Archives mensuelles : décembre 2009

Régionales 2010 : l’helvète Thierry Mariani (UMP) surfe sur le péril islamique pour mieux sauver l’identité provençale

La Suisse, l’autre pays du fromage, cultive le chanvre, la délation du voisinage, le secret bancaire, mais ne transige pas sur la démocratie directe.

Le référendum populaire du dimanche 30 novembre 2009, mené sous l’impulsion du parti populiste UDC, a abouti sur un vote à plus de 57% favorable à l’interdiction de la construction de minarets, autant dire de Mosquées (sur les 26 cantons de la Confédération helvétique, seuls quatre cantons : Bâle-ville et les cantons francophones de Genève, Vaud et Neuchâtel, ont rejeté la proposition).

Ce résultat embarrasse aujourd’hui les plus hautes autorités helvétiques. La campagne référendaire a été largement perçue comme un «manifeste islamophobe» par la presse et les politiques du monde entier. Elle a donné des ailes aux représentants européens d’une droite sans complexes, dont la nôtre, dans sa version franchouillarde. Mariani en a fait son beurre, l’histoire réchauffe les pâtes cuites… Une fondue ?

Après le rétro pédalage de Xavier Bertrand, suite à des propos tenus sur LCI mettant en cause l’utilité des minarets en France, le député Thierry MARIANI, s’empare de l’aubaine et déclare sur son site Facebook qu’«un minaret ne fait pas partie du paysage provençal classique. Une mosquée, ça n’attire pas des touristes en Provence. »

Une phrase, pas vraiment anodine dans le contexte des élections régionales, qui va receler, nul doute, son pesant de racisme ordinaire, alimenté par des calculs politiciens qui vont renarder le mufle cocardier, façon bidochon à la sauce provençale. D’autant que sur ce terrain, d’autres candidats comptent bien jouer leur expertes partitions, à la note près : J.-M. le Pen (FN) et Jacques Bompard (Ligue du Sud, maire d’Orange), entre autres.

Ce dernier ayant officiellement saisi le maire de Marseille pour faire interdire un concert à l’Espace Julien, le 12 décembre prochain, au prétexte que « les rappeurs de Maghreb United comptent dans leur «répertoire» des titres qui appellent clairement à la haine de la France et des Français, au mépris de la femme, mais également de nombreuses incitations à la violence contre les personnes et notamment la police. »

Pourtant, s’il n’est pas chapeauté d’ardoise, de chaumes ou de tuiles d’argiles moulées sur la cuisse, le minaret reste un relief rare en Suisse (4 seulement) comme en France, qui n’en compte que 10, purement architectural du reste puisqu’il n’y a pas de Muezzin (le chargé d »appel à la prière). Les cloches de la Bonne Mère, comme celles de toutes nos paroisses continueront de sonner naturellement. Amen !

Être français, à n’importe quel prix…
Peut-être que Thierry Mariani, fils du maçon italien, Giovanni Mariani, oublie les 200 000 musulmans vivant à Marseille. Peut-être oublie-t-il aussi, par excès de zèle, à la manière des fumeurs qui décrochent, les souvenirs de son propre père et l’existence du quartier de la Belle de mai où dès 1816 et, bien sûr, après 1876, l’immigration italienne se sentait chez elle, avec ses fêtes et ses violences régionalistes.

Ces musulmans d’aujourd’hui ne sont certes pas des touristes, quoi que leurs familles peuvent l’être. L’édile de la seconde ville de France en revanche, son très catholique « ami » Jean-Claude Gaudin n’entend résolument pas le même son de cloche. Lui qui porte la construction de la grande Mosquée phocéenne comme un étendard, conscient que 20% des 4 millions de musulmans français vivent en Provence. Lucide patriarche…

Il est vrai aussi que la tête de liste UMP  Mariani connaît bien moins le Vieux Port que les palais ministériels et parlementaires parisiens et qu’on le voyait peu à l’ombre de la Tour Ripert de Valréas, la capitale de l’Enclave des Papes (Vaucluse) du temps où il en était maire. Au point où il en a été défait aux dernières municipales (sa candidate, Colette Jacquier, ayant récolté moins de 21% des voix au second tour au profit de Guy Morin, un centriste démocrate chrétien local, sans étiquette avec une liste société civile).

Mais, pour le député Thierry Mariani, fils d’immigré, c’est encore trop d’ombre. Le ton de la campagne est donné. Pas de surprise, n’a-t-il pas été choisi par l’Elysée pour jouer en attaquant dans l’équipe du débat sur l’identité française en région Paca ? Après l’école militaire d’Aix, puis celle du RPR avec pour maître Charles Pasqua, ça vous forge un homme, rompu à l’exercice de l’équilibre impossible. Un vertige…

Publicités

4 Commentaires

Classé dans Culture, Général, Ils ont dit, international, Politique, Pour vous faire votre opinion, régionales