Archives de Tag: voitures

Marseille : Bruno Gilles bétonne-t-il le 4e arrondissement ?

bruno-gilles-renaud-muselierSi vous posez cette question au sénateur-maire UMP du 3e secteur de Marseille, il vous répondra, de son air bonhomme, presque la main sur le cœur : « Allons, je suis né aux Chutes-Lavie, j’allais quand j’étais petit au parc Longchamp, j’y emmène mes enfants le dimanche. Allons. »

Si l’homme est sympathique, dynamique, il n’en reste pas moins qu’il défend deux projets de parkings dans le 4e arrondissement qui font jaser. Qui affolent même les riverains.

Le premier, d’abord, à Vallier, a débuté cette semaine. Un parking en silos de trois étages, évidemment moins cher en coût de construction qu’un parking souterrain mais esthétiquement comparable à une verrue digne des pires chantiers des années 60. Ce parking fait disparaître le terrain de basket très apprécié des jeunes. Des jeunes qui, pour accéder à ces rares terrains de sport en centre-ville, devaient jusqu’à présent escalader les grilles. Car à Marseille, faire du sport en centre-ville relève du parcours du combattant.

Deuxième exemple, le parking Longchamp, qui voit une opposition grandissante devenir de plus en plus bruyante et déterminée. Le 6 août 2008, la Ville a accordé à une société privée l’autorisation de construire un parking géant de plus de 500 places dans le site classé du jardin Longchamp. Là où Bruno Gilles jouait quand il était minot.

Si ce projet se réalise, c’est presque un quart du jardin couvert d’arbres centenaires en parfaite santé qui va disparaître et être remplacé par une dalle et des plantes en pot. « Usagers et riverains respireront le bon air des bouches d’aération en surface. » Une manifestation aura lieu le 14 février, pour dénoncer ce que SOS Longchamp, l’association créée pour contrer le projet, qualifie « de massacre. »

Lors de l’inauguration du parking de la gare de la Blancarde en janvier 2008, celui-là incontesté, Bruno Gilles affirmait : « Jean-Claude Gaudin, Renaud Muselier et moi même travaillons au désengorgement automobile et à la diminution des difficultés de stationnement dans notre secteur. » Tout le monde alors applaudissait dans un quartier transformé par l’arrivée des deux lignes de tramway mais asphyxié par le nombre de voitures stationnées en surface.

Un an après, le magnifique parking de la Blancarde est loin de faire le plein. Il faut dire que dans le quartier, les riverains préfèrent scier les potelets et se garer sur les trottoirs.

Nous sommes là face à une schizophrénie du maire de secteur : une trop grande tolérance en surface qui autorise tout le monde à utiliser l’espace public comme il l’entend, face au bétonnage de lieux nécessaires pour que les habitants du 4e touche du doigt une certaine qualité de vie. On ne peut effectivement pas faire plaisir aux sociétés de parking et aux simples riverains.

8 Commentaires

Classé dans Environnement, Général, Ils ont dit, Législatives 2007, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, Transports

Plan anti-crise de Sarkozy, le compte n’y est pas !

sarkozy-crise-caricatureOn l’avait annoncé, proclamé, affirmé avec force ambition, biceps gonflés, comme on le fait d’une idée dont on connaît les faiblesses mais dont on sait que son seul objet est de convaincre, rassurer coûte que coûte, au moyen indubitablement efficace d’une communication soignée. Transiger sur le fond mais soigner la forme, telle est la norme élyséenne désormais.

Ainsi fait le 13 janvier dernier, alors que le chef de l’Etat plantait son plan de relance à la vox populi, chiffré à 26 milliards d’euros. Adopté avec 316 voix pour et 212 contre par les députés, ledit plan piloté par le fraîchement nommé ministre chargé de la relance, Patrick Devedjian, se voulait fédérateur : «Les élus ont un rôle capital dans la mise en œuvre des projets » avait-t-il alors déclaré. « Je compte sur vous. Notre pays doit nous trouver rassemblés face à cette crise injuste que nous affrontons avec courage.»

Malgré les différentes mesures prévues par le gouvernement, les partis d’opposition et les économistes restent dubitatifs sur le réel impact de ce texte. L’heure est aujourd’hui au bilan des mesures prises pour l’hexagone. En plein cœur de la crise, celui qui exhortait à un déblocage massif de fonds lors de sa présidence à l’Union Européenne semble plutôt avoir accouché d’une souris. Une fois de plus, il y a long de la parole aux actes et le compte n’y est pas… Loin s’en faut. Analyse. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Culture, Economie, Général, Ils ont dit, Les grands projets, Politique, Pour vous faire votre opinion, Social, Transports

Neige à Marseille : A qui la faute ?

bonhomme-de-neige-vieux-portMercredi 07 janvier 2009, la cité phocéenne découvre un paysage auquel elle n’était pas habituée : en ce début de saison hivernale, la neige s’est improvisée en hôte exceptionnel pour le plus grand bonheur des uns et le désespoir des autres. En seulement quelques heures, pas moins de 20 cm de neige ont recouvert la ville, qui, de mémoire de Marseillais, n’avait plus connu pareille intempérie depuis 1987.

Si l’offensive météorologique fut rapide, les conséquences de cet enneigement inédit ne se sont pas fait attendre : axes routiers bloqués, transports en commun quasi-inexistants, établissements scolaires fermés, marins-pompiers débordés, services des urgences surchargés…

Face au spectacle surréaliste d’une ville en proie à la paralysie totale, une interrogation subsiste : comment les pouvoirs publics ont-ils pu, à ce point, se laisser surprendre par les pièges de la poudreuse ? En effet, la surprise passée, les critiques ont fusé de toute part sur l’épineux sujet de la gestion de l’événement par les acteurs locaux.

Du laxisme de l’Hôtel de Ville au manque de réactivité de la Communauté Urbaine, personne n’est épargné. Pas étonnant donc que dès le lendemain, le Premier Ministre, François Fillon, peinant à contenir sa colère, taclera ouvertement Jean-Claude Gaudin et le Préfet des Bouches-du-Rhône, Michel Sappin, tenus pour responsables du blocage inacceptable de la seconde ville de France.

Cependant, si l’épisode marseillais a résonné jusqu’à la capitale, c’est surtout parce qu’il révèle une incapacité plus nationale que locale à surmonter cette crise, caractérisée par un manque flagrant de moyens et de coordination. La neige fondue, le calme revenu, le moment de l’analyse des dysfonctionnements est venu. Analyse. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Economie, Environnement, Général, Ils ont dit, Politique, Pour vous faire votre opinion, Sécurité, Transports

Marseille-Provence 2013 : la culture, une histoire de « transports »

A l’heure où Marseille fête sa nomination comme capitale de la culture en 2013, la 7ème édition de la semaine européenne de la mobilité (16-22 septembre) est passée presque inaperçue. Cette manifestation organisée par le Ministère de l’écologie conjointement avec les autres pays d’Europe s’inscrit dans la dynamique du Grenelle de l’environnement avec, au cœur de ses priorités, le développement des transports urbains. C’est donc sur le thème « Donner de l’air à nos villes » qu’ont planché les 600 partenaires associés à ce projet.

Marseille planche aussi. On la dit asphyxiée et malgré l’inauguration récente du nouveau tramway, le retard y est flagrant. Alors comment répondre aux attentes des usagers et préparer l’arrivée des millions de visiteurs annoncés pour 2013 ? Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Culture, Environnement, Général, Les grands projets, Municipales 2008, Politique, Transports

Marseille par grand froid, un cauchemard, est-ce possible ?

Ce soir, chers lecteurs, je n’ai pas envie de gloser sur cette ville de Marseille qui me fout en l’air tant je l’aime, et tant je vois qu’elle péréclite quand je rentre chez moi à pieds, je ne conduis pas. J’agite en moi le sens de la compassion. Hier soir, passant par la rue de Rome, à une encablure de la Place Castellane, il n’y avait que bandes aux regards inquisiteurs, pas violentes, elles testaient seulement ma capacité à être dépouillé, l’idée était de savoir, pour elles, à quel angle de rue et comment procéder.

Longtemps après mon passage, les regards étaient toujours aussi lourds dans mon dos ou, poursuiveurs, de l’autre côté de la chaussée. Parano hey ? Non, j’ai longtemps expérimenté ce sentiment d’insécurité à New-York dans les années 80, à Paris pendant 15 ans… Depuis 1999, date à laquelle j’ai épousé comme une femme amoureuse et soumise Marseille, la défendant envers et contre tous, j’ai toujours refusé la réputation de « papier » de Marseille, celle qui fait vendre des journaux sur les cendres d’une connexion Chicago-Marseille des années cinquante qui fait sourire aujourd’hui… Dieu merci, tant elle est fausse. Je suis très urbain, nombre d’entre nous connaissent ça. Jusque-là la force du regard suffisait. Hey, ducon, je suis Marseillais, fous-moi la paix… Je vais t’expliquer la vie !

Pour la première fois depuis des années, je suis entré au Mac Do, je passe sur l’incivisme, 4 personnes me sont passées devant, rien que de très normal, je n’ai rien dit, mon mp3 rivé sur les oreilles, il diffusait du Josh Groban, rien ne peut alors m’altérer. Cool… Zen…

Sortant, j’ai dû enjamber les voitures qui, garées sur le troittoir, ne laissaient aucune place aux piétons, une dizaine d’hommes et de femmes, dont plusieurs enceintes, dormant à même le sol dans des cartons éventrés, une tribu moderne qui ne disait rien, ne revendiquait rien, elle dormait. Comment le cacher ? trop c’est trop, j’ai pleuré. J’ai eu mal, rappel d’humanité? J’ai eu le gout amer, la mauvaise impression d’être un milliardaire dans le quart monde. Il faisait si froid, mes mains tremblaient. La suite n’a aucun intérêt, elle est personnelle. Mes tripes ont flanché…

No comment… Ca suffit, c’est tout !

PS : je me suis demandé s’il fallait que je diffuse une photo pour éclairer mon propos. Pas la peine, pensez-y ! J’aurais pu fouiller dans la misère, c’est si simple à quelques jours de Noël, pourquoi-faire ? Je suis en colère, j’ai tellement mal que mes mots devraient suffire.

4 Commentaires

Classé dans En bref, Général