Archives mensuelles : mai 2009

la Fiesta des suds respire avec l’abandon de la tour d’Icade

skyline marseille

En novembre 2007, la nouvelle avait fait l’effet d’une bombe : le site du Dock des Suds, qui accueille chaque automne l’un des plus grands festivals de Marseille, La Fiesta des Suds (65 000 personnes en 2008), de nombreux concerts et des manifestations politiques, était menacé par un projet titanesque, celui du groupe immobilier Icade.

Sur les terrains du port autonome, le promoteur projetait d’aménager l’ilôt Peyssonnel, sur 2,5 hectares, envisageant de déplacer le hangar à sucre pour y construire, à la place, une tour de 130 mètres et des logements. Or, ce projet est abandonné, au moins jusqu’en 2013, au grand soulagement de Bernard Aubert et Florence Chastanier, les « parents » de la Fiesta.

Flash back
Dans un article de La Provence du 28 novembre 2007, Florence Chastanier déclarait : « On ne comprend plus rien. On a reçu des fonds publics pour des travaux à peine achevés. Et ce n’était pas pour du provisoire ». Après l’incendie qui avait ravagé en septembre 2005 les 4 800 m² de hangars, la Ville de Marseille et le Conseil général des Bouches-du-Rhône avaient alors chacun débloqué, pour transformer le hangar à sucre en salle de concerts, 800 000 euros, la région 400 000 € et le Feder (Fonds européen) 500 000 €.

De son côté, dans ce même article, Jean-Claude Gondard, secrétaire général de la municipalité marseillaise, répondait sans état d’âme: « Icade, avec ses 300 millions d’euros d’investissements, est un projet d’intérêt majeur. » Bref, un festival majeur était balayé d’un revers de la main par la municipalité de Jean-Claude Gaudin.

Entre temps, la crise économique n’a pas épargné Marseille, et la candidature de Marseille-Provence capitale de la culture en 2013 est passée par là. Autant dire que l’énorme coup de gueule de Jean-Noël Guérini, président du Conseil général 13, lancé fin novembre 2007 alors qu’il était en meeting justement au Dock des Suds, a eu son effet : il avait en effet menacé en ses termes les responsables d’alors d’Euroméditerranée (présidée jusqu’au printemps 2008 par Renaud Muselier) : « S’ils remettent en cause l’avenir de la Fiesta sur le lieu du Dock des Suds, je prends l’engagement solennel de retirer le Département d’Euromed ! »

La skyline à laquelle rêvait tout haut Renaud Muselier n’est donc pas prête de voir le jour sur le littoral marseillais : Jacques Saadé, qui a obtenu de son ami le maire de Marseille (à qui il prête son jet privé pour des voyages) que « sa » tour, construite par l’architecte-star libanaise Zaha Hadid, soit la plus haute (147 mètres), va se sentir bien seul. Un peu normal à cette altitude…

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Culture, Economie, Général, Ils ont dit, international, Les grands projets, Marseille-Provence 2013, Municipales 2008, Politique

« Marseille, un autre regard » passe le cap des 100 000 visiteurs uniques : merci à vous !

home marseille un autre regard100 000. Vous avez été plus de 100 000 visiteurs uniques à être venu vous informer sur Marseille, un autre regard depuis son lancement, le dimanche 11 mars 2007.

Ce cap était, pour toute l’équipe, une perspective au long cours, une course de fond, un exercice de longue haleine et, rattrapé par l’actualité, il a été franchi bien plus tôt que prévu. Les élections municipales de l’an dernier, notre regard posé sur la presse locale, la stigmatisation des atavus phocéens, quelques scoops aussi ont grandement aidé à ce succès.

Toute l’équipe de votre blog favori, celui qui ne vous cache rien, vous remercie de votre fidélité et de la qualité de vos commentaires.

Marseille, un autre regard a su trouver, avec le temps, sa place dans la blogosphère marseillaise, avec des papiers informés, fouillés, souvent audacieux voire impertinents. Il est, paraît-il, prisé par les collègues journalistes. Certains viennent même y puiser l’inspiration nous dit-on…

Sans publicité, sans financement, la conjonction d’une ligne éditoriale indépendante sans être mièvre et des nouveaux médias sur la toile explique sûrement aussi cette réussite. Preuve que la presse marseillaise politique a besoin de souffle, de fraîcheur, de « distanciation axiologique » comme disait Max Weber aux futurs sociologues.

 » De petits articles en petits papiers, écrivions-nous dans notre édito de 2007, nous cernerons cette réalité marseillaise au-delà des emportements sophistiqués. C’est ce qui-vive que nous tenterons de fustiger, dans une période démocratique vivace, où les rhétoriques creuses se déchirent sur les réalités durement éprouvées par nos concitoyens.  »

Nous espérons avoir tenu le pari de ce rendez-vous régulier, de cette ligne directrice. Vous en êtes les seuls juges et, fort de l’enthousiasme qui nous anime, avec la même intensité qu’au premier jour, nous mettons le cap sur les 200 000 visiteurs uniques toutes voiles ouvertes !

1 commentaire

Classé dans Général, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, Social

Marseille : La Tribune du Sud concurrence le groupe La Provence malgré un démarrage en dents de scie

tribunedusud_logoIl en faut, du courage, de l’ambition, sans doute de l’inconscience et un brin d’arrogance pour lancer, en 2009, un quotidien régional dans une région où, justement, le taux de lecture reste faible. A une époque où le lectorat captif déserte les kiosques pour leur préférer Internet. Un an à peine après le mercato impressionnant qui a agité Marseille et deux journaux du groupe Hersant, La Provence et Marseille l’Hebdo… Bref dans des circonstances unanimement reconnues comme défavorables !

Eh bien, ils l’ont fait, les journalistes de Tribune du Sud, Sébastien Laporte (officiellement unique actionnaire même si on peine à croire qu’il ne soit pas supporté dans une telle aventure au moins par une banque) et Jean-Michel Vergne en tête. Ils ont réalisé le rêve de tout journaliste qui se respecte : créer un journal in-dé-pen-dant !

Vendredi matin, enfin, l’objet était disponible pour 90 centimes. Dans la plupart des kiosques du centre-de-ville de Marseille, l’effet de curiosité a fonctionné. Format tabloïd, maquette vieillotte, et pas d’exclusivité. Un peu « pschitt » pour cette première où les dessous de l’OM étaient franchement réchauffés.

Samedi, bille en tête sur les sujets politiques : un bon sujet sur les députés locaux, et enfin un vrai angle pour traiter de l’actualité du sénateur-maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin. Pour les observateurs attentifs, une sensation de déjà vu, comme si l’ex-Marseille l’Hebdo renaissait de ses cendres ou que le service politique de La Provence d’avant Didier Pillet (PDG du groupe La Provence) osait provoquer la colère de maire de Marseille. Les deux journaux s’en amusant même, pariant sur le coup de fil de Claude Bertrand, directeur de cabinet de J.-C. Gaudin à Stéphane Duhamel, ancien directeur de la publication du groupe La Provence. Bref, un samedi de bon augure !

Côté faits divers aussi, Tribune du Sud met le paquet, en racontant lundi la saga de la petite Elise avec une nouvelle approche ou en se rendant dimanche sur la terre Corse. Le service faits divers-Justice de La Provence, endormi depuis des mois, va devoir réagir et, ce serait une idée, repartir sur le terrain pour ne plus se contenter de la parole sacrée des policiers de l’Evêché.

Autres bon points prometteurs : quelques belles plumes, comme celle d’Olivier Jourdan-Roulot, un ancien du Point notamment présent durant la campagne des municipales de 2008. Des noms de photographes connus (et appréciés dans le département), partageant tous un point commun : Patrick Gherdoussi et Patrice Magnien ont claqué la porte de La Provence et de Marseille l’Hebdo à l’automne avec un chèque et surtout toutes leurs archives photos, tandis que Vincent Beaume est en conflit avec son ancien employeur La Provence.

A La Provence justement, tout le monde affiche une sérénité de façade, un mépris déjà décrit dans Marseille un autre regard. A quel moment les journalistes de ce dinosaure devront-ils trembler ? Sans doute quand Tribune du Sud publiera de vraies enquêtes, à Marseille du moins, sur la rue de la République, le tunnel Prado sud, la politique culturelle de la Ville de Marseille… A chacun de dresser sa liste de sujets non abordés dans la presse locale.

De sujets, il n’en manque pas : encore faudra-t-il que Tribune du Sud et Sébastien Laporte aient les reins suffisamment solides pour tenir dans la durée. Pour l’heure, malgré des kiosquiers plutôt heureux, toujours pas de pub et le jour de la sortie du numéro 1, vendredi donc, la gentille standardiste du service abonnement était dans l’incapacité de vous donner un tarif : « laissez-moi votre email, on vous fera parvenir nos offres dans quelques-jours ». Aujourd’hui, n°4, toujours pas d’offres d’abonnement page 18…

Pas de pub, pas d’abonnements, une vingtaine de journalistes embauchés, semble-t-il, avec un CDD d’un mois… Rendez-vous le 16 juin alors ?

2 Commentaires

Classé dans capitale européenne de la culture, Culture, Economie, Général, Marseille-Provence 2013, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion

Marseille Aménagement : Philippe Sanmarco, une démission pour de vrai ?

Sanmarco GaudinL’homme n’a certainement pas été propulsé au rang de Président de la société d’économie mixte Marseille Aménagement par hasard : Philippe Sanmarco, 62 ans, ancien proche de Gaston Defferre, a en effet occupé successivement les postes d’administrateur de la Somica (ex Sem) et de Marseille Aménagement pendant près de vingt ans. Une carrière entièrement dédiée aux problématiques d’urbanisme de l’agglomération marseillaise, pour lesquelles il caressait beaucoup d’espoirs.

Cet ancien député socialiste des Bouches-du-Rhône, fondateur de la Convention Citoyenne, qui a pour ambition de rassembler au-delà des partis, a toujours marqué son indépendance et liberté d’esprit. Philippe Sanmarco, électron libre de la vie politique marseillaise, a construit sa vie professionnelle au rythme des rencontres et des missions qui lui étaient chères. Du pain béni pour Jean-Claude Gaudin qui n’eût plus qu’à se répandre en promesses de campagne et autres flatteries, pour faire baisser la garde de celui qu’il qualifiait d’ « opposant constructif ».

Donnée pour certaine au lendemain de la victoire de la droite aux municipales, puis placée en stand-by suite au changement de présidence à la Communauté urbaine MPM, son élection à la tête de Marseille Aménagement avait dû attendre la date du 26 juin 2008 pour être effective. Mais la perte de temps n’allait pas s’arrêter là…

Une prise de fonction plus que laborieuse

Entré de plain-pied dans ses nouvelles attributions, Philippe Sanmarco comptait bien mettre rapidement en application l’accord âprement négocié avec l’édile marseillais, quant à la nouvelle manière de piloter les actions de réhabilitation du Centre-Ville de la cité phocéenne, essuyant bien des critiques de la part d’associations et CIQ.

C’était sans compter les embûches et autres réticences du Directeur général, Charles Boumendil, peu enclin au changement. « Sans Bureau Fixe » pendant les quatre premiers mois de son arrivée, dans l’incapacité de répondre à ses interlocuteurs faute de coopération de son directeur, paralysé par la rétention d’informations de ses collaborateurs, c’est l’autorité toute entière de Philippe Sanmarco qui est alors contestée publiquement sans le moindre ménagement. Lire la suite

3 Commentaires

Classé dans Economie, Environnement, Général, Ils ont dit, Les grands projets, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, Transports