Archives de Tag: chômage

Chômage : un million de français sans indemnités fin 2010

Un million de chômeurs se retrouveront en fin de droit d’ici la fin 2010. Une véritable bombe à retardement sociale que personne ne peut sérieusement ignorer. Elle était attendue dès la genèse de la crise économique. Elle est prête à exploser désormais.

L’information, confirmée par le service statistique du Pôle emploi dans son rapport aux partenaires sociaux du 25 novembre 2009, n’est pas une grande découverte, elle figurait aussi dans le document «Perspectives de l’emploi 2009», produit par l’OCDE qui tablait déjà sur un taux de chômage en France avoisinant les 11% si la reprise tardait à venir.

L’enthousiasme, feint ou réel, de Christine Lagarde n’ayant que peu d’effet sur la croissance, ces sinistres prévisions sont aujourd’hui un fait, mécanique, entre la baisse du PIB en 2009, la destruction de l’activité et de l’emploi.

Même si tous les économistes s’accordent à dire que la France a moins souffert que ses voisins européens, le maigre rebond attendu de 0,5% sur l’année 2010 ne pourra à lui tout seul, inverser la tendance. Se pose alors, la douloureuse question de l’indemnisation des chômeurs, qui pour la plupart atteignent la date butoir de la liquidation de leurs droits et de leur devenir.

Pas de prime à la casse pour les chômeurs en fin de droit

Comme une réplique à la crise économique et financière de 2009, la crise sociale s’installe et inquiète les français. Un million de chômeurs seraient, cette année, en passe de perdre leurs droits et, pour une grande partie d’entre eux, l’intégralité de leurs prestations.

Selon ce même rapport du Pôle Emploi, ils n’auraient droit à aucune allocation soit parce qu’ils ont moins de 25 ans et n’ont pas le droit au RSA (Revenu de solidarité active), soit parce que leur foyer dispose de revenus jugés suffisants. Ainsi, ce sont près de 400 000 personnes qui se retrouveraient sans revenu d’aucune sorte. A cela s’ajoute les chômeurs 2009 en fin de droits dont le nombre avait déjà augmenté de 35.2% en un an.

Pour la plupart donc, inéligibles aux dispositifs actuels de solidarité nationale, dont les conditions sont fixées par l’Etat, seule la solidarité familiale leur servira de rempart contre la crise. Encore faudrait-il que les familles le puissent.

A l’image du pays, dans les Bouches-du Rhône, malgré les politiques volontaristes d’investissement lourd mises en place pas les collectivités territoriales, les statistiques sont peu réjouissantes : 141 528 personnes étaient à la recherche d’un emploi en janvier, soit 19 000 de plus qu’un an auparavant.

Si la reprise de la croissance va permettre de limiter la casse, elle pourra difficilement transformer ce regain d’activité en emplois nouveaux. Au mieux pourra-t-elle absorber les nouveaux entrants sur le marché du travail.

Vers un bouclier social ?

Ainsi, c’est la notion même d’indemnisation des chômeurs qui est l’une des clés en matière de stabilisation économique et sociale. Les syndicats ne désespèrent pas de faire comprendre l’urgence de la situation au gouvernement.

Si certains dispositifs semblent aller dans le bon sens, comme la baisse des charges sociales pour les nouvelles embauches (près de 800 000 bénéficiaires) ou encore le renforcement du chômage partiel qui a permis le maintien des salariés dans les entreprises, le gouvernement semble, pour l’heure, ne pas répondre à l’énormité de l’enjeu social. Que vont devenir ces centaines de milliers de chômeurs en fin de droit ?

Tandis que le plan de relance français correspond à un maigre 0,8% de notre PIB, celui des Etats-Unis représente quant à lui 5.6%. Un budget à multiplier par trois pour obtenir l’efficacité escomptée en relançant la consommation.

Pour Laurent Wauquiez, secrétaire d’Etat chargé de l’emploi, l’augmentation du nombre de chômeurs en fin de droits est une « question de gestion de l’assurance dans la crise », Gaby Bonnand, le secrétaire national de la CFDT chargé de la protection sociale et des questions économiques, récemment élu à la présidence de l’Unedic, lui rétorque que « l’impact social de la crise ne doit pas être financé par la solidarité du privé, mais par la solidarité nationale ». Côté Medef, on avoue que ce dossier est « extrêmement sensible » mais relève étonnamment de « la compétence exclusive du gouvernement. »

On pressent dès lors assez bien la partie de ping-pong à venir sur cette bombe sociale à retardement…

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Economie, Général, Ils ont dit, Pour vous faire votre opinion, Social

Zapatero emboîte le pas de Sarkozy en supprimant la publicité des chaînes publiques espagnoles

zapatero-sarkozyLe tableau des petites phrases peu amènes a été effacé. Qu’il ait dit on non cette gentille remarque à l’égard du Premier ministre espagnol : « Il n’est peut-être pas très intelligent. Moi, j’en connais qui étaient très intelligents et qui n’ont pas été au second tour de la présidentielle », José Luis Zapatero lui aurait alors sèchement répliqué, selon une exclusivité du Canard Enchaîné : « Zarkozy n’est peut-être pas intelligent, mais il aimerait bien être réélu ». Voilà donc que le petit jeu des sentences assassines entre amis n’est plus d’actualité, loin s’en faut.

Nicolas Sarkozy, en visite pour deux jours en Espagne, se veut désormais peu avare en compliments à l’égard de son homologue déclarant dans le journal El Pais : « Pour moi, José Luis est un homme de talent, un homme de conviction et une grande figure en Europe ». Ces propos, qu’il pourrait aisément s’octroyer, tend une fois de plus à rapprocher les deux hommes que la polémique lancée par Ségolène Royal, tentait d’éloigner.

Déjà, la presse espagnole se demandait suite aux déclarations de José Luis Zapatero du mardi 14 avril 2009, quelle mouche avait donc pu piquer le chef du gouvernement espagnol porteur à son tour d’une mesure pro-sarkozyste. En effet, l’annonce de la préparation d’une nouvelle loi sur l’audiovisuel public au cours du Congres du Groupe socialiste espagnol, le PSOE, a été accueillie avec fort enthousiasme et salve d’applaudissements des députés et sénateurs, favorables de longue date à la suppression de la publicité sur les chaînes publiques.

Cette mesure, traditionnellement portée par la gauche désireuse de se débarrasser des contraintes des annonceurs et des dictats de l’audimat avait pourtant en France, été décidée en début d’année par le Président Sarkozy peu enclin à suivre les préconisations de l’opposition. Dès lors, la recherche des pièges et motivations peu avouables du gouvernement occupèrent les esprits redoutant l’appauvrissement du groupe France Télévisions, les suppressions d’emplois et la volonté farouche de favoriser les copains du privé, de M6 en passant par TF1. En outre, les débats ouverts autour de la nomination du Président des chaînes publiques françaises par l’exécutif laissait planer le doute sur une tentative d’appropriation par le pouvoir de ces médias à des fins électoralistes.

Qu’en est-il de l’autre coté des Pyrénées entre procès d’intention et motivations louables de transformer le paysage audiovisuel public ? Peut-on objectivement accuser Zapatero de satisfaire les mêmes ambitions que son homologue français ? Reconnaissant s’inspirer de la réforme française, le chef du gouvernement espagnol agit cependant dans un registre commun aux membres du PSOE en défendant par sa position de leader, une mesure souhaitée depuis longtemps par son camp. La nage à contre courant du Président Sarkozy avait quant à elle dans un premier temps surpris puis aiguisée la méfiance de ses détracteurs. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Culture, Economie, Général, Ils ont dit, international, Politique, Pour vous faire votre opinion, Présidentielle 2007, Social

Grèves du 29 janvier : un jeudi noir… de monde, pour quels résultats ?

photo-manif-marseille-29-janvier-2009A l’occasion de la journée d’action unitaire et interprofessionnelle, plus d’un million de personnes selon la police, 2,5 millions selon les syndicats, ont défilé jeudi dernier dans toute la France. Tous les observateurs, même ceux de TF1, prédisaient une mobilisation exceptionnelle, elle le fût, détrônant le record des 396.000 manifestants selon la Police (du million selon les forces syndicales) détenu par le mouvement social anti-Contrat Première Embauche (CPE) de mars 2006.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, peut-être faudrait-il un jour offrir à nos forces de l’ordre des lunettes et des calculettes tout comme à nos syndicats des arguments pour insister sur le fond et non gonfler des muscles déjà bien usés et rompus aux exercices d’une Presse qui, en publiant les deux chiffres, les anesthésient. Le peuple de France n’est ni aveugle, ni stupide… Voilà une de nos scories ancestrales à réformer pour tâter le pouls, réel, de la contestation ou du soutien à une idée, une politique, un leader…

Il ne fait aucun doute que cette journée de mobilisation fut exceptionnelle, rare, de celle qui dépasse largement le très faible taux de syndicalisation français. Plus encore, rarement les français, dont ont dit que le sport national est d’abord la grève, n’ont bravé le pavé aussi nombreux. Ce n’est pas le CPE qu’il convient d’avoir en ligne de mire, mais la réforme de l’enseignement libre qui a amené des millions de français, de droite comme de gauche, en 1984, à faire reculer la gouvernance socialiste pour réviser et, au final, abandonner, sa doctrine à plus de pragmatisme. On ne gouverne jamais contre mais avec…Même dans un rapport de force.

Dans la même veine, il conviendra d’être vigilant sur l’influence que va avoir ce rapport de force populaire sur l’action gouvernementale et là, dès ce matin, il semble que les dissonances apparaissent au plus haut niveau de l’Etat. Nous y reviendrons. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Economie, Général, Ils ont dit, Politique, Pour vous faire votre opinion, Social, sondages

Crise financière mondiale : Sarkozy veut sanctionner les coupables d’un capitalisme moribond

Un peu comme le nuage nucléaire de Tchernobyl qui avait miraculeusement freiné sa course sur les sommets alpins helvétiques, aux frontières françaises, la sévère crise financière que traverse les Etats-Unis, à l’ère du village planétaire, n’aura donc pas évité l’Europe ni l’exception française. Les mots rassurants de nos dirigeants ont fait long feu et le système bancaire mondial est en train d’exploser sous nos yeux de citoyens inquiets.

C’est Ronald Reagan qui doit aujourd’hui se retourner dans sa tombe, lui pour qui “ l’Etat n’est pas une solution mais un problème ”. Nationalisation, plan de sauvetage et interventions massives des pouvoirs publics ont ponctué l’actualité de la semaine aux Etats-Unis. Jamais pareille intervention d’Etat n’avait été mise en place pour venir au secours des marchés financiers, pas même dans les années 30 avec le « New deal », le plan de relance de Roosevelt qui devait lutter contre la grave dépression économique que traversait le monde. Là déjà, l’Etat devait soutenir les couches les plus pauvres de la population, réformer les marchés financiers et redynamiser une économie américaine meurtrie depuis le krach de 1929 par le chômage et les faillites en chaîne.

L’ampleur de cette crise a fait ressurgir des mécanismes de défense et un protectionnisme que l’on croyait morts aux pays de l’ultra-libéralisme. Les faits sont pourtant là. L’Etat américain et la banque centrale sont sortis de leur rôle d’observateur souvent, de régulateur quelque fois, pour une intervention musclée de sauvetage des marchés. Au-delà de cette remise en cause du rôle de l’Etat, c’est le refus d’une hémorragie planétaire qui apparaît. Il n’est point question ici de philanthropie, le risque de contamination est réel. Dans quelle mesure cette crise va donc affecter la santé du monde économique et quelles seront les réponses apportées par les exécutifs français et européens ? Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Economie, Général, Ils ont dit, Politique, Pour vous faire votre opinion, Social

Municipales 2008 – Marseille: La Provence roule-t-elle pour Jean-Claude Gaudin ?

laprovence.jpgA chaque jour suffit sa peine… La Provence est-elle devenu le journal de campagne de Jean-Claude Gaudin? La question mérite d’être posée… Le maire de Marseille, tout le prouve, n’est pas encore entré en campagne, que La Provence diffuse depuis ces derniers jours des infographies mirifiques, des plans merveilleux sur la comète d’une ville sans argent, perdue à l’aune d’un leader encore en mode pianissimo…

On sait le jeu des achats d’espaces publicitaires qui contrôle un média devenu propriété d’un grand groupe financier français, Lagardère pour ne pas le nommer. Ledit groupe, souhaite certes se désengager du titre, pas assez productif selon lui, mais toute la presse régionale lui appartient encore (La Provence, Nice Matin, Var Matin et Corse Matin), et l’on connait sa proximité avec le Président de la République et le baron local, vice-président en charge des investitures nationales du parti présidentiel, l’Ump, maire de Marseille – quelques heures par semaine – et en campagne pour la Présidence du Sénat : Jean-Claude Gaudin.

Plus localement, l’engagement favorable de La Provence pour l’édile Marseillais est aussi le résultat de l’improbable fusion de deux titres incompatibles de l’après Defferre, Le Provençal et Le Mériodional, avec tous les soupçons de gauche et de droite que ce clivage continue de perpétrer entre les journalistes, la rédaction et les propriétaires du titre. Peu à peu, les anciens du Provençal disparaissent et la ligne éditoriale s’en ressent.

Comme lecteur, il est insupportable de laisser croire et de laisser faire croire, à 4 mois des élections que le Port de Marseille deviendra la plate-forme des croisières mondiales et, qu’aujourd’hui même dans les colonnes de La Provence, 100 000 m² de surfaces commerciales vont être ouvertes, alors que 27 % des Marseillais vivent en dessous du seuil de pauvreté, que 49% des marseillais ne payent pas l’impôt sur le revenu et que Marseille compte toujours 5 % de chômage supplémentaire par rapport à la moyenne nationale. Mensonges par omission, par faiblesse, par oubli du métier?

Là, me vient en mémoire ce célèbre vers de Corneille : « il faut bonne mémoire après qu’on a menti… » Quelle est la responsabilité journalistique, la vérité ou la soupe?

Que La Provence relaye l’info des projets du maire, c’est naturel et bien normal. Mais où est l’analyse? La mise en garde, celle qui aide à penser? celle qui permet à chacun de se forger sa propre opinion ? Celle qui met en perspective, relativise, argumente ? Dieu que la Presse quotidienne est pauvre de sens avec autant de talents…

Ainsi, La Provence continue à diffuser, quotidiennement désormais, les projets « titanesques » de J.-C. Gaudin, alors qu’il ne s’agit que de fonds de dossiers, souvent usés et sans financements, comme le ferait un sanglier avant la terrine… L’oie avant d’être gavée…

7 Commentaires

Classé dans Economie, Général, Ils ont dit, Les grands projets, Municipales 2008, Politique, Social