Archives de Tag: site internet

Régionales en Paca : TER, on raille et on déraille…

Le bilan de Michel Vauzelle en matière de trains express régionaux est-il désastreux ? Certains de ses opposants, de droite comme de gauche, voudraient le faire croire et se sont emparés du sujet avec l’espoir de recueillir, dans l’isoloir, l’exaspération des usagers provençaux. « Faillite du transport régional en PACA », « Vauzelle, Porte-parole de la CGT » Les critiques fusent, les discours racolent et Michel Vauzelle s’offre des fleurs…Voyage en immersion à bord du « train express régionales 2010 » !

A l’heure où la campagne électorale des régionales monte en puissance, le train, flambant neuf, ponctuel, ou celui qui est éternellement en retard, s’invite au cœur du sujet et devient l’enjeu du moment entre les protagonistes. Naturellement, Michel Vauzelle défend son affaire.

Lors de sa visite aux usagers en gare de Marseille St Charles, il affirme «les TER sont le fleuron de notre bilan.» L’occasion pour le président du Conseil régional sortant de se proclamer, « fier d’une politique ferroviaire favorable au développement économique et social de la région, à la défense de l’environnement.»

On l’aurait fait à moins, certes, il est candidat à sa reconduction. Il a également assuré de son soutien les cheminots ; « cette corporation qui a tant compté dans l’histoire du pays et pour les forces de gauches et syndicales». Il ménage aussi, de fait, la responsabilité des cheminots engagés dans un conflit très dur, dont les usagers pâtissent, contre la politique du gouvernement et la direction de la SNCF. Une attitude pour le moins ambiguë pour l’usager d’un service public trop souvent déficient.

L’adversaire n’est pas en reste dans le n’importe quoi électoral, Thierry Mariani. Pour lui, la région passe à coté de sa mission ; « c’est la pire région en matière de TER car les élus se conduisent non pas en représentant des usagers mais des syndicats !»

Un bât blesse en l’occurrence. Ledit candidat est très proche de l’Elysée, au point d’avoir été choisi par le président Sarkozy sans l’avis des militants, fait quasiment unique en France. Mais alors, pourquoi ne pas mettre cette force au service de la Région ? Pas une proposition pour l’heure…

L’éternel commentateur communiste, Jean-Marc Coppola, qui est assurément juge et parti puisque cheminot et tête de liste du front de gauche déclame sa partie : « La majorité de gauche sortante présente un bilan peu contestable, en terme de rénovation du matériel, d’offre de transport, de progression du nombre de passagers. Mais ce bilan est parasité par la politique malthusienne de l’Etat et de la direction de la SNCF qui limitent les investissements et suppriment les emplois.»

Un point de vu qui se rapproche de celui du candidat socialiste, Michel Vauzelle, qui accuse la SNCF d’être la source qui alimente le mécontentement des usagers et l’action revendicative des cheminots « Nous n’en avons pas pour notre argent », « La direction de la SNCF poursuit la même politique que le gouvernement en réduisant les effectifs.»

Cette tension, palpable, entre la Région, l’Etat et la SNCF a atteint son paroxysme après le saccage de 35 rames de TER, par un groupe d’inconnus, en gare de Nice dans la nuit du 25 janvier. Des actes de vandalisme d’une rare violence dont les dégâts se chiffreraient à plus de 500 000 € selon Joseph Moulin, directeur régional de la SNCF.

Conscient que l’incident était de nature à provoquer un tournant sécuritaire dans le débat pour les élections régionales, Michel Vauzelle, par un communiqué, a réagit très vivement, renvoyant dos à dos, chacun à leurs responsabilités ; «Le droit à la sûreté pour tous est un droit de l’homme essentiel (…). La Région paie la police ferroviaire alors que c’est du ressort de l’Etat. Mais ce n’est pas suffisant. La sécurité n’est pas assurée par la SNCF et par celui qui en a la charge, l’Etat.» Des propos mal venus aux oreilles du Préfet des Alpes Maritimes, Francis Lamy, qui rejette la grande faute sur l’exploitant du réseau, la SNCF.

Bref, nous avons là, des politiques, des hauts fonctionnaires et hauts responsables de la SNCF, des syndicalistes et des usagers engagés dans une prise de becs républicaine sur fond d’avaries ferroviaires.

Le bilan de Michel Vauzelle, qui reste la parade officielle aux critiques, ne suffit pas, même orné de fleurons, à masquer l’exaspération des usagers qui parfois ont le sentiment de jouer leur ponctualité à qui perd gagne. En 2009, près d’un train sur trois affichait du retard et 7,2% ont été supprimés des panneaux d’affichage, soit 15 960 TER, selon les chiffres de la SNCF.

Le bilan Transport de Vauzelle : faire ce que peut

L’action du Conseil régional pour les TER s’inscrit dans le cadre de la loi du 13 décembre 2000, relative à la solidarité et au renouvellement urbain. Une compétence rendue effective le 1er janvier 2002 qui visait principalement l’amélioration du service public.

D’une façon générale, la locomotive régionale a bien fonctionné puisque sa mobilisation s’accompagne d’une hausse conséquente du trafic (20% entre 2002 et 2007) et se traduit pour l’usager en termes de fréquence, de rénovation du matériel, de confort ou de politique tarifaire.

Pourtant, ce volontarisme en politique à un prix, en 2009, les régions ont dépensé 2.7 milliards d’euros alors que la compensation de l’Etat s’élève à 1.9 milliards d’euros.

Les résultats comptés du bilan ferroviaire de la région Paca sonne comme un argumentaire de campagne ; « Trois milliards d’euros ont été engagés par la Région en dix ans. 38 gares ont été réaménagées, 100 rames achetées, 700 TER quotidiens aujourd’hui contre 290 en 1998, 100 000 voyageurs par jour sur le réseau … » revendiquait le candidat socialiste lors de sa conférence de presse le 31 janvier dernier.

Du point de vu de l’usager, en revanche, le bilan de Michel Vauzelle sera bon le jour où les trains rouleront avec régularité et constance… Même si ce n’est pas de son ressort. Loin s’en faut.

Mais si Pour Thierry Mariani, qui utilise les bonnes grosses ficelles d’une campagne électorale, fort d’une formule qu’il a prononcé lors du lancement de sa campagne à Marseille, et s’est assuré, de fait, une bonne couverture médiatique : « le seul train qui fonctionne dans la région, c’est le train de vie du président du conseil régional ! »

Pour autant, la violence de cette seule saillie témoigne bien de l’enjeu des transports ferroviaires dans la campagne électorale. Une chose est sûre : l’heure des bonnes intentions arrive à son terminus, il est temps de comparer ce que chacun porte dans sa besace. Nous verrons bien au dépôt qui des candidats, de droite comme de gauche, remportera l’adhésion des électeurs !

Mais au fait, connaissez-vous les programmes ?

1 commentaire

Classé dans Economie, Général, Ils ont dit, Les grands projets, Politique, Pour vous faire votre opinion, régionales, Sécurité, Social

Régionales en Paca : le nationaliste Bompard fulmine mais reste dans la galaxie Sarkozyste via le MPF. Objectif : Tuer Le Pen!

J’y suis, j’y suis plus, mais j’y reste. Selon un communiqué, non repris par la presse mais publié sur son blog, Jacques Bompard, maire d’Orange (ex Front National) et candidat aux élections régionales en région Paca (Ligue du Sud) indique : « qu’il reprend sa liberté de réflexion et d’action » face au Parti de Philippe de Villiers (le Mouvement pour la France), fraîchement ré-intégré dans la galaxie Sarkozyste (UMP), sans que l’on comprenne vraiment ce que ces termes recouvrent.

Dehors ou dedans ? Quitte ou reste ? Ledit de Villiers marchant lui-même sur des œufs, bafouillant un : « Jacques Bompard est un ami. Il a une fermeté de convictions alliée à une vraie réussite locale. Mais je soutiens la liste de la majorité présidentielle en Provence-Alpes-Côte d’Azur et sa tête de liste, Thierry Mariani. »

Gaudin, le maître d’œuvre ?

Un rendez-vous avec jean-Claude Gaudin, maire de Marseille et patron des investitures nationales pour l’UMP, a eu lieu, dit-on. Tous les acteurs démentent, au premier rang duquel Jacques Bompard lui-même. Tous ont intérêt à nier, c’est un fait. La cible étant Jean-marie Le Pen et son dernier baroud électoral d’honneur. D’autant qu’il est donné à 19% par le dernier sondage iSama (commandé par l’équipe Vauzelle). Chiffre gonflé mais dangereux. Soit.

Si le vieux cacique frontiste fait plus de 10% au 1er tour des régionales, c’est la victoire assurée pour Michel Vauzelle (PS) et la déconfiture pour l’improbable Thierry Mariani (candidat UMP choisi, non par les militants, fait unique en France, mais par l’Élysée pour sa haine, entre autre, de… Jacques Bompard… tous deux élus sur les mêmes terres : Valréas-Orange dans le Vaucluse).

Les UMP 13 n’y croient pas

Un calcul trop parisianiste, trop politicien pour les militants Ump marseillais : « Sarko offre une bataille à Mariani pour des affaires hyper locales dans le Vaucluse. »

« Thierry est un mec bien, mais il n’est pas connu à Marseille, confie Ahmed qui a adhéré à l’UMP durant la présidentielle, ses positions sur les tests ADN pour les étrangers candidats au regroupement familial sont difficiles à défendre ici ». Autant dire dans les Bouches-du-Rhône, soit 50% de l’électorat régional… Même s’il précise qu’à « Nice, il va emballer ! ». « Thierry est un warrior, un fighter, mais il n’a aucune prise sur la réalité de nos vies. Personne ne le connait. L’opposé de Bernard Tapie. »

Entendre çà à Marseille est un drame pour n’importe quel candidat… Surtout lorsque les commentaires proviennent de son propre camp…. Ville rebelle, il faut l’aimer pour la comprendre ! Voilà bien une erreur de débutant. Tous s’y sont cassé les dents. Tous n’étaient pas marseillais cela dit… Mais tous avait compris l’enjeu avant de se présenter. Le Cévennol Gaston Defferre en premier.

Le discours militaire, intransigeant, sécuritaire, blanc, catholique, à Marseille, même à l’Ump, à des limites. Il fonctionne dans quelques quartiers du sud de la ville. Bien loin des supposés 400 000 musulmans marseillais, même de droite… Erreur de casting ?

Le projet de Sarkozy lui échappe…

Quoi qu’il en soit voilà bien une impossible configuration pour l’hyper-président… Sarkozy devait tenir deux meetings (Nice et Marseille) pour soutenir son candidat et haranguer ses troupes mais, semble-t-il, l’idée de lui re-configurer une posture présidentielle, après son intervention télévisuelle sur TF1, aurait calmé ses ardeurs. Il se replace désormais au-dessus des partis. Nous restons vigilants sur l’info néanmoins… Viendra ou viendra pas ? On a plusieurs dates et lieux à vous fournir… L’Élysée cafouille pour sûr…

Reste que Jacques Bompard, qui fût un penseur de la première heure du Front national, du temps où il faisait 1%, viscéralement nationaliste, auteur de quelques ouvrages nostalgiques (« France, ton agriculture doit vivre » ed C.E.R.C.E. – 1987, bradé 7 € sur primeminister), paillard à ses heures, qui aime montrer ses fesses aux copains, surtout en Camargue autour de balades à cheval, s’est trouvé de nouveaux copains niçois pour soutenir l’ identité provençale : « les Identitaires », ses principaux soutiens azuréens, dont Philippe Vardon, président de « Nissa Rebela », propulsé directeur et porte-parole de la campagne dans le 06 : « C’est une fierté d’accueillir les identitaires, une force jeune qui s’intéresse à la chose publique avec talent, dynamisme et entrain », souligne-t-il.

Un vrai facho… bien utile

Lesdits « identitaires », curieux groupuscule nationaliste (où se côtoient les nostalgiques de l’antique romanité et de l’italianité naissante, post risorgimentale, très mussolinienne), invitent leurs aficionados à venir les rejoindre avec cet appel : « Face à la violence de la racaille et devant la démission des pouvoirs publics. Face à leurs responsabilités élémentaires ; les Identitaires organisent – en collaboration avec de nombreux jeunes niçois et des commerçants du centre-ville – une manifestation intitulée « MAITRES CHEZ NOUS » – n’abandonnons pas notre ville à la racaille. »

Rien que de très compréhensible en termes d’union… Les amis se retrouvent… Sauf que Le Pen les pensait fidèles à sa cause… Voilà pourquoi aussi, entre autres, Jacques Bompard se radicalise et indique dans son communiqué, passé inaperçu :

 » Lorsque Philippe de Villiers est entré dans le comité de la majorité présidentielle, j’ai fait part de mes doutes. Cependant, j’ai noté que le M.P.F. entrait dans ce comité pour ancrer la majorité à droite.

On juge un arbre à ses fruits et force est de constater qu’il n’existe aucun ancrage à droite de cette majorité. Bien au contraire, sur de nombreux points essentiels, on peut constater un ancrage à gauche, parfois même très à gauche. On pourrait en citer de nombreux exemples.

J’en retiendrai deux récents. L’un dans le domaine des idées, l’autre dans les faits.

Dans le domaine des idées, lorsque Eric Besson a déclaré à La Courneuve : «La France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c’est un conglomérat de peuples qui vivent ensemble. Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France du métissage». Le M.P.F. n’a émis aucune critique, aucune réserve. J’ai écrit à Philippe de Villiers pour lui demander de réagir. Sans résultat.

Dans le domaine des faits, voici quelques jours, 128 clandestins ont débarqué en Corse. Qu’a fait le gouvernement par la voix du ministre Eric Besson ? Il a demandé que ces clandestins soient remis en liberté. Là encore, le M.P.F. n’a rien dit.

Au regard de son évolution depuis 2007, il n’est pas exagéré de constater que le M.P.F. n’existe plus en tant que mouvement autonome, qu’il s’est dissous dans l’U.M.P. Dans ces conditions, j’ai plaisir à constater que j’ai eu raison de reprendre ma liberté de réflexion et d’action en créant en toute indépendance, avec mes amis, la Ligue du Sud. »

L’arme sarkozyste est plutôt bien élevée. L’Élysée ne souhaite que 2 ou 3 % pour cette liste non ? De quoi pouvoir faire gagner le copain Mariani… Le reste « on s’en fout! » aurait-il éructé  au sortir d’une réunion d’organisation électorale hier au palais présidentiel… Tout baigne !

1 commentaire

Classé dans Environnement, Général, Ils ont dit, Législatives 2007, Les grands projets, Politique, Pour vous faire votre opinion, Présidentielle 2007, régionales, sondages

Régionales en PACA : la campagne se réveille dans l’indifférence

La campagne pour les élections régionales se met, peu ou prou, en place. Les candidats restent pour la plupart affairés en cuisine à concocter des listes qui n’auront pas, au grand dam du Modem, les propriétés extensibles d’une pâte feuilletée. Tournant autour de la marmite, « Marseille un autre regard » vous livre pêle-mêle sa contribution en attendant de croquer dans le vif des débats !

Clairement, les arbitrages tardifs retardent la divulgation des projets et détournent les français vers une actualité plus nationale avec des enjeux croisés comme la réforme des collectivités territoriales ou bien encore ce débat sur l’identité nationale, toujours plus sulfureux malgré les récents calages gouvernementaux.

Comme entrée en matière, un sondage, commandé par le Parti socialiste et réalisé par l’institut Isama sur un panel de 806 sondés, recèle des indications intéressantes :

Il confirme l’avance de Michel Vauzelle donné gagnant au second tour, en duel face à Thierry Mariani (56-44) ou bien dans le cadre d’une triangulaire incluant le Front national (48-39-18).

Malgré les efforts élyséens, dans le choix même d’un candidat UMP en région Paca, à « la droite décomplexée » abordant frontalement, voire brutalement, les sujets chers au parti d’extrême droite, Il accrédite, avec 19% d’intentions de vote au premier tour, la thèse d’une poussée importante du Front national.

Enfin, il laisse présager une contre performance pour le parti des verts d’Europe Ecologie (9%) qui ne pourrait se maintenir au second tour, ainsi que pour les autres formations politiques, dont le Modem et le Front de gauche, qui ne passeraient pas la barre des 5% nécessaire à la fusion des listes au second tour.

Si ces prévisions se confirmaient dans les urnes, elles mettraient le parti communiste en situation de faiblesse face aux verts qui, eux, seront en position de négocier au second tour.

Bien sûr un sondage ne fait pas l’élection et de nombreuses personnalités politiques, dont le directeur de campagne du Modem, Christophe Madrolle, ont mis en doute la véracité de cette première enquête d’opinion.

Il ne fait aucun doute que si le staff de campagne de l’actuel Président de Région, Michel Vauzelle, a publié ledit sondage, et donc de l’inclure dans les comptes de campagne, c’est parce qu’il était très favorable à leur candidat… Une bonne entrée en matière qui rassure et motive les troupes. Pas mal vu…

L’UMP mise sur une victoire historique en PACA

L’UMP reste en embuscade néanmoins. Son leader, Nicolas Sarkozy, ne cache plus son intention de piloter la campagne, loin du devoir de réserve d’un Président de la République, c’est la rupture… Il a clairement fixé pour objectif à ses troupes de réaliser dans chaque région un score de 32 à 33% au premier tour.

Le débat sur l’identité nationale suivi d’une réflexion poussée sur l’interdiction de la Burqa devait aider, selon une recette déjà expérimentée lors de la dernière campagne présidentielle, à accomplir cet exploit.

Dans le collimateur de l’Elysée, la région Paca fait l’objet d’une attention particulière de la part du chef de l’Etat. Pas moins de deux meetings sont prévus, l’un à Nice, l’autre à Marseille, pour aider le soldat Mariani.

Le député du Vaucluse, ancien maire de Valréas, devrait présenter ses listes autour du 30 janvier et son programme n’est pas encore connu. Sa stratégie de conquête est, en revanche, relativement limpide, comme l’indique Christian Digne, fin limier de La Marseillaise : « c’est une stratégie à deux coups ; d’abord détourner le fort mécontentement populaire à l’égard de la politique de Nicolas Sarkozy en prétextant que les maux de la région sont le fait de la majorité régionale de gauche ; puis tendre une main amicale à l’électorat de l’extrême droite afin d’aborder le deuxième tour dans de bonnes conditions. »

Volontariste, Thierry Mariani, souffre toutefois d’un fort déficit de notoriété. Ce n’est pas rédhibitoire mais toujours handicapant. Par ailleurs, il devra combattre sur deux fronts : répondre attaques des socialistes qui lui reprochent notamment son absentéisme dans les travées du Conseil régional et, d’autre part, aller chercher aux forceps les électeurs nationalistes, un à un, face à un Jean-Marie Le Pen remonté comme un coucou à l’idée de creuser ses dernières tranchées.

Michel Vauzelle offensif et innovant

Côté socialiste, on peaufine la composition des listes, non sans difficultés, notamment du côté du Vaucluse et de Marseille où l’on estime que les places dévolues à la société civile et à la diversité sont bien trop nombreuses et surtout imposées. Michel Vauzelle devrait annoncer les listes définitives début Février.

Le candidat PS amorce une campagne offensive, principalement orientée sur des enjeux régionaux, tout en appelant à la résistance contre la politique « dévastatrice » du gouvernement. Deux grands meetings seront organisés. Quelques leaders nationaux devrait faire partie de la fête : on parle de Martine Aubry, Bertrand Delanoë ou encore Laurent Fabius.

Le 19 janvier, entouré des membres de sa « e-Vauzelle team », il inaugurait la mise en ligne de son site Internet de campagne : www.vauzelle2010.fr. Au-delà des fonctions les plus récentes en matière d’interactivité (facebook, twitter, dailymotion, flickr…) une carte interactive de la région rend compte, ville par ville, des actions menées par la Région. Malin.

Le Pen : le baroud d’honneur…

Le Front national a déjà déposé ses listes. Jean-Marie Le Pen, qui estime pouvoir encore progresser en voix, sera tête de liste dans les Alpes-Maritimes. Il rêve publiquement d’accéder à la présidence du Conseil régional par le truchement d’une quadrangulaire qui lui serait favorable. La chose, peu probable, n’est toutefois pas impossible.

Le sondage publié par l’équipe de campagne de Michel Vauzelle, lui donne des ailes. Friser les 20% en début de campagne, c’est presque idéal pour le challenger frontiste. Même pas gêné par le score microscopique (3%) de Jacques Bompard, tête de liste nationaliste de la « Ligue du Sud ».

Pourtant, le score du maire d’Orange vaudra de l’or au second tour. Si Jean-Claude Gaudin avait, dans un premier temps, laissé plané le doute «M. Bompard, aujourd’hui, n’est plus au Front national », il a tranché récemment la question à nos confrères du Monde : « Nos listes du premier tour seront celles du second tour, Thierry Mariani est très clair là-dessus ». Pas de fusion donc, même « technique »…

Reste qu’il sera intéressant de vérifier si la stratégie politique de l’UMP sera à même de rogner la ligne droite républicaine/extrême droite ou si électeurs préfèreront la copie à l’orignal. C’est un des enjeux de cette élection.

Au centre et à gauche, on rêve d’une bonne surprise

Dopée par de bons résultats aux élections Européennes et par des enquêtes d’opinions plutôt optimistes au niveau national, sa tête de liste, Laurence Vichnievsky entend créer la surprise. Europe Ecologie lancera sa campagne à Marseille au Trolleybus, le samedi 23 janvier.

Reste que les premiers sondages semblent placer la liste des Verts, très en deçà de leurs espérances. A moins de 10%, pas de second tour et des négociations défavorables pour la fusion des listes avec les socialistes. A vouloir se compter, on risque de se perdre.

D’autant que le leimotiv de la tête de liste, juge d’instruction bien connue mais sans encrage régional, semble être la mise en cause de la gestion actuelle de la Région. Pas simple…

Le Modem, quant à lui, a enfin trouvé sa tête de liste ! Les cadres du mouvement démocrate n’étaient pas vraiment chauds pour tenter cette aventure financièrement périlleuse.

Longtemps pressenti, l’aixois François-Xavier de Peretti a fait volte-face. C’est finalement l’arlésienne Catherine Levraud, élue au Conseil régional, membre des commissions transports et environnement, qui portera l’étendard bayrouiste.

Le lancement de la campagne du Mouvement démocrate aura lieu le dimanche 24 janvier à la maison de la chimie à Paris. Il faudra encore patienter pour connaître les noms des têtes des listes pour la région Paca.

Un bon point pour le front de Gauche qui faisait meeting le 19 janvier à Marseille sous la houlette de Jean-Marc Coppola, tête de liste régionale et ancien patron de la fédération communiste des Bouches-du-Rhône. En avance sur les autres candidats, cette formation a déjà communiquée ses listes et son programme : une gauche qui révolutionne la gauche, profondément anti-libérale.

Sur ces six têtes de liste départementales, trois reviennent au Parti communiste (Catherine Guigli dans les Hautes-Alpes, Gérard Piel dans les Alpes Maritimes et Frédéric Meyer dans le Vaucluse), deux au Parti de gauche (Jean-Louis Pin dans les Alpes de Haute Provence, Luc Leandri dans le Var) et une à une personnalité d’ouverture (Anne Mesliand dans les Bouches-du-Rhône).

Les pièces se mettent donc en place sur l’échiquier d’une campagne qui risque d’être la dernière dans cette configuration. L’avenir des Régions et, plus avant, celui des collectivités territoriales sera, sans nul doute, au cœur de cette élection. Selon qu’on défendra la réforme gouvernementale ou qu’on s’y opposera. L’électeur tranchera au soir du second tour, le 21 mars 2010.

2 Commentaires

Classé dans Economie, Environnement, Général, Ils ont dit, Politique, Pour vous faire votre opinion, régionales, Social, sondages, Transports

Coup de coeur : flash back en images sur la campagne des municipales à Marseille


Une campagne électorale est un moment à part dans la vie des citoyens.
Il en va des acteurs politiques aux électeurs en passant par les observateurs plus ou moins éclairés.

L’adrénaline du pouvoir, la force des convictions, les rapports de force, la puissance d’une idée, l’argument qui porte, le symbole qui fait la différence, la quête du scoop, l’intérêt bien compris de chacun. Mais aussi les dazibaos antisémites, les permanences électorales qui brulent, les tracts en arabe pour fusiller l’adversaire, l’interdiction de meetings en public pour l’opposant, la lettre présidentielle pour sauver Marseille brandie dans l’entre deux-tour et aussi une web-campagne acharnée… Tout est porté à l’extrême.

A Marseille plus qu’ailleurs, les mottes du champ politique revêtent souvent les formes improbables et criardes des costumes de la commedia dell’arte. Pourtant, elles sont plus florentines que napolitaines, plus machiavéliques que bonapartistes. Fratricides et cruelles en public, poliment abrasives dans la coulisse.

Ce documentaire revient, comme un flash back lucide, sur ce moment historique de la campagne 2008 des municipales à Marseille où la plus vieille ville de France faillit basculer à gauche à quelque centaines de voix près dans un suspense intenable.

Rarement la cité phocéenne n’avait vu autant de journalistes internationaux. « Un défi certain pour le président Sarkozy », fraîchement élu, nous avait alors confié un journaliste de la NHK japonaise… Alors qu’un confrère américain de CNN affirmait, avec le ton affirmatif et non négociable du Texan sûr de lui : « si la 2e ville de France bascule, Sarkozy est mort ». Tel était l’enjeu…

Ce que « Marseille, un autre regard« , vous a rapporté, minute après minute, en dehors des canaux officiels provençaux de l’information dont certains furent assurément manipulatoires, transgressant les règles basiques du journalisme, engoncés de certitudes, fiers, suffisants et faussement objectifs, parfois condamnés par le CSA (mais trop tard, après la campagne, bien entendu) ; ces images vous le donne à voir, ou à revoir…

Nous, nous sommes fans et attendons avec impatience la suite ! Trois épisodes nous dit-on.

Quelques questions néanmoins. Pourquoi :

1°) Jean-Claude Gaudin n’a pas voulu être interviewé ?

2°) Les producteurs n’ont trouvé aucun diffuseurs locaux ou nationaux ?

3°) Internet est le seul lieu de diffusion libre en dehors des contingences publicitaires qui bride la presse jusqu’à la moelle, voire la corrompt ?

4°) Les chiffres de confiance de la presse traditionnelle auprès du grand public fondent comme neige au soleil. Nous, on a une idée…

2 Commentaires

Classé dans En bref, Général, Ils ont dit, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, Vidéos

Sarko mise tout sur l’Internet. Ségo dévisse par le web. Les dangers de la communication politique 2.0. Quid à Marseille ?

blogpolitiqueInternet, internet, internet ! L’Elysée mise tout, désormais, sur sa communication via le web. D’abord en annonçant l’ouverture, à l’occasion du sommet climat de Copenhague prévu en décembre, d’un compte sur le site de socialisation en direct Twitter où sera détaillée « la démarche » du président Nicolas Sarkozy durant cette négociation, en direct. Ensuite par le lancement du blog de la première dame, Carla Bruni-Sarkozy. Enfin, par toute une stratégie de communication thématique sur Facebook nonobstant des exclusivités en « off » sur ledit site.

En baisse dans les sondages, le chef de l’Etat veut maîtriser entièrement sa communication « descendante ». L’Élysée se doit d’être à la pointe de la modernité en matière d’Internet et d’équipements audiovisuels, surtout dans la perspective de 2012…

Le détail du budget 2010 de la présidence de la République montre que Nicolas Sarkozy n’a pas l’intention de lésiner sur ces dépenses. “Afin de conforter l’action de la Présidence, les moyens techniques, notamment dans le domaine de la communication, devront être modernisés”, souligne le “bleu” budgétaire de la mission “pouvoirs publics” du projet de loi de finances.

Le chantier de remise à niveau du site Internet entrepris en 2009 “sera poursuivi en 2010”. “L’amélioration des moyens au service de l’audiovisuel sera recherchée”, indique le document budgétaire. Des objectifs qui viennent gonfler légèrement le poste consacré aux “équipements et travaux”. Ce dernier va passer de 1,395 million d’euros à 2,49 millions entre 2009 et 2010, soit un bond de 79 %.

“Une volonté de modernisation et d’amélioration des équipements doit accompagner les actions entreprises par les équipes de l’Élysée, justifie le document. À ce titre, figurent parmi les priorités les matériels et équipements propres à la communication : audiovisuel, Internet, télécommunication et informatique.” Le renouvellement d’une partie du matériel est programmé ainsi que le “développement des services nomades” et la “modernisation du parc de terminaux sécurisés”.

Au passage, on apprend que la rénovation de la chaîne TV/vidéo-diffusion est aussi “envisagée pour 2010”. Une “expertise” est aussi en cours quant à l’amélioration du studio de télévision installé à la Présidence.

Échaudé par les derniers couacs qui ont entaché l’image présidentielle, Nicolas Sarkozy entend ainsi reprendre la main en instaurant une palette d’outils destinés à véhiculer une information plus contrôlée et à contrer l’impact négatif des récents dérapages entre le « pauv’con » présidentiel et les « blagues » auvergnates d’Hortefeux.

Ainsi, sur le terrain du Net, le site de l’Élysée présente quelques nouveautés comme la diffusion de reportages et plus récemment la diffusion du « making off » de l’interview du chef de l’État depuis New York dans les journaux de 20H00 de France 2 et TF1 qui, par ailleurs, obtient un nombre très satisfaisant de visionnages depuis sa mise en ligne sur Dailymotion. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Général, Ils ont dit, international, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, Présidentielle 2007

Derniers sondages : une élection dans un mouchoir de poche pour les municipales de Marseille !

cps_hlv97_120308234922_photo00_photo_default-512x440_article.jpgA quelques heures du second tour des municipales, qui verra émerger des urnes le nouveau maire de Marseille, tout est toujours aussi incertain quant à l’élection de Jean-Noël Guérini, leader de la gauche et du centre ou de Jean-Claude Gaudin, le maire sortant UMP. Les trois derniers sondages d’hier affirmaient tout et son inverse, preuve que les dés seront jetés au dernier moment, dans le secret des isoloirs, sûrement à la dernière minute.

Si au premier tour les deux candidats ont fait presque jeu égal, avec un avantage à Guérini pour le nombre des élus, ce sont sûrement les ralliements du MoDem et le soutien à peine voilé de l’extrême gauche à Guérini qui feront la différence, alors que Le Front National a demandé à ses électeurs de ne pas se rendre aux urnes en s’abstenant ou en votant nul, autant de votes en moins dans l’escarcelle de l’équipe Gaudin. D’où sa fébrilité et sa nervosité visible ces dernières heures et quelques cafouillages dans son état-major, voire des excès racistes et injurieux notamment envers Mme Guérini d’origine juive qui, s’ils s’avéraient vrais, ne seraient pas à l’honneur des équipes Gaudin. Pour autant, sera-ce suffisant ? Nul ne le sait, les abstentionnistes du 1er tour ont assurément la clef de l’issue du 2ème.

La diffusion de plusieurs sondages dans les deux secteurs décisifs pour gagner la bataille de Marseille secoue grandement les QG de campagne. Tout se jouera dans les 1er (1er et 7e arrondissements) et 3e secteurs (4e et 5e arr.)

Les derniers sondages donnent Guérini et Muselier au coude-à-coude dans le 3e secteur :
Selon une enquête d’opinion réalisée par l’Ifop/Fiducial pour le compte de Paris-Match, le premier adjoint au maire UMP Renaud Muselier recueillerait, dans le 3e secteur, 50,5% des intentions de vote, et Jean-Noël Guérini, le leader socialiste venu le défier dans son fief, 49,5%. Un score plaçant les deux hommes dans un mouchoir de poche avec une légère avance pour l’ex-secrétaire d’Etat.

Un autre sondage Sofres pour Le Figaro publié hier matin donne des équilibres similaires : 51% pour le candidat de droite et 49% pour celui de gauche.

La surprise vient d’un troisième sondage réalisé par BVA/Orange diffusé hier soir par LCM : Jean-Noël Guérini gagnerait le 3e secteur avec 51% des suffrages alors que Renaud Muselier n’en obtiendrait que 49%.

A l’issue d’un premier tour qui a favorisé Renaud Muselier (42,16%) face à Jean-Noël Guérini (37,51%), ces chiffres montrent que l’écart se réduirait au point d’en inverser même la tendance. Rien n’est donc joué.

Mennucci semble tenir la corde dans le 1er secteur contre Roatta :
Les sondeurs de l’Ifop et de BVA ont passé également le 1 er secteur (1 er et 7 e arrondissements) à la loupe. Le candidat socialiste, Patrick Mennucci, sortirait dans les deux cas vainqueur (52,5% pour Ifop et 51% pour BVA) de son duel avec le maire de secteur sortant, Jean Roatta (47,5% Ifop, 49% BVA).

Les suffrages de la gauche radicale et du Mouvement Démocrate feraient pencher la balance. Lors de la première manche électorale, les deux hommes étaient au coude à coude (39,94% pour l’élu UMP et 39,21% pour l’ex-lieutenant de Ségolène Royal).

Mais dans cette élection, plus encore que dans les précédentes, les sondages ne font pas les suffrages, tant il est quasi impossible à cette heure de savoir qui de Guérini ou de Gaudin l’emportera au final. D’ores et déjà, la campagne de Jean-Noël Guérini a été admirable pour s’imposer avec crédibilité et sérieux quand celle de Jean-Claude Gaudin a été suractive ces derniers jours pour tenter d’emporter l’assentiment des abstentionnistes, seule chance pour l’UMP qui ne peut compter sur des réserves au second tour après le ralliement du MoDem aux listes Guérini et à l’appel à l’abstention du Front national.

Dimanche, nous tournerons une page importante de l’histoire politique de Marseille, la France entière retient son souffle, l’Élysée aussi…

Consultez le sondage BVA/Orange/LCM 1er et 3e secteur

Consultez le sondage Sofres-Le Figaro pour le 3e secteur

1 commentaire

Classé dans En bref, Général, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, sondages

Municipales 2008 – Marseille : Guérini conforte son avance dans le fief de Muselier selon un sondage de La Provence

gaudin-guerini.jpgEt de trois ! Après les deux sondages publiés hier donnant le socialiste Guérini vainqueur pour la première fois au 1er et au 2e tour des élections municipales à Marseille contre le maire sortant UMP, Jean-Claude Gaudin (sondage TNS-Sofres Logica pour le Figaro : 51 % pour Guérini au 2e tour, contre 49 % pour Gaudin et L’Ifop-fiducial 40 % pour Guérini, 36 % pour Gaudin au 1er tour). Voilà que La Provence confirme cette tendance dans un sondage TNS-Sofres publié aujourd’hui et annoncé hier soir sur le site Internet de la provence.com.

Selon les intentions de vote aux élections municipales dans les 4e et 5e arrondissements à Marseille, le challenger socialiste Jean-Noël Guérini devancerait son adversaire UMP, Renaud Muselier au premier tour à 40% contre 37,5%. Le premier adjoint du maire sortant se trouverait ainsi devancé par le candidat PS à la mairie de Marseille dans l’un des secteurs clé de la ville. Celui qui fera sûrement l’élection générale à la mairie centrale avec le 1er secteur (1et 7e arr.)

Le Front national, quant à lui, récolterait 9 % des intentions de vote, le MoDem 6,5%, la Ligue communiste révolutionnaire et les Collectifs anti-libéraux 5%. Le Mouvement pour la France et le Centre national des indépendants ainsi que la liste d’Union pour la droite nationale seraient crédités de 0,5% des intentions de vote.

Si le Front National est en mesure de se maintenir au deuxième tour en dépassant les 10%, le 1er adjoint UMP Muselier aura donc fort à faire pour conserver son poste dans une triangulaire généralement favorable à la gauche. Pour l’heure, toujours au second tour, les deux hommes , Muselier et Guérini, sont au coude-à-coude à 50% chacun.

Ces trois sondages, qui vont tous dans le même sens, indiquent donc une tendance nettement favorable au patron du Conseil général des Bouches-du-Rhône et commence à faire trembler les caciques en pace depuis 13 ans à l’hôtel de ville. Jean-Claude Gaudin aurait réunit en urgence son staff aujourd’hui pour organiser la parade. Trop tard ?

2 Commentaires

Classé dans En bref, Général, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, sondages

Municipales : une heure après l’Ifop, un sondage de la Sofrès donne Guérini futur maire de Marseille


Jean-Noël Guérini apprend le résultat des 2 sondages favorables. Il reste résolument dans l’action de sa campagne.


Jean-Claude Gaudin fébrile hier soir en apprenant les 2 sondages négatifs du jour décide, selon l’UMP, de « hausser le ton »

___________________________________

Le rythme des sondages municipaux marseillais s’accélère considérablement ces dernières heures. Tous mettent en exergue une lame de fond qui donne Jean-Noël Guérini, le leader de gauche, qui mène une campagne effrénée depuis le début septembre 2007, gagnant dans tous les cas de figure contre le maire sortant UMP, Jean-Claude Gaudin. On apprenait ce soir vers 19h00 via Reuters que les listes de Guérini l’emporteraient par une solide avance de 4 points au 1er tour selon l’Ifop ( 36% pour Gaudin, 40% pour Guérini).

Moins d’une heure plus tard, selon un sondage TNS Sofres-Logica pour Le Figaro, le président du conseil général des Bouches-du-Rhône obtiendrait 51 % des voix contre 49 % à son adversaire UMP au second tour des municipales. Apprenant la nouvelle ce soir en direct sur le plateau de France 3 Méditerranée, la célèbre faconde provençale du maire sortant ne pouvait cacher l’embarras, « Marseille reçoit aussi la température parisienne » riposte-t-il en ajoutant, « Nous assistons à une montée, un peu, du Front national et une stabilité du Modem, ce qui grignote un peu mes positions pendant que M. Guérini reste stable », a-t-il affirmé pour (se?) rassurer.

Les jeux ne sont pas faits pour autant, d’une part parce qu’il reste encore deux semaines de campagne et le vieux briscard de Gaudin réservera encore des surprises, sans nul doute. Pas fait non plus parce que, d’autre part, le savant découpage électoral par secteurs à Marseille rend très difficile les projections possibles en sièges. Reste que la partie s’annonce difficile pour Jean-Claude Gaudin. Ce soir, Gaudin poursuit sa mue, celle d’un homme qui doute, lui qui ne voulais pas même faire campagne il y a encore quelques semaines, faisant trépigner d’impatience quelques-uns de ses lieutenants qui eux, sentaient le vent tourner. L’inquiétude n’était pas tue non plus à l’Élysée ou au siège national de l’UMP.

Pourtant, selon l’enquête TNS Sofres-Logica pour Le Figaro, le maire sortant de Marseille accuserait trois points de retard au premier tour sur son concurrent PS Jean-Noël Guérini, avec 37 % des suffrages contre 40 %. Au deuxième tour, le président du conseil général des Bouches-du-Rhône serait en tête avec 51 % contre 49 % à son adversaire UMP.

 » la tendance est préoccupante » selon Claude Bertrand
Claude Bertrand, directeur de cabinet et principal conseiller politique de Jean-Claude Gaudin, reconnaît néanmoins que «la tendance est préoccupante». Selon lui, la majorité municipale est pénalisée par « la progression du vote-sanction à l’égard du président de la République ». La parade est donc consommée, c’est la faute à Paris.

«Sur le terrain, on n’utilise pas du tout l’argument anti-Sarko», martèle Patrick Mennucci, le directeur de campagne de Jean-Noël Guérini. Lui-même candidat contre l’UMP Jean Roatta dans le 1er secteur (1er et 7ème arr.), qui l’avait battu de justesse aux législatives. L’ancien responsable de la campagne de Ségolène Royal veut plutôt voir dans la progression de son patron la conséquence «de sa crédibilité en matière de gestion, acquise au conseil général, de l’adhésion croissante de la population marseillaise à son projet et du besoin de renouvellement qu’elle exprime. »

Les scores du FN et du MoDem respectivement crédités de 9 % et de 7 % des voix, ce qui semble confirmer le retour d’une partie des électeurs sarkozystes de 2007 vers leur vote traditionnel. Marseille aura bien valeur de test national. L’ex-Vert Jean-Luc Bennahmias, chef de file des bayrouistes marseillais, se voit déjà en profiter, dans le sillage d’une victoire de Jean-Noël Guérini. «Il y aura une majorité nouvelle à Marseille, et nous en ferons partie», confie-il à nos confrères du Figaro. Officiellement, sa liste «démocrate et écologiste» est prête à négocier une fusion avec le «mieux-disant» des deux finalistes «en matière de transparence et de développement durable» . En fait, le MoDem et le PS sont déjà d’accord pour se battre ensemble contre le chantier de l’incinérateur de Fos-sur-Mer, que Jean-Claude Gaudin estime indispensable.

De quoi durcir encore le matelas de sécurité du candidat de la « gauche ouverte ». Celui que n’a jamais trouvé crédible le maire sortant lorqu’il pronostiquait un essouflement de la campagne de son adversaire dès le mois de novembre fort d’un sondage qui donnait M. Gaudin en avance de 10 points sur M. Guérini au deuxième tour. Mais l’écart a fondu comme neige au soleil marseillais au fil des mois, passant à 3 points dans une enquête mi-février avant que les candidats ne soient mis à égalité, toujours au 2e tour, selon un sondage OpinionWay du 21 février. Désormais, le challenger Guérini est devenu le possible futur maire de Marseille.

Téléchargez le sondage TNT Sofres-Le Figaro complet

4 Commentaires

Classé dans Général, Ils ont dit, Législatives 2007, Les grands projets, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, Présidentielle 2007, Propreté, sondages, Vidéos

Sondage : une dynamique en faveur de la gauche se dessine aux municipales de Marseille selon l’Ifop (26 février 2008)

mrs-lechangement.jpg
Les listes soutenues par le socialiste Jean-Noël Guérini arriveraient en tête au premier tour des municipales à Marseille, devant celles du maire sortant UMP Jean-Claude Gaudin, selon un sondage Ifop-Fiducial, publié il y a quelques minutes par l’agence de presse Reuters.

D’après cette enquête pour Paris Match, les listes de gauche obtiennent 40% des intentions de vote et celles soutenues par la droite 36%. Pour la 1ère fois depuis le début de la campagne, l’Institut de sondage confirme la lame de fond perceptible en faveur des listes « Faire gagner Marseille » de Jean-Noël Guérini qui, en quelques mois, est passé du statut de challenger à celui de possible vainqueur.

Compte tenu de la spécificité du scrutin marseillais, où le maire est élu au suffrage universel indirect, l’Ifop n’a sondé son échantillon qu’en vue du premier tour.

Le rapport de force électoral révèle cependant « une dynamique indéniable en faveur de la gauche, laquelle 25 ans après la dernière élection de Gaston Defferre, serait potentiellement en mesure de reconquérir cette ville symbole », souligne-t-il.

Pour l’institut de sondage, Jean-Claude Gaudin « pâtit sans doute de l’impopularité actuelle du chef de l’Etat et plus localement de la polarisation des Marseillais, quelle que soit leur sensibilité politique, sur la propreté de leur ville (thème prioritaire pour 52% d’entre eux devant l’insécurité) ».

L’autre enseignement de cette enquête concerne le Front national, indique l’Ifop. Avec 11% des intentions de vote, les listes conduites par Stéphane Ravier s’approchent de l’étiage présidentiel de Jean-Marie Le Pen (13,5% le 22 avril 2007 à Marseille) et, surtout, seraient en mesure de se maintenir dans plusieurs secteurs au second tour le 16 mars.

Cette question constitue sans doute l’inconnue majeure de ce scrutin municipal.

Ce sondage a été effectué les 22 et 23 février auprès d’un échantillon de 803 personnes, représentatif de la population de Marseille âgée de 18 ans et plus. (Avec Reuters)

2 Commentaires

Classé dans En bref, Général, Ils ont dit, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, Propreté, Sécurité, sondages

Municipales 2008 à Marseille : les titans Guérini et Gaudin s’empoignent lors de leur première confrontation

http://www.lepoint.frAujourd’hui, en fin d’après midi, sur les ondes de France Bleue, a eu lieu le premier débat entre le maire sortant UMP, Jean-Claude Gaudin et son opposant de Gauche, Jean-Noël Guérini, par ailleurs patron du puissant Département des Bouches-du-Rhône. Au-delà d’une cacophonie radiophonique entre deux tempéraments méditerranéens bien trempés due à une quasi absence de médiation, d’arbitrage et de direction journalistique, deux lectures peuvent s’apprécier au sortir de cette confrontation in vivo.

Gaudin a compris qu’il peut perdre
Ceux qui attendaient le laminage en règle de Guérini par la célèbre faconde de Gaudin en sont pour leur frais, non seulement il a tenu tête mais il a fait montre d’un répondant qui, sans nul doute, doit augmenter la puissance de la lame de fond perçue ces dernières semaines à Marseille du côté de la Ruche, QG de campagne du patron de la gauche. On apprenait en effet, la veille du débat, dans un sondage LCM-Opinionway réalisé entre le 15 et le 19 février auprès de 1307 Marseillais, une parfaite égalité entre les deux principaux concurrents, égalité remarquable aussi dans les secteurs qui vont faire le futur maire de la Cité phocéenne. Autant dire aussi la perte de 10 point pour l’équipe sortante UMP en quelques semaines.

De quoi irriter Jean-Claude Gaudin qui pensait, il y a quelques jours encore, son élection acquise les doigts dans le nez, et projetait dès lors une campagne aussi courte que possible, fort de sa notoriété (il avait prévu son entrée en lice officielle vers le 9 février). Cette assurance, tentons la « suffisance », n’est plus de mise désormais. Ce faisant, il a entendu les alertes pilotées par le Président Sarkozy de l’Élysée et par ses collègues patrons de l’UMP (Devedjian entre autres), lui intimant l’ordre d’entrer dans la bataille immédiatement, défaits par les calamiteux sondages internes du parti présidentiel dont certaines hypothèses le donnaient perdant. Son avance sondagière officielle fondant comme neige au soleil, naturellement. Pas du tout préparé à cette accélération de calendrier, le site Internet de Gaudin buggait allègrement dans les premiers jours de sa mise en ligne en choisissant des têtes américaines pour illustrer ses administrés marseillais et, plus encore, ses tentes blanches disséminées dans la ville en guise de sièges de campagne par secteur ne sont pas encore toutes opérationnelles à 15 jours du premier tour…

Aux auditeurs que nous fûmes, l’agacement de Gaudin, souvent goguenard, distillant habituellement les formules grand-guignolesques version Pagnol, mais bien senties, pour ne pas répondre aux questions qui fâchent, s’est mué durant le débat, en agressif concurrent. C’est-là, nous semble-t-il, la plus grande victoire de Guérini. Le maire sortant a donc enfin pris conscience qu’il était en train de perdre sa mairie, il est assurément redescendu de son Olympe. C’est heureux pour la confrontation d’idées et, par conséquent, pour la démocratie locale, d’autant que sa main-mise sur la presse régionale est devenue si officielle qu’elle est insupportable aux démocrates que nous sommes, parfois il faut dire stop aux abus et, comme personne ne le fait, Internet est le bon médium, jugez-en par vous même !

Gaudin ce soir a été fébrile, et la voix ne trahit pas, elle a tremblé, s’est muée parfois en celle d’un preux chevalier, alors qu’il était le maître de céans, le baron de sa baronnie, devant défendre avec force son propre territoire, voire même son autorité, désormais contestée… Fait rare, voire unique de mémoire d’observateur. Pas un mot sur son projet ! Pas un ! Il n’a fait que défendre, coûte que coûte, au prix d’une obstruction verbale et d’une volonté de monopolisation de l’échange, nonobstant quelques saillies mordantes, son bilan. Est-ce suffisant ? Vraiment ?

Un premier corps à corps, pas encore un débat
Pour ceux qui attendaient sagement une confrontation d’idées, de projets, la déception est de mise aussi, sans nul doute. Nous avons entendu le combat de deux chefs, une sorte de premier round entre deux hommes qui se côtoient depuis des années, sans se connaître vraiment. Guérini n’ayant de cesse de clamer le respect, la bienséance, la dignité, le rappel au calme. Voilà que les deux fils de Defferre, l’un plus légitime que l’autre selon l’épouse du feu-patriarche de la ville, Edmonde Charles-Roux, ont pris conscience ce soir en offrant à nos oreilles attentives qu’il fallait tourner une page de l’histoire de Marseille.

L’échange a ceci d’incroyable que les deux hommes se sont testés, jaugés et se sont affranchis du père. Ce soir, les deux principaux candidats sont, sans qu’ils s’en s’aperçoivent, devenus adultes, politiquement s’entend, l’un sur le (trop?) tard, à l’âge d’un patriarche, l’autre ayant pris conscience durant sa campagne de ce qu’il était vraiment, un leader. Ils ont joué le rôle d’Abel et Caïn de l’ancien testament ou de la Torah. Devenus libres, ils sont en quête de la reconnaissance de leur nouveau maître, le peuple marseillais. Le propos de leurs échanges décousus s’est centralisé presque exclusivement sur l’histoire, le passé et donc sur les bilans Defferre, Vigouroux, Gaudin. Embarrassés tous deux, qui de le défendre, qui de le stigmatiser pour mieux le récupérer. Personne n’a proposé, les deux forces s’annihilant.

La grande frustration de l’auditeur provient du fait qu’il était curieux d’entendre les deux patrons entrer dans le vif de leur projet. Rien de tel, nous avons assisté à la pesée de deux poids-lourds avant le combat à venir. Ce débat radiophonique n’a été qu’un premier reniflage. Là aussi, selon-nous, l’exercice dans une vision objective mais pessimiste est presque un succès de Guérini qui, de facto, change de braquet dans sa campagne : il n’est plus challenger, c’est le vainqueur potentiel de l’élection municipale de mars prochain et, donc, le possible futur maire de Marseille. D’un autre côté Gaudin, ayant pris conscience de sa possible défaite va sûrement se déchaîner pour sauvegarder son pouvoir, dans le dernier round de son histoire.

Au fond, ce soir, nous venons d’entrer réellement en campagne entre deux rivaux d’égale stature. Par pitié sur quels projets ?

Poster un commentaire

Classé dans Economie, Général, Ils ont dit, Les grands projets, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, Propreté, Social, sondages, Transports