Archives de Tag: tramway

Marseille-Provence 2013 : la culture, une histoire de « transports »

A l’heure où Marseille fête sa nomination comme capitale de la culture en 2013, la 7ème édition de la semaine européenne de la mobilité (16-22 septembre) est passée presque inaperçue. Cette manifestation organisée par le Ministère de l’écologie conjointement avec les autres pays d’Europe s’inscrit dans la dynamique du Grenelle de l’environnement avec, au cœur de ses priorités, le développement des transports urbains. C’est donc sur le thème « Donner de l’air à nos villes » qu’ont planché les 600 partenaires associés à ce projet.

Marseille planche aussi. On la dit asphyxiée et malgré l’inauguration récente du nouveau tramway, le retard y est flagrant. Alors comment répondre aux attentes des usagers et préparer l’arrivée des millions de visiteurs annoncés pour 2013 ? Lire la suite

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Culture, Environnement, Général, Les grands projets, Municipales 2008, Politique, Transports

Tramway de Marseille : couvrez ce tunnel que je ne saurais voir!

www.leravi.orgDeux poids, deux mesures. Il fallait une loupe, jeudi dernier, pour apprendre, au détour de quelques entre-filets d’une presse locale bien timide, que la municipalité venait d’inaugurer la ligne de tramway entre La Blancarde et la station Eugène-Pierre, le long du Bd Chave. Au dernier moment, la municipalité de Jean-Claude Gaudin, a décidé de mettre la pédale douce en termes de communication et de réduire à néant son plan media. Loin, bien loin, de la très médiatique inauguration présidentielle sarkozyste de la première ligne, le 3 juillet dernier.

La cause de ce silence inhabituel pour la Mairie? Un tunnel impossible à cacher ! Il faut bien avouer que Marseille aura l’honneur d’être la seule ville au monde à inaugurer une ligne de tramway qui s’arrête à moitié chemin, devant un tunnel impraticable parce qu’on s’est aperçu, sur le tard, qu’il n’était pas aux normes et que sa réhabilitation a vu son appel d’offres retoqué pour des raisons administratives.

Au milieu du gué, les Marseillais devront donc descendre des rames pour prendre un bus et rejoindre Noailles… Cette « histoire marseillaise » pourrait apparaître comme une galéjade, une de plus, si elle ne révélait l’amateurisme, l’absence de rigueur et de cohérence de la politique municipale en matière de transports publics et, plus généralement, de gestion de projets.

Les parkings de délestage, par exemple, ne sont toujours pas en place et les lignes de transport en site propre vers St Antoine, Château Gombert ou Luminy sont reportés à des jours meilleurs et lointains…La ville est, de fait, toujours aussi engorgée et le tramway n’a, pour l’heure, rien solutionné.

Montpellier inaugurera sa 3ème ligne traversant de part en part l’ensemble de l’agglomération alors que Marseille fêtera, peut-être, sa « sortie du tunnel… »

———————————–

Le tramway stoppé net devant le Tunnel Chave :

5 Commentaires

Classé dans Cantonales 2008, Général, Les grands projets, Municipales 2008, Politique, Transports

Marseille – municipales 2008 : une cagnotte pour Guérini ou la faillite de Gaudin ?

trésorOn vit dans un bien curieux pays. Hier, on pouvait lire dans les colonnes de nos confrères de La Provence, cette curieuse question, en guise de titre : « Une super-cagnotte pour Marseille au Département?« . Le sur-titre, tout aussi électoraliste, indiquait : « Municipales : le candidat PS disposerait d’un levier redoutable, la droite fustige son attitude passée ». Avoir la capacité de s’endetter plus encore serait donc assimilé à une sorte de « cagnotte », de « trésor de guerre », de « cassette remplie de pièces d’or »? Est-ce cela? On marche sur la tête !

Les finances de notre pays frisent la banqueroute, celles de la Ville de Marseille et de la Communauté urbaine sont presque en cessation de paiement (on dit en faillite dans le secteur privé), et on fustige un trésor de guerre lorsque l’on trouve une collectivité territoriale, le Conseil général des Bouches-du-Rhône, dont les finances sont saines et la capacité à s’endetter honorable ? Il y a quand même un gouffre entre une capacité d’endettement et une cagnotte secrète non ? N’importe quelle mère de famille comprendra… Voilà donc que l’on est riche si l’on peut devenir pauvre ! A-t-on perdu le sens commun? Avec ce type de raisonnement, on comprend mieux l’état général de nos finances.

De quoi s’agit-il ? Le Conseil général a, depuis les présidences de Jean-Noël Guérini, bénéficié d’une gestion saine de ses finances, choisissant l’augmentation raisonnable de l’impôt et investissant (1er département de France en termes d’investissements) massivement sur le productif et le structurel, contrairement à la Mairie de Marseille ou à la Communauté urbaine, qui ont choisi, elles, d’utiliser les deux leviers financiers que sont l’impôt et l’endettement tout en n’améliorant pas suffisamment la qualité de vie des marseillais. Voilà tout l’enjeu.

Le Cg 13 : 200 millions pour Marseille
La « cagnotte » est donc le type même du faux procès. Sur les 466 millions d’investissements du Département cette année, presque 200 millions ont été accordés, directement ou indirectement, à la ville de Marseille (tramway, routes, Euromed, Hôpitaux, PAM, Aéroport Low Cost, RMI, APA…). Les critiques de Jean-Claude Gaudin ne sont pas fondées lorsqu’il stigmatise son challenger socialiste : « j’aimerais bien que les conseilleurs soient un peu les payeurs » en mettant en exergue que le Cg 13, tout comme la région Paca, n’auraient financé que 6 % (d’ailleurs presque 7%) de son tramway. On peut entendre la critique, on comprend mal alors pourquoi le Département et la Région ont reçu, par la poste, selon les propos de Jean-Noël Guérini sur son blog, et confirmé à la région, la facture de 27 millions d’euros chacune. Sans autre forme de concertation sur le tracé ou la requalification des rues. Si on veut des financements, encore faut-il savoir où les trouver et surtout, comment.

Certes, seuls 49% des marseillais payent l’impôt. Certes, les dettes accumulées depuis l’après-guerre ne sont toujours pas remboursées. Certes, le maire a trouvé des finances moroses à son arrivée à l’Hôtel de Ville. Mais, enfin, que dire des 17000 employés à la ville de Marseille, pour 7000 au département et 5000 à la région ? Alors que la plupart des transferts de l’Etat se sont portés sur les départements et les régions. Que dire de l’opportunité d’un palais de la glisse à Marseille quand les finances sont exsangues ? Que dire d’un tramway (800 millions) qui doublonne le métro, qui ne dessert ni le Sud, ni le Nord de la ville et qui, lorsque l’on s’apprête à ouvrir une nouvelle ligne, fait que l’on découvre le tunnel sous La Plaine non conforme aux normes, dont l’appel d’offres de réhabilitation est retoqué, ce qui fini de plomber la note. On appelle ça une mauvaise gestion des projets et, pour tout dire, une mauvaise gestion tout court. Mais le mot « cagnotte » est lancé, le trésor à portée de main… et les commentaires vont bon train… Tout cela n’est pas sérieux…

1 commentaire

Classé dans Economie, Général, Ils ont dit, Les grands projets, Municipales 2008, Politique, Transports

Muselier ne sait pas où sont les quartiers Nord de Marseille

www.assemblee-nationale.fr/.../photos/2256.jpgTrois fois. Il nous a fallu trois lectures d’une brève parue aujourd’hui dans « Les échos » de La Provence, tant on n’en croyait pas nos yeux. On a même pensé que nos confrères journalistes avaient dû abuser du pastis… Ils avaient tout de même pris soin de nous prévenir d’emblée, la « polémique restera sans doute dans les annales de Marseille. »

Et pour cause, en tentant de répondre à la question de savoir si le tramway marseillais complétait ou se superposait au métro, Renaud Muselier, premier adjoint (Ump) de Jean-Claude Gaudin, en charge de la mise en place dudit tram, confie  » C’est une addition et non une superposition. C’est un choix politique. »

Comment on y va, là-haut?
Çà nous l’avions bien compris, tant le tracé retenu n’a pas de sens, en termes de raison s’entend… Et d’ajouter sans ciller « Le tram, je veux le faire monter à Saint-Antoine, mais ça fait deux ans que je demande aux élus (PCF et PS) de là-haut comment on y va, dans les quartiers Nord » puis de conclure « j’attends toujours leurs réponses. »

Le premier adjoint de la deuxième ville de France, qui fait œuvre pédagogique devant la Presse sur l’un des dossiers les plus importants de Marseille (468 millions d’euros), dont il a la charge de surcroit, expliquant qu’il attend des élus de l’opposition comment faire pour que le tram atteigne les quartiers de « là-haut », laisse pantois avant de laisser place à la consternation.

On pourrait railler, attaquer, se moquer, souligner une « muselierade » supplémentaire, voire même stigmatiser l’amateurisme… Mais l’état d’esprit, les mots choisis, spontanément, se suffisent. Les habitants des quartiers Nord apprécieront et l’ensemble des Marseillais seront heureux de se savoir si bien gouvernés. Dont acte, tristement…

2 Commentaires

Classé dans En bref, Général, Ils ont dit, Les grands projets, Municipales 2008, Politique, Transports