’ongle « … (no comment!)

L’animateur du courant réformateur « l’espoir à gauche » est assurément le plus brillant des socialistes du moment. Philosophe de formation, il fut la plume de Lionel Jospin, c’est un intellectuel pragmatique, brillant orateur, de ceux qui ont tenu tête face à une salle hostile au Congrès de Reims, en renversant l’auditoire. L’unique au fait… Nous y étions (sans faire parti du faible quota de blogueurs accrédités…).

Peillon est aussi le grand gaillard affable à même de rester, après la présentation de « la ligne claire » à Allauch le 13 octobre dernier, discuter pendant 3 heures avec les militants marseillais, alors que tous les ténors avaient disparu. On s’en souvient encore dans les travées, pourtant si prompte à la critique, de la fédération PS des Bouches-du-Rhône. Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Général, Ils ont dit, Politique, Pour vous faire votre opinion, Vidéos

Elections européennes : le socialiste Vincent Peillon passe par le Sud-Est, la discorde dans ses bagages

vincent-peillon-1Pour Vincent Peillon, probablement désigné tête de liste pour le Sud-Est par les militants socialistes le 12 mars prochain, ces élections européennes serviront aussi de base de lancement à son courant « L’espoir à gauche. »

Un bel et tout neuf hôtel du centre-ville de Marseille, un vent à décorner les bœufs qui soulève à peine une mèche de cheveux du beau philosophe et eurodéputé sortant, un aréopage d’élus venus de toute la région Sud-Est… Et une drôle de conférence de presse organisée une semaine avant le vote des militants. Voilà le menu proposé par l’équipe de campagne de Vincent Peillon, tête de liste pour le Parti socialiste aux élections européennes du 7 juin prochain.

Il vient de passer deux jours à Marseille, tentant d’effacer des mémoires son acte manqué réalisé en direct, dimanche dernier, lors du Grand rendez-vous Europe 1-Le Parisien Aujourd’hui en France : « C’est un crève-coeur pour moi », déclarait-il alors au micro en parlant de sa désignation dans le Sud-Est alors qu’il réclamait le Nord-Ouest. « Ce n’était pas le choix que j’ai fait, c’est un choix qui résulte du Congrès de Reims. »

Avec distance, Vincent Peillon a justifié jeudi cette confidence par une jolie phrase : « La vie est mêlée de corps et d’âme, de vivants et de morts. Il me semblait normal de dire ce que je pensais ». Reste que l’aveu est rare en politique et qu’il surprend quand les communiqués les plus insipides, à droite comme à gauche, se succèdent.

D’ailleurs, ce jeudi à l’hôtel Radisson, un vent de confidences a soufflé. Ainsi celle de Jean-Noël Guérini, président du Conseil général 13 et leader aujourd’hui incontesté du PS local, à l’encontre de Patrick Mennucci : « Un jour, Patrick sera député, si le peuple le veut. Il y a des gestes qui ne s’oublient pas. Merci Patrick. » Un cadeau anticipé et une promesse pour le maire du 1er secteur de Marseille qui, officiellement, a renoncé de lui-même à être numéro 1 de la liste PS pour ce scrutin européen. Un cadeau empoisonné pour celui qui, dans ses rêves, se verrait peut-être calife à la place du calife ? Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Général, Ils ont dit, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion

Sécurité à Marseille : le sous-effectif des agents de police rend les transports en commun peu sûrs

230707SSI04Mardi 13 janvier 2009, un chauffeur de bus de la ligne 8 dans le quartier Saint-Just a été violemment agressé. Deux jeunes, visiblement sous l’emprise de l’alcool, ont pointé une arme de poing non chargée sur leur victime actionnant la gâchette à deux ou trois reprises avant de lui donner un coup de crosse.

Solidaire, le personnel de la RTM déposait un préavis de grève de 24 heures paralysant à nouveau la ville provoquant la grogne des usagers. Ironie du sort ou timing malheureux, une semaine après l’épisode neigeux.

Ce fait divers dramatique renvoie à la question récurrente de la sécurité dans les transports en commun déjà largement abordée à la suite de l’affaire Mama Galledou, étudiante brûlée vive dans un bus incendié à Marseille en 2006. Poussés par l’opinion publique alors très choquée, les pouvoirs locaux avaient redoublé de promesses afin de limiter la montée de la délinquance à l’égard du personnel et des usagers des transports collectifs marseillais.

Deux ans après et malgré la mise en place de 600 caméras de vidéo surveillance sur le réseau de la régie phocéenne, le même constat désolant s’impose : les atteintes à la protection des biens et des personnes ne cessent d’aller crescendo. Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Economie, Général, Ils ont dit, Municipales 2008, Pour vous faire votre opinion, Sécurité, Social, Transports

Municipales 2008 – Marseille : au Modem, Bayrou tranche pour Bennahmias contre Rocca-Serra

http://www.regionpaca.frLa décision de François Bayrou est tombée : le chef de file du MoDem pour les municipales de Marseille sera Jean-Luc Bennahmias. Ce que nous pressentions depuis quelques semaines, autant dire depuis que le député européen ex-Vert devenu Orange avait été nommé dans le staff national du leader centriste, plus précisément à la commission nationale des investitures du Modem, a été finalement préféré au président de l’UDF 13, Jacques Rocca-Serra. Après des mois de calages, de tergiversations, de luttes intestines plus ou moins fraternelles, de sondages et d’enquêtes de notoriété, les anciens de l’UDF, les nouveaux du MoDem, ont enfin une tête de liste clairement identifiée.

Pour autant, le tout jeune parti, créé en début de mois par le 3ème homme de la présidentielle, ne part pas uni à Marseille, c’est le moins que l’on puisse dire. Les réseaux travaillés depuis des années dans les arcanes de tous les pouvoirs par Jacques Rocca-Serra, l’homme de toutes les majorités (Defferre, Vigouroux, Gaudin), ne suivront pas forcément l’ancien trublion écologiste, loin s’en faut.

Plus avant, ce sont bien deux cultures et deux conceptions politiques différentes qui étaient en guerre ouverte depuis des mois. L’une, celle de Bennahmias, honnêtement autonomiste entre Gaudin et Guérini, l’autre, celle de Rocca-Serra, officiellement en selle pour soutenir J.-C. Gaudin au deuxième tour des élections municipales. Et pour cause, ce dernier est actuellement son maire-adjoint aux relations internationales, aux transports (dont la RTM) et à la Maison de l’artisanat.

Une aubaine pour Guérini !
Le choix de Bayrou est donc une aubaine pour Jean-Noël Guérini, patron du Conseil général des Bouches-du-Rhône, qui voit le parti charnière des prochaines municipales, celui qui fera sans nul doute basculer ou non la majorité, s’éloigner des urnes de Jean-Claude Gaudin. Reste à savoir désormais si le Modem, qui a fait des scores à 2 chiffres dans les arrondissements du centre de Marseille lors des dernières élections législatives, suivra Bennahmias déjà vendu par les proches de Rocca-Serra comme un parachuté si loin des préoccupations locales. Ou si, à l’inverse, les fidèles de Rocca-Serra, suivront leur réflexes conditionnés de ralliement à l’UMP au 2ème tour. Là est la clef du scrutin.

Pour l’heure, Bennahmias est très satisfait : « Je lancerai ma campagne le 15 janvier, nous avons le temps. D’ici là, nous devons installer les structures nécessaires. Tous ceux qui ont participé à la construction du MoDem sont les bienvenus, y compris Jacques Rocca-Serra…  » Déclarait-il, jeudi dernier, dans les colonnes de La Provence. Le perdant, Rocca-Serra, ne l’entend pas de cette oreille et était, naturellement, furieux en apprenant la nouvelle : « Bayrou ne m’a même pas appelé. Je suis terriblement déçu. C’est injuste car c’est nous, les UDF, qui avons bossé pour [lui] depuis des années. Je croyais que les Béarnais avaient, comme les Corses, la reconnaissance du ventre. C’est malhonnête car je suis largement en tête du sondage de notoriété. Les Marseillais ne feront pas confiance à un parachuté ». Comment pouvait-il en être autrement ? Nous sommes bien-là au coeur de la fin d’un système stygmatisé par Bayrou lui-même durant la présidentielle, le système claniste du ventre, du service rendu avec retour d’ascenseur.

Rocca-Serra, la rancoeur tenace…
Logiquement, ce choix ne manque pas d’irriter l’Hôtel de Ville, qui doit singulièrement changer sa stratégie même si Jean-Claude Gaudin prétend toujours ne pas être en campagne. Le quarteron de fidèles UDF au maire sortant ont réagi d’une seule voix, comme Yves Moraine (Conseiller municipal UDF) : » Trahison ! » ou Maurice Di Nocera (par ailleurs candidat à son renouvellement de Conseiller général UDF) : « deux listes de gauche vont s’affronter, celle de Guérini et de Bennhamias! » Si, au niveau national, les choses deviennent limpides, les baronnies locales craignent de perdre le peu de pouvoir qui leur reste. Le Béarnais avait prévenu, il prendrait tous les risques pour imposer son « autre » vision de la politique. Force est de constater que c’est chose faite à Marseille.

La rancoeur tenace, Rocca-Serra qui avait pourtant prétendu être fermement favorable à des listes autonomes dès le 1er tour semble déjà changer son fusil d’épaule et déclarait vendredi dernier : « Nous allons réfléchir. Soit on participe aux listes MoDem, soit on constitue nos listes centristes, soit nous faisons alliance dès le 1er tour (avec l’équipe Gaudin). Mais nous ne quitterons pas le MoDem car la ligne d’indépendance nous plaît ». Comprenne qui pourra, l’art du sophisme est très compliqué dans cette configuration et semble avoir été réglé par un Bayrou lucide. La fin du grand écart…

4 Commentaires

Classé dans Général, Ils ont dit, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, sondages