Archives mensuelles : décembre 2007

Bonne année 2008 à tous nos chers lecteurs !

www.cedigraphe.fr

L’équipe de « Marseille, un autre regard » va prendre ses quartiers d’hiver pendant quelques jours et participer naturellement à quelques agapes partagées et méritées non sans souhaiter à ses bientôt 30 000 lecteurs, une excellente nouvelle année 2008.

Qu’elle vous apporte le meilleur pour vous et vos proches, qu’elle soit aussi l’année de toutes les curiosités, de toutes les vraies libertés, de tout ce qui rend l’homme meilleur et libre en somme.

Vous nous retrouverez sur ce chemin à la rentrée, promis, juré !

Publicités

5 Commentaires

Classé dans En bref, Général

Marseille par grand froid, un cauchemard, est-ce possible ?

Ce soir, chers lecteurs, je n’ai pas envie de gloser sur cette ville de Marseille qui me fout en l’air tant je l’aime, et tant je vois qu’elle péréclite quand je rentre chez moi à pieds, je ne conduis pas. J’agite en moi le sens de la compassion. Hier soir, passant par la rue de Rome, à une encablure de la Place Castellane, il n’y avait que bandes aux regards inquisiteurs, pas violentes, elles testaient seulement ma capacité à être dépouillé, l’idée était de savoir, pour elles, à quel angle de rue et comment procéder.

Longtemps après mon passage, les regards étaient toujours aussi lourds dans mon dos ou, poursuiveurs, de l’autre côté de la chaussée. Parano hey ? Non, j’ai longtemps expérimenté ce sentiment d’insécurité à New-York dans les années 80, à Paris pendant 15 ans… Depuis 1999, date à laquelle j’ai épousé comme une femme amoureuse et soumise Marseille, la défendant envers et contre tous, j’ai toujours refusé la réputation de « papier » de Marseille, celle qui fait vendre des journaux sur les cendres d’une connexion Chicago-Marseille des années cinquante qui fait sourire aujourd’hui… Dieu merci, tant elle est fausse. Je suis très urbain, nombre d’entre nous connaissent ça. Jusque-là la force du regard suffisait. Hey, ducon, je suis Marseillais, fous-moi la paix… Je vais t’expliquer la vie !

Pour la première fois depuis des années, je suis entré au Mac Do, je passe sur l’incivisme, 4 personnes me sont passées devant, rien que de très normal, je n’ai rien dit, mon mp3 rivé sur les oreilles, il diffusait du Josh Groban, rien ne peut alors m’altérer. Cool… Zen…

Sortant, j’ai dû enjamber les voitures qui, garées sur le troittoir, ne laissaient aucune place aux piétons, une dizaine d’hommes et de femmes, dont plusieurs enceintes, dormant à même le sol dans des cartons éventrés, une tribu moderne qui ne disait rien, ne revendiquait rien, elle dormait. Comment le cacher ? trop c’est trop, j’ai pleuré. J’ai eu mal, rappel d’humanité? J’ai eu le gout amer, la mauvaise impression d’être un milliardaire dans le quart monde. Il faisait si froid, mes mains tremblaient. La suite n’a aucun intérêt, elle est personnelle. Mes tripes ont flanché…

No comment… Ca suffit, c’est tout !

PS : je me suis demandé s’il fallait que je diffuse une photo pour éclairer mon propos. Pas la peine, pensez-y ! J’aurais pu fouiller dans la misère, c’est si simple à quelques jours de Noël, pourquoi-faire ? Je suis en colère, j’ai tellement mal que mes mots devraient suffire.

4 Commentaires

Classé dans En bref, Général

Municipales 2008 – Marseille : au Modem, Bayrou tranche pour Bennahmias contre Rocca-Serra

http://www.regionpaca.frLa décision de François Bayrou est tombée : le chef de file du MoDem pour les municipales de Marseille sera Jean-Luc Bennahmias. Ce que nous pressentions depuis quelques semaines, autant dire depuis que le député européen ex-Vert devenu Orange avait été nommé dans le staff national du leader centriste, plus précisément à la commission nationale des investitures du Modem, a été finalement préféré au président de l’UDF 13, Jacques Rocca-Serra. Après des mois de calages, de tergiversations, de luttes intestines plus ou moins fraternelles, de sondages et d’enquêtes de notoriété, les anciens de l’UDF, les nouveaux du MoDem, ont enfin une tête de liste clairement identifiée.

Pour autant, le tout jeune parti, créé en début de mois par le 3ème homme de la présidentielle, ne part pas uni à Marseille, c’est le moins que l’on puisse dire. Les réseaux travaillés depuis des années dans les arcanes de tous les pouvoirs par Jacques Rocca-Serra, l’homme de toutes les majorités (Defferre, Vigouroux, Gaudin), ne suivront pas forcément l’ancien trublion écologiste, loin s’en faut.

Plus avant, ce sont bien deux cultures et deux conceptions politiques différentes qui étaient en guerre ouverte depuis des mois. L’une, celle de Bennahmias, honnêtement autonomiste entre Gaudin et Guérini, l’autre, celle de Rocca-Serra, officiellement en selle pour soutenir J.-C. Gaudin au deuxième tour des élections municipales. Et pour cause, ce dernier est actuellement son maire-adjoint aux relations internationales, aux transports (dont la RTM) et à la Maison de l’artisanat.

Une aubaine pour Guérini !
Le choix de Bayrou est donc une aubaine pour Jean-Noël Guérini, patron du Conseil général des Bouches-du-Rhône, qui voit le parti charnière des prochaines municipales, celui qui fera sans nul doute basculer ou non la majorité, s’éloigner des urnes de Jean-Claude Gaudin. Reste à savoir désormais si le Modem, qui a fait des scores à 2 chiffres dans les arrondissements du centre de Marseille lors des dernières élections législatives, suivra Bennahmias déjà vendu par les proches de Rocca-Serra comme un parachuté si loin des préoccupations locales. Ou si, à l’inverse, les fidèles de Rocca-Serra, suivront leur réflexes conditionnés de ralliement à l’UMP au 2ème tour. Là est la clef du scrutin.

Pour l’heure, Bennahmias est très satisfait : « Je lancerai ma campagne le 15 janvier, nous avons le temps. D’ici là, nous devons installer les structures nécessaires. Tous ceux qui ont participé à la construction du MoDem sont les bienvenus, y compris Jacques Rocca-Serra…  » Déclarait-il, jeudi dernier, dans les colonnes de La Provence. Le perdant, Rocca-Serra, ne l’entend pas de cette oreille et était, naturellement, furieux en apprenant la nouvelle : « Bayrou ne m’a même pas appelé. Je suis terriblement déçu. C’est injuste car c’est nous, les UDF, qui avons bossé pour [lui] depuis des années. Je croyais que les Béarnais avaient, comme les Corses, la reconnaissance du ventre. C’est malhonnête car je suis largement en tête du sondage de notoriété. Les Marseillais ne feront pas confiance à un parachuté ». Comment pouvait-il en être autrement ? Nous sommes bien-là au coeur de la fin d’un système stygmatisé par Bayrou lui-même durant la présidentielle, le système claniste du ventre, du service rendu avec retour d’ascenseur.

Rocca-Serra, la rancoeur tenace…
Logiquement, ce choix ne manque pas d’irriter l’Hôtel de Ville, qui doit singulièrement changer sa stratégie même si Jean-Claude Gaudin prétend toujours ne pas être en campagne. Le quarteron de fidèles UDF au maire sortant ont réagi d’une seule voix, comme Yves Moraine (Conseiller municipal UDF) : » Trahison ! » ou Maurice Di Nocera (par ailleurs candidat à son renouvellement de Conseiller général UDF) : « deux listes de gauche vont s’affronter, celle de Guérini et de Bennhamias! » Si, au niveau national, les choses deviennent limpides, les baronnies locales craignent de perdre le peu de pouvoir qui leur reste. Le Béarnais avait prévenu, il prendrait tous les risques pour imposer son « autre » vision de la politique. Force est de constater que c’est chose faite à Marseille.

La rancoeur tenace, Rocca-Serra qui avait pourtant prétendu être fermement favorable à des listes autonomes dès le 1er tour semble déjà changer son fusil d’épaule et déclarait vendredi dernier : « Nous allons réfléchir. Soit on participe aux listes MoDem, soit on constitue nos listes centristes, soit nous faisons alliance dès le 1er tour (avec l’équipe Gaudin). Mais nous ne quitterons pas le MoDem car la ligne d’indépendance nous plaît ». Comprenne qui pourra, l’art du sophisme est très compliqué dans cette configuration et semble avoir été réglé par un Bayrou lucide. La fin du grand écart…

4 Commentaires

Classé dans Général, Ils ont dit, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, sondages

Municipales de Marseille : Gaudin prend des douches… froides !

AFP/LibérationAprès les propos peu amènes de Jean-Claude Gaudin, maire sortant et candidat aux prochaines municipales de Marseille, sur la saleté supposée des journalistes de Libération, on pouvait lire aujourd’hui sur le site du quotidien :

« N’écoutant que son courage, et parfaitement grimé pour l’occasion (cheveux coupés de frais, ongles nettoyés à la javel, costume six-pièces), un reporter de Libération est allé, ce matin, demander au maire de Marseille (ville propre), ce qu’il entendait par sa description donnée lundi des « journalistes de Libération que nous reniflons dans les avions avec leur pull-over serpillière, leurs cheveux longs et leurs ongles sales!»

Jean-Claude Gaudin a d’abord été catégorique en nous voyant si bien mis, pour une fois : «Vous n’étiez pas visé.» Ouf ! Nous n’avions pas passé la nuit à brûler nos pulls serpillières pour rien. Puis le numéro deux de l’UMP a indiqué : «C’était une forme de boutade.» Cette excellente blague a été tenue «dans une réunion privée où je ne savais pas que mes propos étaient enregistrés». Invité à retirer ses propos, Jean-Claude Gaudin ne s’est pas exécuté, ajoutant : «Mon jugement définitif, je le réserve.» Retour sous la douche. »

Devedjian décrète l’état d’urgence pour Marseille
Douche pour douche, l’édile marseillais a été contraint d’en prendre une autre, froide celle-là, en apprenant dans Le Point que son patron de l’UMP, Patrick Devedjian, décrétait l’état d’urgence à Marseille, au regard des résultats de sondages réalisés par le parti sarkozyste. Gaudin serait menacé par son challenger Jean-Noël Guérini : « Le secrétaire général de l’UMP a décrété l’état d’urgence après avoir eu connaissance, la semaine dernière, des résultats de sondages réalisés pour le compte du parti à Marseille, Toulouse et Bordeaux, à trois mois des municipales. L’écart entre les maires UMP sortants et leurs rivaux se resserrerait dans ces trois grandes villes. A Marseille, Jean-Claude Gaudin recueillerait 52 % des voix au second tour, Alain Juppé, à Bordeaux, et Jean-Luc Moudenc, à Toulouse, totaliseraient, eux, 53 %.  »

Enfin nous apprenions hier que contrairement à sa vision désuète d’Internet, sorte de jeu pour adolescents, et devant l’activisme de l’équipe Multimédias de Jean-Noël Guérini, la Pl@netMarseille, le maire de Marseille avait finalement décidé d’appeler François Guillet de La Brosse à la rescousse. Frère du directeur général de L’Olympique de Marseille, dont le grand-père a inventé le carambar, François de la Brosse a été l’un des responsables de la net-campagne de Nicolas Sarkozy pendant la dernière présidentielle. Jean-Claude Gaudin, qui n’est pas encore officiellement candidat à la Mairie de Marseille, s’active donc à 3 mois des élections municipales…

1 commentaire

Classé dans En bref, Général, Ils ont dit, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, sondages

Jean-Claude Gaudin n’aime pas les pull-overs serpillières, les cheveux longs et les ongles sales…

Reuters/Libération

Après toute une série d’écarts de langage et de grossièretés lancée à son opposition municipale, (lire notre article : Municipales à Marseille : Pourquoi Gaudin perd-il son sang froid?), Jean-Claude Gaudin, maire sortant UMP de Marseille, s’en prend désormais aux journalistes de Libération. La critique ne manque pas de sel ! Une gaudinade supplémentaire en somme.

En toute légèreté, il a sévi lundi soir au siège du parti sarkozyste, rue La Boétie, à Paris, devant une soixantaine d’étudiants des grandes écoles encartés à l’UMP. Invité pour parler des prochaines municipales, Jean-Claude Gaudin a fait passer un message politique essentiel : on peut être un cancre pour peu que l’on soit «tiré à quatre épingles». Pour sa démonstration, il a cité Christian Estrosi, secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer et candidat UMP «autodidacte» à Nice : «Il a beaucoup de talents, il est toujours tiré à quatre épingles ». Non sans égratigner, au passage, son ex-ami ultra-catholique, Charles Millon, ancien ministre de la Défense d’Alain Juppé, fondateur du parti de la Droite libérale-chrétienne, « qui ne sait pas parler français. »

Au milieu de tant de jeunesse, M. Gaudin aura eu l’esprit émoustillé… Il devait lui-même donner un spectacle ravissant… Et, pour se mettre les rieurs dans la poche, le sénateur-maire de Marseille et candidat à la présidence du Sénat a forcé son talent comique : «C’est mieux que les journalistes de Libération que nous reniflons dans les avions avec leur pull-over serpillière, leurs cheveux longs et leurs ongles sales !» Présent dans la salle, son collaborateur Jérôme Clément affirme ne rien avoir entendu de tel. Sans doute avait-il les oreilles bouchées. Toujours est-il que Libération a pu enregistrer les propos, ils ne prêtent à aucune confusion

Au regard de la couverture de ce qui n’est pas encore une campagne électorale, puisque le maire sortant de Marseille entrera officiellement dans la bataille, selon nos sources, le 7 janvier prochain, soit un mois avant ce qu’il avait prévu, les confrères de La Provence doivent être tous manucurés et habillés par les plus grands couturiers ! Pas un jour ne manque à l’appel d’une restitution objective des faits téléphonée de l’Hôtel de Ville…

Tout cela ne serait pas bien grave et même plutôt drôle si le jugement ne semblait être un moteur de décisions politiques importantes. « J’aime Marseille et les Marseillais » martèle-t-il sans cesse. On sait en quoi s’en tenir… Papy fait donc de la résistance pour les complets gris anthracite, les cravates à rayures et toute la panoplie d’une petite bourgeoisie bien pensante et naphtalineuse où l’autre est toujours sale. Nous sommes désormais au jus : courons tous à La Redoute pour être aimé de lui… Puisqu’il vous aime on vous dit !

Sollicité par l’AFP, M. Gaudin a fait savoir par son entourage qu’il ne souhaitait pas réagir. (19h31)

Lire les commentaires « croustillants » sur les sites de Libération, Arrêt sur image ou Rue 89

6 Commentaires

Classé dans En bref, Général, Ils ont dit, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, Propreté

Résultats du sondage secret de Jean-Claude Gaudin pour les prochaines municipales de Marseille

http://blogs.laprovence.com/comptes/Les-mots-de-l-actu/public/.GAUdin_m.jpgPoussé par l’équipe de campagne de Jean-Noël Guérini, candidat socialiste à la mairie de Marseille, Jean-Claude Gaudin, maire Ump actuel, avait été contraint de publier un sondage commandé à la TNT Sofres par ses soins. Si le sondage de Guérini les donnait à égalité à 40% chacun, celui de Gaudin était nettement plus flatteur pour l’édile marseillais, 55% pour lui contre 45% pour son challenger.

Or, comme nous vous l’annoncions ici même jeudi dernier, Jean-Claude Gaudin avait en réalité commandé deux sondages. Le premier, celui qu’il a finalement décidé de publier avait été réalisé en octobre, le second, resté secret, un mois plus tard, à la mi-novembre. Nous avons pu nous procurer les résultats de ce sondage par l’entremise d’un proche du maire de Marseille.

Au 1er tour, ce sondage donne 38% à Guérini pour 36% à Gaudin. Au second tour, Gaudin l’emporterait par 52% contre 48% pour Guérini, loin des 55/45 finalement publiés. Autre enseignement, les résultats du 1er secteur (1er/7è arrondissement), celui qui fera basculer Marseille à droite ou à gauche, donnent au 1er tour 38% pour Jean Roatta (Ump) et 42% pour Patrick Mennucci, candidat socialiste et directeur de campagne de Jean-Noël Guérini. Pour le second tour, les deux candidats seraient à égalité à 50% (au lieu des 52/48 publiés).

Ces résultats témoignent, s’ils étaient vérifiés, que la situation est plus critique que Jean-Claude Gaudin et son parti, l’Ump, ne l’imaginaient. On comprend ainsi mieux pourquoi il ne l’a pas rendu public et pourquoi le maire a fait preuve d’agacements et d’agressivité ces derniers jours. Car, même s’il serait reconduit à l’Hôtel de Ville, l’écart se resserre considérablement selon ce sondage et semble, en ce début de campagne, laisser les jeux très ouverts.

3 Commentaires

Classé dans En bref, Général, Municipales 2008, Politique, Pour vous faire votre opinion, sondages

Marseille vu par M6, pas fameux !

Hier soir, la chaîne de télévision « qui monte! », M6 pour ne pas la nommer, diffusait une « enquête exclusive » en caméras cachées qui suivaient nos ripeurs (nos éboueurs), à l’aune du « fini-parti », entres autres.

Le constat fut accablant et dépasse désormais les seules frontières de la cité phocéenne. Ce que nous savions mais que nous cachions de peur de donner une piètre image de la ville, ce que nous relativisions parce qu’il s’agissait d’une organisation qui nous appartenait et dont seuls les Marseillais avaient le droit de se plaindre, comme on le fait dans les affaires de famille, fut montré au vu et au su de tous les français. En somme, une carte postale marseillaise bien écornée et fort peu parfumée à 4 mois des élections, surtout après le reportage du journal de 13h de France 2 sur l’invasion des rats « gros comme des lapins » à Marseille, le 25 octobre dernier.

Ce magazine d’investigation (Enquête exclusive) diffusé dimanche soir sur M6, a enregistré sa plus forte audience depuis sa création, il y 4 ans, avec une moyenne de 2,4 millions de télespectateurs. Cela représente une part d’audience (PDA) de 28 %. En guise de comparaison, les deux précédents sujets présentés par Bernard de la Villardière avaient enregistré une audience de l’ordre de 18 %. Cette « plongée dans Marseille » proposait une radioscopie de la cité phocéenne, au-delà de la seule problématique de la propreté, elle traitait de toutes les limites d’un système à bout de souffle : urbanisme, économie, social…

Le magazine, dont les images ont été tournées en grande partie cet été, sera rediffusé sur M6, mercredi 5 décembre à 0h45. En voici quelques extraits édifiants :

Quoi ? Marseille serait sale ? Muselier joue l’étonné :

5 Commentaires

Classé dans Cantonales 2008, En bref, Général, Ils ont dit, Municipales 2008, Politique, Propreté, Vidéos